Accueil » Actualité » Tesla a menti en truquant sa démo de l’Autopilot, affirment ses employés

Tesla a menti en truquant sa démo de l’Autopilot, affirment ses employés

La vidéo de 2016 montrant l’Autopilot conduire sans intervention humaine « a été mise en scène » révèlent d’anciens ingénieurs de Tesla.

Image 1 : Tesla a menti en truquant sa démo de l'Autopilot, affirment ses employés
Le système de conduite autonome intégrale n’est pas encore prêt – Crédits : Tesla

C’est une vidéo qui avait défrayé la chronique à l’époque. En 2016, Tesla fait la promotion de son système de conduite autonome Autopilot 2.0, en le montrant conduire et éviter les obstacles sans aucune intervention d’un conducteur. Toujours disponible sur Internet, cette vidéo aurait en réalité été manipulée. L’Autopilot suivait en réalité un chemin préprogrammé, et n’était donc pas autonome. Cinq ans plus tard, le mode Full Self-Driving de l’Autopilot de Tesla, toujours en bêta fermée, est loin d’être totalement autonome selon les autorités américaines.

Tesla : la vidéo Whaou ! de la voiture autonome fait « splash »… et même « crash »

C’est sous couvert d’anonymat, par peur des représailles, que ces ex-ingénieurs de Tesla ont révélé la supercherie au New York Times. La voiture autonome montrée dans la célèbre vidéo de promotion de 2016 (ci-dessous) utilisait une « carte numérique 3D de l’itinéraire, qui avait été planifié à l’avance ». Or les cartes tridimensionnelles ne sont pas disponibles sur la version actuelle du système Autopilot 2.0.

Plus alarmant, la voiture autonome aurait eu un accident à un moment du tournage, en heurtant de plein fouet une barrière routière. L’incident a eu lieu sur le terrain propriété de Tesla, et n’a donc pas été relevé par les autorités routières. L’accident subi par la Tesla, qui a imposé de la réparer avant de reprendre le tournage, a bien sûr été retiré de la vidéo de promotion finale.

À lire aussi > Tesla : la vidéo du 11e crash d’une Model 3 en autopilot

Conduite autonome : Elon Musk a tout misé sur les caméras… qui seraient moins fiables que des radars

Plus de 19 employés ou ex-employés de Tesla auraient parlé au New York Times ces dernières années, indique le reportage du journal américain. Lors de l’annonce de l’Autopilot 2.0, en 2016, Elon Musk a aussi déclaré que toutes les nouvelles voitures Tesla seraient capables d’interpréter les images filmées par les caméras. Les ingénieurs ont été pris par surprise, et Musk n’a pas tenu compte de leurs préoccupations.

Certains ont en effet eu le sentiment que le PDG de Tesla a survendu quelque chose qui n’était pas possible. Elon Musk continue d’ailleurs régulièrement à exagérer les performances de l’Autopilot, ce qu’il a fait en octobre lors du meeting des actionnaires de Tesla. Selon ces ingénieurs alarmés, « les caméras ne sont pas des yeux », et un ordinateur n’est pas capable aujourd’hui d’interpréter correctement des pixels. Le recours à un radar de proximité serait beaucoup plus fiable… mais cette technologie a été abandonnée par Musk dans tous ses modèles de voitures électriques.

Source : Carscoops