Accueil » Actualité » Mars était trop petite pour conserver ses océans, lacs et rivières

Mars était trop petite pour conserver ses océans, lacs et rivières

Une nouvelle étude prouve ce qui n’était qu’une supposition : Mars, dont la présence passée d’eau liquide à sa surface est avérée, a toujours été trop petite pour conserver ses vastes océans…

Grace aux observations effectuées par de nombreux rovers à sa surface, on sait désormais que Mars abritait une grande quantité d’eau dans le passé. Notre cousine possédait alors de nombreux lacs, d’importantes rivières ainsi qu’un immense océan recouvrant son hémisphère nord. Malheureusement, le précieux liquide a quitté la planète rouge il y a environ 3,5 milliards d’années, bien qu’il soit possible qu’on puisse encore en trouver sous la surface

Mars - Crédit : wikimedia
Mars – Crédit : wikimedia

Les scientifiques en concluent que cette évaporation est due à un changement climatique brutal. Cette transition soudaine est à mettre sur le compte de la perte de son champ magnétique. En effet, celui-ci protégeait jusqu’alors Mars des particules chargées en provenance du soleil. Mais si ce phénomène en est la cause, il est lui-même la conséquence de quelque chose de bien plus grave

« Le sort de Mars a été décidé dès le début »

Le but de la nouvelle étude, dirigée par Zhen Tian du laboratoire de Whang, est plutôt simple. Les scientifiques ont examiné 20 météorites martiennes. L’équipe a alors mesuré la quantité de divers isotopes de potassium présente dans ces roches.  Cet élément sert de référence afin de calculer le taux d’évaporation des liquides.

Découverte importante, les chercheurs ont établi une corrélation possible entre les compositions isotopiques des roches et la gravité de la planète. L’équipe a pu en conclure que Mars avait perdu beaucoup plus d’eau au cours de sa création que la Terre. Kun Wand, coauteur de l’étude, déclare ainsi : « Il y a probablement un seuil sur les exigences de taille des planètes rocheuses pour retenir suffisamment d’eau pour permettre l’habitabilité et la tectonique des plaques. »

Cette étude prouve donc que la petite taille d’un astre rocheux est une double menace pour l’habitabilité de celui-ci. En effet, les petites planètes perdent énormément d’eau pendant leur formation. Ce phénomène a pour conséquence un amincissement précoce de l’atmosphère. Ainsi, la planète entre dans un cercle vicieux, l’eau s’évaporant de plus en plus rapidement, rendant celle-ci inhabitable

Source : space.com