Accueil » Actualité » Espace : la NASA veut se rendre sur la face cachée de la Lune

Espace : la NASA veut se rendre sur la face cachée de la Lune

L’agence spatiale américaine a de grandes ambitions concernant notre satellite. En effet, en plus de son programme lunaire Artemis, la NASA espère atteindre prochainement la face cachée de la Lune…

Il semblerait que la Lune soit au cœur de nombreuses missions spatiales dans les années à venir. La NASA est ainsi en train de mettre en place le programme Artemis, qui vise à renvoyer des hommes sur notre satellite d’ici à 2026. Dans ce cadre, l’agence a d’ailleurs déployé le vaisseau spatial Orion. Mais à ce jour, seul la Chine a pu se rendre sur la face cachée. La NASA, qui a retrouvé un morceau de fusée chinoise écrasé à sa surface, espère bien rattraper son retard dans ce domaine.

Draper Series 2 - Crédit : Draper
Draper Series 2 – Crédit : Draper

Alunir sur la face cachée de la Lune est une opération extrêmement complexe. En effet, les ondes radio ne peuvent pas atteindre cette zone. Il faut ainsi utiliser un orbiteur relai afin de communiquer avec la Terre. Cette technique a été utilisée par la Chine en 2019, afin de permettre à l’atterrisseur Chang’e 4 de déposer le rover Yutu 2 dans le cratère Von Kármán.

Lune : la NASA fait une nouvelle fois appel au privé

La NASA veut donc relever ce défi, bien qu’elle ait perdu le contact avec le satellite CAPSTONE, en route vers la Lune. L’agence prévoit ainsi de lancer une mission sans équipage en 2025. Le but : recueillir des données scientifiques dans une région très singulière. L’atterrisseur, nommé Draper Series 2, devrait être conçu en s’inspirant du travail effectué par une filiale américaine de la société ispace, basée à Tokyo.

Draper sera bardé d’instruments. Tout d’abord, l’atterrisseur sera doté de deux sismomètres. Ceux-ci auront pour but de quantifier le nombre d’impacts de météorites frappant la face cachée de notre satellite. Une autre suite d’instruments, nommée LITMS (Lunar Interior Temperature and Materials), examinera la façon dont le cœur de la Lune peut conduire la chaleur et l’électricité.

Enfin, l’expérience LuSEE (Lunar Surface ElectroMagnetics Experiment) etudiera les propriétés électrostatiques à l’origine des étranges « poussière dansante » observées à la surface. Afin de rester en contact avec la Terre, l’entreprise prévoit de passer un contrat avec Blue Canyon Technologies qui devra construire deux orbiteurs. Les satellites seront déployés peu de temps avant l’alunissage de Draper.

Source : space.com