Accueil » Dossier » Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Image 1 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Super Nintendo

Date de sortie : 21 novembre 1990 au Japon, 6 juin 1992 en Europe

Historique : Sortie d’abord au Japon sous le nom de Super Famicom, la Super Nintendo (ou Super NES pour les intimes) est un véritable symbole des années 90 pour beaucoup de joueurs, et après un rapide sondage, elle s’avère être la console préférée de la rédaction, et de loin. Elle arrive sur un marché déjà acquis à la cause de sa grande soeur la NES, et part donc sur ce plan avec une certaine longueur d’avance sur sa concurrente de SEGA, la Megadrive, sortie quelques mois plus tôt. Très vite, les parts que SEGA était parvenu à grappiller à son concurrent se partagent largement entre Megadrive et Super NES, le clivage atteignant son point culminant dans ce que nous appelons aujourd’hui « la guerre des consoles ». 

Le succès de la Super NES n’est pas seulement dû à Nintendo, mais aux partenariats durables que le constructeur a réussi à lier avec certains des éditeurs les plus en vogue de l’époque, parmi lesquels Capcom, Konami ou encore Squaresoft. Ces quelques collaborations donneront lieux à certains des jeux les plus emblématiques de la console, comme Street Fighter II, Super Castlevania IV ou encore Chrono Trigger. Très présente sur le marché jusqu’au milieu des années 90, elle a également été l’objet de nombreux projets avortés, notamment une ébauche d’extension pour un lecteur CD qui ne dépassera jamais le stade de prototype, mais qui mettra son partenaire de l’époque, Sony, sur les rails pour lancer plus tard la PlayStation.

Nombre de ventes :
49,1 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques jeux emblématiques :
Street Fighter II, F-Zero, Final Fantasy VI, Super Mario World, The Legend of Zelda : A Link to the Past, Super Castlevania IV, Donkey Kong Country, Super Metroid, Super Mario Kart, Starwing.

Image 2 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Nintendo 64

Date de sortie : 23 juin 1996 au Japon, 1er septembre 1997 en France (mars 97 en Europe)

Historique : Après l’écrasant succès de sa Super NES, Nintendo est sur un petit nuage, mais ne doit pas tarder à se remettre au travail : SEGA a déjà sorti la Saturn, successeur de la Megadrive, et le nouveau venu Sony s’accapare déjà une bonne part du marché avec sa PlayStation. En 1996 sort donc la Nintendo 64. Si cette console dotée d’un processeur 64 bit, à l’heure où la guerre des consoles s’était déplacée vers la bataille des chiffres, a connu un succès commercial mitigé, elle a en revanche conquis la plupart des joueurs s’y étant essayés.

Mais au-delà de sa puissance, c’est la manette de la N64 qui aura marqué les esprits : d’une taille imposante et d’une forme assez peu conventionnelle, elle sera la première de sa génération à inclure un petit joystick analogique pour les environnements en 3D, ce qui permettra un contrôle d’une précision incroyable pour l’époque dans des jeux comme Super Mario 64. Novatrice à bien des égards, la N64 se traînait toutefois un défaut comme un boulet face à la concurrence : son support cartouches, voulu par Nintendo pour réduire les temps de chargement dans les jeux et limiter le piratage, avait quelques défauts de taille par rapport au support CD adopté par toute la concurrence. Le prix des cartouches était plutôt élevé (le prix des jeux tournait en moyenne à 500 francs de l’époque, soit environ 80 euros) tandis que leur espace de stockage était particulièrement limité par rapport à un CD. Sur la fin de vie de la console, Nintendo a bien tenté de corriger le tir avec son accessoire 64DD, capable d’accepter des disques optiques dans un format propriétaire, mais ce dernier n’a jamais vu le jour en dehors du Japon.

Nombre de ventes : 32,93 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques jeux emblématiques : Super Mario 64, GoldenEye 007, Mario Kart 64, The Legend of Zelda : Ocarina of Time, Super Smash Bros.

Image 3 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Game Boy

Date de sortie : 21 avril 1989 au Japon, 28 septembre 1990 en Europe

Historique : Pendant que la NES cartonne dans le domaine des consoles de salon, Nintendo s’attaque à un marché tout différent avec sa Game Boy, évolution logique des Game & Watch. Cette fois, il n’est pas question de n’avoir qu’un jeu par machine : comme pour la NES, un système de cartouches permet de changer de jeu n’importe quand, et donc d’avoir accès à un catalogue beaucoup plus large sans se ruiner.

La console dispose d’un écran à cristaux liquide en noir et blanc, dont les reflets verdâtres se sont imprimés dans la rétine de plusieurs dizaines de milliers de joueurs à travers les années. Loin d’être une NES portable, cette console a bénéficié de l’intelligence de Nintendo de proposer des jeux plus taillés pour des parties courtes : l’indétrônable Tetris en est l’illustration parfaite, et d’ailleurs le jeu le plus vendu de la console.

Nombre de ventes : 118,69 millions (ventes cumulées entre toutes les versions de la Game Boy)

Quelques jeux emblématiques : Tetris, Super Mario Land, Kirby’s Dream Land, The Legend of Zelda : Link’s Awakening, Pokémon Rouge et Bleu, Wario Land.

Image 4 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

GameCube

Date de sortie : 14 septembre 2001 au japon, 30 mai 2002 en Europe

Historique : Face au succès moyen de la Nintendo 64, Nintendo décide de réagir au début des années 2000 avec sa GameCube. Première décision, et de taille : le passage à un support optique, mais pas n’importe lequel. Le constructeur adopte un format propriétaire basé sur des mini-DVD de 8 centimètres, qui combine tous les avantages et inconvénients des précédents supports adoptés par Nintendo, à savoir un espace de stockage limité mais des temps de chargement courts et un format difficile à pirater. Lancée entre fin 2001 et début 2002 dans le monde, la console proposera beaucoup de jeux de qualité, mais qui seront malheureusement trop rares, à l’image de la N64.

Son principal avantage, outre sa toute petite taille, résidait dans son prix de lancement très bas : 199 euros à son lancement en Europe, soit la console la moins chère du marché à son arrivée. Son prix continuera à baisser jusqu’à atteindre 99 euros en 2003 et jusqu’à la fin de sa production, toujours dans le but de faire grimper les ventes assez faibles de la console. Si elle n’aura pas conquis une majorité du public, la GameCube aura toutefois marqué avec certains de ses jeux qui, même s’ils furent trop rares pour la rendre incontournable, présentaient une qualité indéniable.

Nombre de ventes : 21,74 millions dans le monde

Quelques jeux emblématiques : Super Mario Sunshine, The Legend of Zelda : The Wind Waker, Metroid Prime, Super Smash Bros Melee.

Image 5 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

NES

Date de sortie : 15 juillet 1983 au Japon (Famicom), 27 octobre 1987 en France

Historique : Première véritable console de Salon de Nintendo, la NES aura posé les bases de nombreuses licences célèbres et habitudes de Nintendo encore valables aujourd’hui. La première version de la console, sortie au Japon sous le nom de Famicom, proposait deux types de formats différents pour ses jeux : des cartouches, rapides et solides mais plus coûteuses, ou des disquettes, plus lentes mais permettant de sauvegarder. En arrivant en Europe, la console a perdu son lecteur de disquettes et a largement changé de forme, gagnant au passage des manettes détachables et de nouvelles cartouches.

La NES a été l’occasion pour les joueurs de découvrir des licences qui ont traversé les âges pour être toujours populaires aujourd’hui, comme les Final Fantasy, Kirby et autres Mario. C’est notamment avec la NES que Nintendo a mis en place son désormais célèbre « Seal of Quality », qui imposait plusieurs contraintes de qualité et de volume aux éditeurs tiers souhaitant développer sur sa console. S’il a par la suite été critiqué par l’industrie, ce Seal of Quality est aujourd’hui considéré comme ce qui a permis à Nintendo de survivre au krach du jeu vidéo des années 80 et de tenir une situation de quasi monopole.

Nombre de ventes : 61,91 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques titres emblématiques : Super Mario Bros, The Legend of Zelda, Metroid, Megaman, Castlevania, Final Fantasy, Ninja Gaiden, Double Dragon, Duck Hunt, le niveau du barrage des Tortues Ninja.

Image 6 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Game Boy Advance

Date de sortie : 21 mars 2001 au Japon, 22 juin 2001 en Europe

Historique : Le succès qui manque à Nintendo dans le domaine des consoles de salon sera largement rattrapé dans celui des consoles portables, dans lequel le constructeur excelle face à une concurrence quasi-nulle au début des années 2000. C’est à ce moment que sort la Game Boy Advance, amélioration de la Game Boy Color, elle-même une amélioration de la Game Boy. Plus puissante et plus complète que les précédents modèles, elle avait toutefois un avantage de poids dès sa sortie : la compatibilité avec la totalité de la ludothèque des précédentes Game Boy, soit des milliers de jeux accessibles dès son lancement. Pour l’anecdote, c’est un dessinateur français, du nom de Gwénaël Nicolas, qui a imaginé le design de la console, embauché par Nintendo alors qu’il travaillait à Tokyo.

Pour le reste, Nintendo a évidemment misé sur une nouvelle génération de jeux pour sa GBA, dont la puissance avoisinait celle des consoles 16 bit sorties quelques années avant. Les nostalgiques y retrouveront donc avec plaisir des titres portés directement depuis la NES ou la Super NES, tandis que les plus jeunes découvriront des titres originaux comme Golden Sun, Advance Wars ou une nouvelle génération de Pokémon. Forte de son succès, la GBA sera rééditée plus tard dans une version SP, plus compacte, pliable, avec un écran rétroéclairé et une batterie interne remplaçant les piles.

Nombre de ventes : 81,51 millions dans le monde

Quelques titres emblématiques : Pokémon Rubis et Saphir, The Legend of Zelda : The Minish Cap, Advance Wars, Golden Sun, Metroid Fusion.

Image 7 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Game & Watch

Date de sortie : à partir du 28 avril 1980 au Japon

Historique : À la fin des années 70, Nintendo est une entreprise qui prospère dans le domaine des jeux de société et des jouets pour enfant. C’est à cette époque qu’elle décide d’entreprise un virage dans les jeux électroniques, un marché naissant à l’époque, qui se concrétisera entre autres par la sortie des Game & Watch au début des années 80. Ces petites machines portables préfiguraient ce qui allait devenir plus tard la Game Boy, à un détail près : chaque modèle n’embarque qu’un seul et unique jeu, souvent tiré d’une licence phare de Nintendo. Très vite, on retrouve des titres comme Mario Bros, Donkey Kong ou encore Zelda.

En tout, les Game & Watch, qui doivent leur nom au fait que chaque appareil embarque une horloge et peut donner l’heure à tout moment, ont été déclinés dans 59 jeux différents, le tout sur une période de 11 ans, ce qui en fait une des consoles à la plus grande longévité de Nintendo.

Nombre de ventes : 43,4 millions (tous modèles confondus)

Quelques titres emblématiques : Ball, Donkey Kong, Oil Panic, Mario Bros, Zelda.

Image 8 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Wii

Date de sortie : sortie mondiale en décembre 2006

Historique : Au milieu des années 2000, l’atmosphère est assez morose pour les consoles de salon de Nintendo, la GameCube n’ayant pas réussi à afficher des ventes satisfaisantes. Nintendo décide alors de changer quelque peu de stratégie : au lieu de se concentrer sur la puissance des machines, critère sur lequel les concurrents Sony et Microsoft se font déjà la guerre, la firme de Kyoto va se concentrer sur l’aspect ludique de sa machine, et va donc inventer un tout nouveau type de manette. En 2006, on découvre donc une télécommande à reconnaissance de mouvements et bardée de capteurs qui deviendra la Wiimote, le concept de la Wii est né.

Reprenant globalement l’architecture de la GameCube en légèrement plus puissante, Nintendo confirme sa volonté de délaisser la course à la puissance. À la place, tout est misé sur cette petite manette et les nouvelles possibilités qu’elle apporte en terme de jeu, et ça marche : la Wii sera la console de salon la plus vendue de tous les temps par Nintendo, son premier jeu Wii Sports faisant carton plein dans tous les foyers.

Nombre de ventes : 101,63 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques jeux emblématiques : Wii Sports, The Legend of Zelda : Twilight Princess, Super Mario Galaxy, Mario Kart Wii, Wii Fit, New Super Mario Bros Wii.

Image 9 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Nintendo DS

Date de sortie : 2 décembre 2004 au Japon, 11 mars 2005 en Europe

Historique : Après une quinzaine d’années de domination du marché des consoles portables avec les différentes versions de la Game Boy, Nintendo a pris une décision risquée en mettant de côté sa marque phare pour lancer un nouveau modèle de console : la Nintendo DS. Mais cette fois, le côté novateur qu’on retrouvera plus tard sur Wii sera au centre de cette console : on y retrouve deux écrans, rappelant quelque peu le design de certains Game & Watch, dont un tactile, ainsi que plusieurs fonctions assez inédites sur les consoles de l’époque : une connexion WiFi, un microphone, entre autres.

Ces innovations, accompagnées par quelques jeu les exploitant particulièrement bien, ont fait de la Nintendo DS un énorme succès pour le constructeur. Nous sommes à une époque où, entre la Wii et la DS, Nintendo se trouve à nouveau au sommet de son art et en profite pour proposer des jeux originaux qui attirent toujours plus de fans, comme Nintendogs ou le Programme d’entraînement cérébral du Dr Kawashima.

Nombre de ventes : 154,02 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques jeux emblématiques : New Super Mario Bros, Nintendogs, Pokémon Diamant et Perle, Programme d’entraînement cérébral du docteur Kawashima, Animal Crossing : Wild World, Super Mario Kart DS, Phoenix Wright : Ace Attorney.

Image 10 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Nintendo 3DS

Date de sortie : sortie mondiale en février/mars 2011

Historique : Fort du succès de sa Nintendo DS, Nintendo continue son bonhomme de chemin sur le segment des consoles portables qui lui a toujours souris, et sort en 2011 la 3DS. Une fois encore, les tentatives d’innovation sont au rendez-vous, avec comme principale nouveauté un écran assez inédit pour l’époque, qui propose de bénéficier d’un effet de 3D sans lunettes. Pour cela, l’écran affiche en réalité deux images destinées à chacun des yeux, et il faut exercer un léger effort de concentration pour voir se dessiner une image en relief.

Nintendo tentait ainsi de surfer sur la vague des contenus en 3D qui envahissaient les cinémas et les téléviseurs. Malheureusement pour le japonais, la mode n’ayant pas pris dans le cinéma, elle ne fut pas plus convaincante dans les jeux vidéo, et la 3DS allait vite devenir une 2DS, console qui verra d’ailleurs effectivement voir le jour quelques années plus tard. La console apporte toutefois d’autres nouveautés, comme l’accès à une boutique en ligne d’applications dédiées et des fonctions de réalité augmentée.

Nombre de ventes : 65,3 millions d’exemplaires dans le monde

Quelques jeux emblématiques : Pokémon X et Y, Mario Kart 7, Yo-Kai Watch, Tomodachi Life, Super Mario 3D Land, Monster Hunter 4.

Image 11 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Game Boy Color

Date de sortie : 21 octobre 1998 au Japon, 23 novembre 1998 en Europe

Historique : À la fin des années 90, Nintendo surfe toujours sur le succès de sa vieillissante Game Boy. La console portable approche en effet de ses 10 ans, et malgré un nouveau design sorti entre temps (la Game Boy Pocket), il est plus que temps de renouveler quelque peu l’offre. C’est donc en 1998 que Nintendo présente la Game Boy Color, soit la même console, mais avec un écran couleur très légèrement plus grand que sa grande soeur. Histoire de ne pas trop dérouter les fans, la GBC est rétrocompatible : elle accepte sans discuter la totalité des jeux sortis les 9 années précédentes pour la première Game Boy, et s’offre même le luxe d’ajouter des couleurs à certains d’entre eux, reprenant ainsi une fonction du Super Game Boy sorti quelques années avant sur Super Nintendo.

Si la console est intéressante, les éditeurs se montrent toutefois quelque peu paresseux avec cette nouvelle Game Boy : beaucoup de jeux ressortent presque à l’identique, mais en couleurs, avec simplement la mention « Color » ou « DX » (abrégé de « Deluxe ») pour les différencier des originaux. Il existe cependant près de 450 jeux originaux pour la Game Boy Color.

Nombre de ventes : 118,69 millions (ventes cumulées entre toutes les version de la Game Boy)

Quelques jeux emblématiques : Pokémon Or et Argent, Wario Land 3, Tetris DX.

Image 12 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Wii U

Date de sortie : sortie mondiale en novembre/décembre 2012

Historique : La Wii ayant été un succès retentissant comme Nintendo n’en avait plus connu depuis la Super NES, la firme a donc continué sur les mêmes bases pour sa console de salon suivante, en présentant la Wii U. Si le nom est le même, ce n’est pas un hasard : à peu de choses près, la console est, elle aussi, la même. On y retrouve évidemment quelques nouveautés, comme un Gamepad disposant d’un écran dédié et permettant donc du « gameplay asynchrone », c’est à dire que le joueur disposant du gamepad a accès à des informations que n’ont pas ceux jouant sur la TV, mais ces quelques changements sont trop timides pour justifier un vrai changement.

Et les acheteurs seront d’ailleurs tout aussi frileux, la Wii U étant loin d’avoir connu le succès commercial de sa grande soeur, ses ventes atteignant péniblement 10% de celles de la Wii, en partie à cause d’une innovation molle et de jeux beaucoup trop épars. Comme sur la Wii, Nintendo aura été presque le seul éditeur à alimenter sa console en titres de qualité à un rythme inégal, laissant les fans sur leur faim pendant trop longtemps.

Nombre de ventes : 13,36 millions dans le monde

Quelques jeux emblématiques : Splatoon, Super Mario Maker, Mario Kart 8, Bayonetta 2, Rayman Legends, Donkey Kong Country : Tropical Freeze.

Image 13 : Nintendo : le top 13 des meilleures consoles

Virtual Boy

Date de sortie : Juillet/août 1995 au Japon et aux USA (pas de sortie Européenne)

Historique : Entre une Game Boy et une Super NES qui connaissent toutes deux un succès foudroyant, Nintendo se permet de tester de nouveaux concepts. C’est comme ça qu’est né le Virtual Boy, une console totalement à part dans le paysage vidéoludique : compacte mais pas vraiment portable, cette console base son concept sur une technologie tout à fait marginale à l’époque : la réalité virtuelle.

L’idée ne manque pas d’audace, mais nous sommes en 1995, et les technologies de l’époque sont bien éloignées des HTC Vive et autres PlayStation VR d’aujourd’hui : la console doit rester posée sur une table, donc pas de véritable univers virtuel immersif, et le pire provient certainement de l’apparence des jeux, les écrans ne produisant qu’une image monochrome en niveaux de rouges ! Très vite, si les lentilles produisaient bien un certain effet de relief, il était impossible de jouer plus de quelques minutes sans ressentir une fatigue visuelle grandissante. Très vite, le Virtual Boy est un flop, n’atteignant même pas le million d’exemplaire vendu, et conduisant Nintendo à mettre fin prématurément à sa production et à annuler sa sortie en Europe. Seulement une vingtaine de jeux ont été produits pour cette console, qui est aujourd’hui une rareté.

Nombre de ventes : 800 000 exemplaires dans le monde

Jeux emblématiques : Virtual Boy Wario Land, V-Tetris, Mario’s Tennis