Accueil » Test » Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Si Xiaomi a sorti sa Mi Scooter en 2018, nous avons la nôtre depuis fin 2017. Un modèle acquis en import directement depuis la Chine (Mija M365). Et nous en usons et en abusons ! Quotidiennement, nous parcourons au minimum 4 km à son bord.

Aujourd’hui, elle totalise près de 1200 km à son actif. Une belle occasion pour faire le point sur ce modèle et juger de sa longévité.

Commençons par le début. Après deux ans et demi, elle fonctionne toujours. Aucune panne électronique n’est à déplorer. L’accélération est toujours aussi bonne, si ce n’est mieux puisque nous l’avons débridée. Et malgré cette manipulation peu recommandable, la batterie est aussi en excellent état. Construite en octobre 2017, elle se porte comme un charme. L’application m365 Tools l’indique en état « Normal ».

Les « pannes » subies

En fait, c’est plus sur tout le reste que notre trottinette électrique s’est étiolée. Les éléments se sont fragilisés avec le temps, jusqu’à céder.

Feu arrière sectionné

En premier lieu, c’est le câble de feu arrière qui s’est coupé. Maladie de ce modèle (et sans doute de la Mi Scooter Pro), il n’est pas protégé et subit donc toutes les agressions extérieures. Une méthode consiste à le calfeutrer. Nous ne l’avions pas appliquée. Côté charnière, le guidon a pris du jeu – un classique également, mais rien d’alarmant.

Garde-boue cassé

Plus de casse au niveau garde-boue arrière. Durant l’hiver dernier, il s’est rompu au niveau de sa visserie. Dès lors, nos jambes n’ont eu de cesse d’être recouvertes de boue… Un tour sur Aliexpress a réglé le souci pour moins de 5 €. Manque de bol, cette pièce d’un vendeur tiers n’a pas tenu et a lâché au bout de quelques semaines.

Image 1 : Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Béquille brisée

La béquille a elle aussi cédé en début d’année. Elle s’est tout d’abord tordue puis s’est cassée tout bonnement. Changement par une pièce adaptable. Pas de souci depuis.

Image 2 : Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Parlons du frein. S’il a nécessité un réglage précis au début, nous n’avons jamais ressenti le besoin d’y retoucher depuis. La plaquette pourrait cependant nécessiter d’être changée. Nous y regagnerions en mordant.

Butée de guidon faussée

Dernièrement, c’est la butée du guidon qui s’est cassée. Elle lui permet de rester dans un certain angle et de l’empêcher de tourner sur lui-même.

Image 3 : Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Deux crevaisons

En deux ans, nous avons crevé deux fois. A chaque fois sur la roue avant. La première, à cause d’un trottoir pris avec une roue sous-gonflée. Pour la seconde, c’est la valve qui s’est sectionnée. En revanche, pour cette dernière, la chambre à air utilisée était une noname et donc moins qualitative qu’une officielle. Depuis cette seconde crevaison, aucun problème bien que la nouvelle chambre à air soit encore une noname.

Image 4 : Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Enfin, le problème n’est pas tant la crevaison que la complexité de la réparation. Le pneu est extrêmement dur et c’est un casse-tête ne serait-ce que de le sortir de son logement avec des outils à vélo. Le remettre est encore plus compliqué. Effort physique garanti ! Les moins bricoleurs peuvent se rapprocher de professionnels en cas de crevaison.

Vis de sécurité cassée nette en roulant

Le problème le plus important que nous avons rencontré concerne la visserie du système de pliage. Xiaomi a d’ailleurs battu une campagne de rappel en juin dernier pour ce problème, mais qui n’affecte pour eux que des modèles produits entre octobre et décembre 2018. « Une vis du système de pliage de la trottinette présente un risque de desserrage pouvant entraîner la séparation du châssis et du tube de direction pendant le roulage ».

Image 5 : Mi Scooter : 1200 km plus tard, on revient sur la trottinette électrique de Xiaomi

Et bien c’est a peu près ce qui nous est arrivé. À 20 km/h (en mode Eco), les deux parties se sont séparées. Aucun dommage, mais l’accident aurait pu être extrêmement grave. En cause, cette même vis, mais qui chez nous s’est tout bonnement cassée en deux. Question de sécurité, elle a été remplacée par un modèle d’origine payée un peu moins de 10 €.

Mi Scooter, un bon choix malgré tout

Toutes ces mésaventures mises bout à bout, impossible de dire que la Mi Scooter est parfaite. Cependant, à part la vis du guidon, aucun organe vital n’a connu de panne en 1200 km. Une belle tenue qu’il est de bon ton de saluer.

Un peu lourde, un peu grosse, demandant quelques réglages, elle n’est pas sans reproches. Cependant, la Mi Scooter demeure donc un excellent choix surtout pour son rapport qualité/prix imbattable.