Accueil » Actualité » La NASA a-t-elle trouvé des signes de vie sur Mars… il y a 40 ans ?

La NASA a-t-elle trouvé des signes de vie sur Mars… il y a 40 ans ?

En 1976, les premiers résultats de la mission Viking ont détecté des traces de respiration microbienne, mais aucune trace d’organisme vivant n’a pu être détectée. Selon un scientifique de la mission, tous les programmes suivants se sont contentés de déterminer si la vie était possible plutôt que de la chercher réellement.

Image 1 : La NASA a-t-elle trouvé des signes de vie sur Mars... il y a 40 ans ?

Il y a 3,7 milliards d’années, les scientifiques sont convaincus que Mars était recouverte d’une atmosphère, et qu’on trouvait de l’eau à l’état liquide en abondance sur sa surface. À cette époque, les conditions étaient donc favorables à l’émergence d’organismes vivants. Aujourd’hui, toute cette eau a disparu de la surface, mais on soupçonne l’existence de lacs d’eau salée dans le sous-sol martien, notamment aux pôles. Pourtant, nous n’avons pas encore découvert la moindre preuve de la présence de vie sur Mars.

Gilbert Levin, un scientifique ayant participé à la mission Viking en 1976, semble convaincu du contraire, et l’explique dans sa publication sur le blog Scientific American.

Le programme Viking a détecté des traces de respiration microbienne

Seulement 10 ans après la première sortie extravéhiculaire du russe Alexeï Leonov, les Américains ont reçu les premières données en provenance de Mars. Les deux engins de la mission Viking situés à près de 6500 km l’un de l’autre détectent les traces d’une respiration microbienne sur la planète rouge. 

Alors que les équipes au sol pensaient avoir trouvé une réponse à la question de la vie sur Mars, les résultats suivants ont montré que le sol martien ne contenait aucune trace de matière organique. La NASA a finalement conclu que les mesures ne permettaient pas d’affirmer que Mars hébergeait des organismes vivants. Gilbert Levin s’étonne que pendant les 43 années suivantes, toutes les autres missions de la NASA aient eu pour unique but d’étudier son environnement. Une démarche qui visait à déterminer s’il est propice à la vie, plutôt que de tenter de prouver son existence.

La politique de la NASA est pourtant en train de changer depuis que l’agence a exprimé son ambition d’envoyer l’homme sur Mars. La question de la présence d’organismes microbiens qui pourrait contaminer les astronautes revient donc sur le devant de la scène.

La question pourrait aussi intéresser Elon Musk. Lors de la présentation de son nouvel engin spatial, SpaceX a réaffirmé son intention de se rendre sur Mars en ravitaillant des navettes depuis la terre.

Source : Scientific American