Accueil » Actualité » Google ne souhaite pas vous demander la permission pour suivre votre iPhone

Google ne souhaite pas vous demander la permission pour suivre votre iPhone

Google a indiqué préférer abandonner la fonction plutôt que de se conformer à la politique d’Apple qui souhaite que les applications affichent une demande de suivi.

Apple continue ses efforts pour améliorer la vie privée des utilisateurs d’iPhone, iPad et Mac. Cela a pour effet d’exaspérer les sociétés qui gagnent de l’argent au travers leur capacité à fournir des publicités ciblées. Le seul moyen de vendre ses annonces qui vous poussent à cliquer c’est de vous traquer en ligne. Cette pratique est monnaie courante sur internet. Comme le dit l’adage, si c’est gratuit c’est que c’est vous le produit. Apple a décidé de rendre les choses plus compliquées.

Image 1 : Google ne souhaite pas vous demander la permission pour suivre votre iPhone
Source : Pixabay

La réaction de Facebook suite à la mise en place des étiquettes de confidentialité prouve à quel point la politique d’Apple dérange. Que l’on soit clair, la marque à la pomme n’empêchera pas l’application de réseaux sociaux de collecter des données.

WhatsApp lié à Facebook : quelles messageries alternatives pour protéger votre vie privée ?

Par contre, cela montrera à l’utilisateur quelle quantité de données personnelles est récupérée. Il faudra se rendre à un endroit spécifique pour le voir, mais l’information est disponible. Facebook a finalement dû se plier au souhait du fabricant de smartphone sous risque de voir ses applications bannies de l’Apple Store.

Google choisit une autre voie

Google de son côté s’est montré moins « bruyant » malgré le fait que la société collecte également énormément de données. Dans un rapport, il était signalé que la marque du célèbre moteur de recherche avait décidé de ne pas faire de mise à jour de ses applications en décembre afin d’éviter d’implémenter les étiquettes de confidentialité et se donner plus de temps pour définir sa politique. Apparemment, il serait courant pour Google de geler les mises à jour pendant la période chargée qu’est décembre. Mais toujours selon le rapport, les mises à jour seraient prévues.

Petit saut dans le temps à fin janvier, la firme confirme que les mises à jour contenant les étiquettes sont prévues pour bientôt. Par contre, la compagnie a prévenu ses utilisateurs, et sans mâcher ses mots, qu’elle détestait l’idée de demander la permission pour traquer vos données dans ses applications. La solution est donc de simplement retirer l’outil de suivi pour ne pas avoir à demander votre avis.

Contrairement à Facebook, Google ne va pas publier partout à quel point la politique d’Apple va ruiner les petites entreprises et internet, d’autant plus que le partenariat entre les 2 sociétés est extrêmement important. Mais Google compte bien placer ses utilisateurs au premier plan comme à son habitude. Dans un article publié sur le blog « Preparing our partners for Apple’s iOS 14 policy updates », Google aborde la nouvelle transparence du suivi des applications (ATT) d’Apple et explique les impacts sur les annonceurs.

La politique ATT

ATT est une fonction différente des étiquettes de confidentialité. Elle exigera que « les développeurs demandent l’autorisation lorsqu’ils utilisent certaines informations privées à des fins publicitaires même si cela est déjà inscrit dans les conditions utilisateurs ». Google affirme que ces changements vont « réduire la visibilité des indicateurs clés » et impliquer une conclusion connue d’avance : de nombreux utilisateurs ne voudront pas être suivis si le choix est proposé.

Résultat, « les éditeurs d’applications peuvent voir un impact significatif sur leurs revenus publicitaires Google sur iOS » explique Google. Ce qui correspond à ce que disait Facebook plus tôt, les vagues médiatiques en moins. Néanmoins, il semblerait que l’entreprise ait trouvé le moyen pour gérer l’ATT. Ce qui signifierait que Google d’un moyen de diffuser des publicités sans outils de suivi ou de contourner la politique d’Apple avec de nouveaux moyens de suivi.

Ce choix de la part du géant de la recherche ne signifie pas qu’il cessera de collecter vos données, mais simplement qu’il trouvera un nouveau moyen de le faire sans aller à l’encontre d’Apple. L’entreprise souhaite tout de même montrer des efforts pour le respect de la vie privée et déclare dans un article « s’engager à préserver un écosystème d’applications dynamique et ouvert dans lequel les utilisateurs peuvent avoir accès à de nombreux contenus financés par la publicité avec l’assurance que leur vie privée et leurs choix sont respectés ».

Vie privée : cette application détecte les appareils qui collectent vos données