Accueil » Actualité » Un faux levier de vitesse pour cette voiture d’auto-école électrique

Un faux levier de vitesse pour cette voiture d’auto-école électrique

Comment enseigner la conduite avec une boite de vitesse manuelle alors que l’on veut embrasser l’électrique pour sa voiture d’auto-école ? Découvrez la Chery EQ2, sa fausse pédale d’embrayage et son faux levier de vitesse.

Chery EQ2
Crédits : Chery

La boite de vitesse manuelle est en train de disparaitre. La démocratisation des boites pilotées et l’avènement des voitures électriques devraient mettre un terme à sa longue carrière, même si certaines comme la Mustang Lithium font de la résistance. Mais il reste de nombreux véhicules sur les routes qui nécessitent de savoir changer les vitesses. Heureusement, un constructeur chinois a trouvé la solution.

Cette voiture électrique peut même caler

Pour enseigner la conduite avec une boite manuelle, il faut disposer d’un véhicule auto-école qui en est équipé. Or, avec l’arrivée massive des véhicules électriques, une auto-école pourrait être tentée par son achat. Pour faire le pont entre ces 2 mondes, le constructeur automobile chinois Chery a pensé à tout. Il a équipé sa EQ2 auto-école d’une fausse pédale d’embrayage et d’un faux levier de vitesse. Celle-ci réagit comme une voiture classique.

Basée sur la Cowin C3, une berline thermique qui n’a rien d’exceptionnel, la Chery EQ2 dispose d’un moteur de 57 chevaux et d’une batterie offrant une autonomie de 400 km. Bien sûr, cela peut paraitre faible, elle reste toutefois 6 fois plus puissante que le quadricycle Citroën Ami, et largement suffisante pour apprendre à conduire ou pour une conduite citadine. Elle est réservée au marché domestique chinois.

Ce qui fait la différence entre la version normale et la version auto-école est donc la présence des éléments qui vont simuler une voiture thermique munie d’une boite de vitesse manuelle. Son levier de vitesse et sa pédale d’embrayage sont connectés à l’ordinateur de bord qui va réagir comme le ferait un véhicule classique. Le réalisme est poussé jusqu’à faire « caler » la voiture si le débrayage est trop rapide. Mieux, le bruit du moteur est électronique, mais certainement moins crédible que la solution offerte pour la Tesla Model 3.

Source : Jalopnik