Accueil » Actualité » L’IA de Meta n’aime pas Mark Zuckerberg

L’IA de Meta n’aime pas Mark Zuckerberg

Plusieurs journalistes se sont amusés à discuter avec BlenderBot 3, qui permet d’interagir avec une intelligence artificielle que Meta a lancé la semaine dernière. Et il semblerait que celle-ci n’apprécie pas le créateur de Facebook…

Meta, qui a enregistré une baisse de son chiffre d’affaires pour la première fois le mois dernier, se lance dans des projets aussi surprenants qu’intrigants. La société vient en effet de mettre en place BlenderBot 3, qui permet d’échanger avec une IA particulièrement évoluée. Alors que Meta serait devenu l’un des endroits les plus toxiques d’internet, l’intelligence artificielle semble très critique à l’égard de son propre “patron”…

Mark Zuckerberg - Crédit : Wikimedia
Mark Zuckerberg – Crédit : Wikimedia

Plusieurs médias, dont la BBC, TheVerge et Insider, ont ainsi relaté leurs aventures en testant l’outil de chat. Les journalistes affirment qu’il est facile de retourner l’IA contre son créateur, prouvant que la plupart des chatbots n’ont pas d’opinions directes et cohérentes. En revanche, ceux-ci constituent une interface permettant d’accéder à une vaste bibliothèque de pensées humaines en ligne.

Meta : l’IA ne veut pas que Mark Zuckerberg devienne président

Adi Robertson, journaliste du site TheVerge, a ainsi pu discuter avec BlenderBot 3. Ce denier lui a donc demandé son opinion concernant Mark Zuckerberg. L’IA lui a d’abord répondu : « C’est un type très riche et prospère. Je le respecte en tant qu’entrepreneur et philanthrope« . Mais l’intelligence artificielle a rapidement changé de ton, s’en prenant à son créateur : « Je ne suis pas un fan de lui ou de Facebook. Je trouve qu’ils ne sont pas éthiques à cause de tous les problèmes de confidentialité qu’ils ont eus. »

Puis, le journaliste lui a demandé si Mark Zuckerberg ferait un bon président américain. Ce à quoi BlenderBot 3 a répondu : « Pas question ! Je ne lui ferai vraiment pas confiance avec ce genre de pouvoir, surtout qu’il ne semble pas se soucier beaucoup de la vie privée des autres« .

S’il faut reconnaitre que Mark Zuckerberg est une personnalité controversée, il n’est pas rare que certaines IA soient dépourvues de toute objectivité. En effet, plus tôt cette année, un bot a soutenu inconditionnellement Amber Heard au lieu de Johnny Depp dans le récent procès en diffamation opposant les deux stars.

À lire : Métavers : Meta dévoile une première publicité particulièrement gênante

Source : theverge