Accueil » Actualité » Réchauffement climatique : de magnifiques algues colorées envahissent la planète et précipitent la fonte des glaces

Réchauffement climatique : de magnifiques algues colorées envahissent la planète et précipitent la fonte des glaces

À divers endroits du globe, des mystérieuses algues rouges, violettes, roses ou vertes ont été découvertes sur certains glaciers. Si ces dernières sont magnifiques, les études menées par les scientifiques montrent qu’elles accélèrent la fonte de ces derniers.

Le « gang des glaciers » ou neige rouge sur le mont Ritter, l'une de ces microalgues responsables de la fonte des glaces découvertes à différents endroits du globe © Wikimedia Commons, domaine public
Le « sang des glaciers » ou neige rouge sur le mont Ritter, l’une de ces microalgues responsables de la fonte des glaces découvertes à différents endroits du globe © Wikimedia Commons, domaine public

Si les panoramas sont magnifiques, les conséquences pour la planète seraient, elles, désastreuses. Rouge, violet, rose ou vert, peu importe la couleur, les études mènent aux mêmes résultats. La présence de ces algues colorées, en forte hausse depuis quelques années, est un très mauvais signe pour le monde polaire. Elles sont microscopiques, mais pourraient bien faire des dégâts gigantesques. En effet, ces dernières accélèrent la disparition des glaciers et menacent des écosystèmes et des populations toutes entières.

Algues colorées découvertes sur les glaciers : un effet boule de neige pour la température de notre planète

Elles se sont multipliées ces dernières années en raison de la hausse globale des températures. Nécessitant un peu d’eau et de chaleur, elles ont trouvé, sur les glaciers, un habitat parfait pour leur prolifération. Si les couleurs sont spectaculaires pour les randonneurs ou alpinistes, elles provoquent un « cercle vicieux écologique » désastreux.

En raison de l’assombrissement de leur surface, les glaciers doivent, en effet, absorber davantage de lumière solaire. Cette absorption accrue provoque ainsi une hausse de la vitesse de la fonte de la glace. En d’autres termes, c’est le changement des températures qui a permis l’arrivée de ces algues dans ces écosystèmes si particuliers, et ce sont ces algues qui vont participer, indirectement, à l’accélération du réchauffement des glaciers. Un effet boule de neige, qui n’annonce rien de bon pour notre chère planète.

À lire : Et si on manipulait le climat pour stopper la fonte des glaces ?

De plus, peu de choses sont connues sur ces micro-organismes. Bien qu’elles soient très anciennes (la présence d’algues sur certains glaciers avait déjà été évoquée par Aristote), la science ne semble s’y intéresser réellement que depuis quelques décennies.

On explique par exemple, depuis peu, que la couleur des algues est un mécanisme de protection de ces dernières face aux rayons UV du soleil. Une caractéristique scientifique qui serait intéressante à étudier. Cependant, le temps semble également compté. En effet, à mesure que les glaciers disparaissent, ce sont aussi tous les micro-organismes, la faune et la flore polaire qui sont menacés. Et ces algues en font partie.

Source : businessinsider.com