Accueil » Test » Panda Dome 2018 : que vaut l’antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Panda Dome 2018 : que vaut l’antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Image 2 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?
7/10

Panda Dome 2018

2,99 / mois€ > Panda
On aime
  • l’abonnement mensuel sans engagement & multidevices
  • la convivialité de la suite
  • les défenses anti-ransomware
On n’aime pas
  • beaucoup de modules trop minimalistes
  • l’optimiseur PC et le contrôle parental risibles
  • es incohérences et dysfonctionnements
Verdict :

Panda Dôme 2018 est un produit séduisant et très simple d’emploi. Il est aussi très efficace. L’offre se démarque surtout par sa formule sous forme d’abonnement mensuel résiliable à tout instant. Une formule d’avenir. Les fonctionnalités restent cependant trop minimalistes pour le prix. Et quelques incohérences viennent ternir un premier contact pourtant très positif. Mais la suite mérite vraiment d’être essayée si vous appréciez la simplicité…

plus

Après quelques années d’absence, Panda Security est de retour dans notre comparatif, et ce, pour une excellente raison. Avant-gardiste des protections boostées par le cloud, bien avant les autres, Panda Security trouve une nouvelle fois le moyen de se démarquer en proposant sa suite sous forme d’un abonnement mensuel sans engagement et résiliable gratuitement à tout moment. D’autant que cet abonnement couvre tous les dispositifs de votre foyer, sans limites ! Nous croyons totalement à cette formule, nous l’appelons même de nos vœux depuis plusieurs années. C’est une nouvelle fois Panda Security qui innove et trace la voie à suivre (ils avaient déjà été les premiers à jouer la carte du « tout cloud »).

À l’heure d’Office 365 et d’Adobe Creative Cloud, mais aussi à l’heure d’un Windows 10 bien armé par défaut, devoir sortir plus d’une cinquantaine d’euros d’un coup, chaque année, pour protéger seulement une, deux, ou trois machines n’a plus aucun sens. L’heure de la sécurité sur abonnement et sans contrainte a sonné. En 2018, seuls Panda et Avira l’ont compris. Les autres devront s’y mettre… ou disparaître ?
Quant à la protection par elle-même, elle est aisée et limpide et s’adresse à un public peu averti qui veut disposer d’une palette d’outils très simples d’emploi.

Image 3 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Quoi de neuf en 2018 ?

Tout est nouveau dans cette suite joliment dénommée Panda Dome. L’interface, les protections, l’ergonomie générale, la richesse fonctionnelle, la conception modulaire, et le mode de distribution sur abonnement. En cette année 2018, Panda Security bouge, beaucoup plus que bien d’autres éditeurs.
Avec son abonnement mensuel que vous pouvez annuler à tout moment et dont le premier mois est gratuit, vous pouvez facilement satisfaire votre curiosité et vérifier si elle répond à vos besoins. Au pire, vous n’aurez qu’à la désinstaller et couper l’abonnement.Image 4 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

6 raisons d’adopter ou non Panda Dôme 2018

1. Oui – Pour la diversité de ses modules

L’interface de Panda est plutôt agréable. À l’accueil, elle se contente d’afficher un écran avec l’état des protections et les fonctions clés : scan des disques, protection temps réel, PC Cleanup (pour débarrasser le PC des fichiers inutiles, gérer le démarrage et défragmenter les disques durs), le VPN (pour anonymiser vos activités en ligne) et l’accès au support utilisateur.
Une simple rotation de la molette de la souris fait ensuite apparaître la multitude d’autres modules. Le plus simple est encore de les lister :

  • My Devices = accès à la supervision des autres dispositifs
  • Data Shield = l’anti-ransomware qui protège vos dossiers de données
  • Wi-Fi Protection = qui indique la dangerosité des hotspots à portée
  • Firewall = le pare-feu intégré
  • Application Control = le bouclier comportemental qui vous permet d’interdire l’exécution de toute application non connue
  • Parental Control = le contrôle parental pour limiter l’usage du PC et les navigations Web de vos enfants
  • Safe Browsing = le bouclier anti-phishing
  • USB Protection = qui contrôle que les clés USB que vous connectez à votre PC sont saines
  • Process Monitor = qui liste les processus actifs et indique leur dangerosité potentielle et les connexions HTTP qu’ils utilisent
  • Anti-Theft = l’antivol pour repérer vos mobiles perdus ou volés
  • Rescue Kit = un kit de secours sur lequel on va revenir
  • Online-Backup = un outil de sauvegarde en ligne de vos fichiers importants s’appuyant en réalité sur le service Mozy
  • Virtual Keyboard = un clavier virtuel pour ceux qui ont peur des keyloggers
  • File Shredder = un destructeur définitif de fichiers pour effacer un fichier sans possibilité de le restaurer
  • File Encryptor = pour chiffrer un dossier ou une clé USB
  • Password Manager = l’inévitable gestionnaire de mots de passe, qui n’est autre que le réputé, mais ancestral, Password-Depot de AceBit.

Image 5 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Bref, la suite est vraiment complète. Mais attention, ici tous les modules sont assez minimalistes. Limités en fonctions, mais simples d’utilisation, ils s’adressent volontairement à un public sans expertise technique.  
En outre, pour certains boucliers, Panda a préféré nouer des partenariats, plutôt que de développer ses propres solutions, et les logiciels proposés ont donc un « look and feel » très différent de la suite. C’est particulièrement vrai pour le gestionnaire de mot qui semble ici beaucoup trop évolué et complexe par rapport aux autres protections. C’est aussi vrai de la sauvegarde en ligne (en partenariat avec Mozy, filiale de Dell) qui est limitée à 2 Go, ce qui est un peu court (et corresponds en fait à l’offre gratuite de Mozy).

>> Antivirus : quelle est la meilleure suite de sécurité ?

2. Oui – Pour l’impact maîtrisé sur les performances

La plupart des utilisateurs sont très regardants quant à l’impact que peut avoir une suite de sécurité sur les performances de leur ordinateur. En la matière, Panda n’a pas toujours été le meilleur élève. Mais cette édition 2018 ne soulève aucune inquiétude. Même le temps de démarrage et l’occupation mémoire restent relativement peu impactés, surtout si l’on considère la richesse de la suite. Seuls les transferts de fichiers via Internet sont véritablement impactés par la présence de la suite. Bref, Panda est une protection pour tous, quel que soit le PC utilisé.Image 6 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

3. Oui – Pour certains outils originaux

Il y a toujours de bonnes idées chez Panda. D’une manière générale, nous apprécions l’indéniable volonté de l’éditeur de systématiquement privilégier la simplicité, même sur des boucliers par nature assez techniques comme le Contrôle des applications (voir plus loin), Data Shield ou le moniteur de processus. Ces trois outils bienvenus sont ici bien expliqués et simplement implémentés, et contribuent beaucoup à la proactivité des défenses ainsi qu’à une bonne compréhension de ce qui se passe sur son ordinateur.
Le Rescue Kit est une autre fonctionnalité avancée que l’on affectionne. Il permet de créer un lecteur USB de secours sur lequel redémarrer un PC fortement infecté ou bloqué par un malware. Ce Rescue Kit comporte aussi un outil de désinfection avancé, Panda Cloud Cleaner, qui effectue un nettoyage plus en profondeur que ce que l’antivirus ne réalise en standard. C’est un peu l’équivalent chez Panda de l’excellent Norton Power Eraser, même si ce Cloud Cleaner se montre moins agressif, mais aussi moins efficace.
Dernière fonction originale : Panda fait beaucoup d’effort pour intéresser l’utilisateur à la sécurité avec des alertes liées à l’actualité et un écran qui reprend les informations du blog, malheureusement en langue anglaise. La démarche est néanmoins intéressante.Image 7 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

4. Non – Parce que certains boucliers restent à parfaire

Panda est évalué par VB100, par AV-Test et par AV-Comparatives et se trouve plutôt bien noté par chacun des laboratoires. L’efficacité de ses protections est saluée même si son taux de faux positifs est supérieur à la moyenne.
Sur nos tests, Panda a toujours été à la peine. C’est encore vrai cette année, même si l’efficacité de sa protection Data Shield contre les ransomwares nous a totalement convaincus. D’une manière générale, ses autres protections se montrent légèrement inférieures aux défenses intégrées de Windows 10. Ceci dit, nos tests n’évaluent pas la capacité des suites à compléter les défenses de l’OS de Microsoft qui sont pour l’essentiel désactivées sur les machines de tests, afin de mesurer vraiment ce que les boucliers proposés par les éditeurs ont dans le ventre. Image 8 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Nous estimons que, dans des conditions classiques d’utilisation, la plupart des défenses de Panda viennent compléter celles de Windows 10 et renforcent donc le niveau général de protection sans le dégrader.
Les résultats un peu inférieurs s’expliquent par le manque d’efficacité de son filtrage en ligne (qui ne fait pas mieux que celui de Google Chrome, en réalité c’est Chrome qui protège ici l’utilisateur, pas Panda), par le total manque d’intelligence de son anti-phishing, et par la conception de son option « Contrôle des applications ». Celle-ci n’est en effet pas active par défaut. Elle offre cependant un vrai regain de proactivité : dès qu’une application non autorisée tente de s’exécuter, l’utilisateur en est averti et le programme demande de décider si oui ou non l’application peut être autorisée. Le problème, c’est que Panda ne préconise rien et laisse le soin à l’utilisateur de décider seul (dans nos tests, nous simulons toujours le comportement idiot de celui qui veut tout installer quoi qu’il advienne).
Résultat des courses, Panda ne nous a pas livré en fin de tests une machine aussi propre qu’espérée. Certes, les ransomwares ont bien été contrés et aucune menace critique ne s’est retrouvée active sur le système. En revanche, plusieurs crapwares et junkwares, livrés avec des outils pseudo-gratuits, sont venus endommager le système. Un petit coup de Panda Cloud Cleaner a permis de nettoyer l’essentiel, mais quelques résidus persistent quoiqu’en grande partie inactivés. L’utilisateur et ses données n’ont a priori pas été mis en danger, mais au final ces « indésirables » impactent la note défensive. Reste que le niveau de défense demeure bien adapté au public visé par la suite.Image 9 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

5. Non – Pour l’absence de console centrale

Panda ne propose pas de console Web centralisée pour piloter à distance toutes les protections du foyer. C’est dommage pour une solution qui propose une formule d’abonnement couvrant un nombre illimité de dispositifs. Sur ce point, Panda est très en retard sur la concurrence. Côté multi-plate-forme, l’abonnement donne droit à l’installation de protections sur PC, sur Mac, sur Android et sur iOS.
La protection Mac n’a pas grand intérêt. Très éloignée de la suite PC, elle se limite à un simple antivirus.
La protection iOS est encore plus restreinte et se limite simplement à l’antivol pour repérer où se situe votre smartphone volé ou égaré.
C’est finalement la protection Android qui justifie le mieux l’approche multi-device. Celle-ci reprend quelque peu l’esprit de la version PC. C’est avant tout un scan et un antivol pour vos mobiles, mais il possède aussi des fonctions de contrôle et de blocage des applications.
 Image 10 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Aucune de ces protections ne partage de fonctionnalités entre les plateformes, même si l’antivol est évidemment contrôlable à distance depuis un navigateur. Même le contrôle parental n’existe que sur PC ! Ce dernier ne vaut d’ailleurs pas grand-chose : celui intégré à Windows 10 se montre à la fois beaucoup plus utile, beaucoup plus riche en fonctionnalités et beaucoup plus efficace.
Au chapitre des incongruités, on notera que le profil enfant de Panda n’interdit pas l’accès aux sites des sectes (la catégorie est clairement décochée) un comble pour une entreprise qui, à ses origines, s’est vu accusée de liens étroits avec la scientologie (mais la société a changé depuis de dirigeants). Signalons cependant que Panda travaille sur une nouvelle solution de contrôle parental plus moderne et multi-appareils, dénommée « Panda Family ». Reste à savoir si cette nouvelle solution sera bien intégrée à l’offre existante ou facturée en supplément.

>> Panda Free Antivirus 2017 : Trop minimaliste pour s’imposer

6. Non – Pour les dysfonctionnements rencontrés

Sur le principe, avoir autant de modules dans une seule suite est très alléchant. Mais il peut conduire à quelques aberrations… Typiquement, le gestionnaire de démarrage détecte la barre de navigateurPanda SafeWeb (sponsorisée par Yahoo !) comme une extension indésirable. Le gestionnaire de mots de passe invite à installer un clavier virtuel alors que Panda en incorpore un.
Et ces aberrations expliquent peut-être aussi certains dysfonctionnements rencontrés. Par exemple, Panda a refusé de s’installer sur une de nos machines. Alors qu’elles sont toutes identiques et avec une installation propre. De même, sur une autre machine, il ne nous a jamais été possible d’activer le contrôle parental. Le test a dû être réalisé sur un troisième PC, qui lui n’a connu aucun déboire. On notera que le support Panda ne nous a pas particulièrement impressionnés par son efficacité et sa réactivité sur ces incidents.
Une autre anecdote illustre aussi ces incohérences : Panda se veut une suite extensible. Un bouton « + » sur l’interface permet d’ajouter des modules supplémentaires. Nous avons acquis via ce mécanisme une extension nommée « Panda Cleanup », pensant ainsi tester l’intégration des modules supplémentaires. Après avoir entré nos coordonnées PayPal, l’abonnement a été validé, mais le téléchargement de l’extension a échoué. Il a fallu retourner sur le site Web de l’éditeur pour procéder à un téléchargement manuel. Et là, magie, le logiciel déclare être incompatible Panda Dome et réclame la suppression de la suite de sécurité ! On obtempère pour découvrir la logique étrange se cachant de Panda : ce module Cleanup est en réalité une sous-version de Dome ne comportant que les outils d’optimisation et pas les protections (du coup, des fonctionnalités aussi basiques pour 3 euros par mois, ça frise l’arnaque !). Mais la vraie question est : pourquoi proposer cette solution comme extension dans l’interface de Panda Dome lorsqu’on a en fait les fonctionnalités déjà installées et mettre ainsi l’utilisateur dans une « mouise » incroyable tout en le facturant deux fois ?  On veut bien être gentils, mais, là, Panda frise l’intolérable !Image 11 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?

Les autres versions

Il n’y a pas d’autres versions que Dome à proprement parler. Selon l’abonnement choisi, Dome débloque plus ou moins de fonctionnalités.
Et ça commence par la version gratuite de Panda, désormais renommée Panda Dome Free, limitée aux protections antimalwares. Étant donné le peu d’intérêt du contrôle parental, la formule « Advanced » (3,99 €/mois) n’a pas d’intérêt et on lui préfèrera la formule « Complete » : elle comporte tous les outils évoqués ici pour 5,99€ par mois pour 1 poste. Comptez 6,99 €/mois pour 3 appareils, 10,99 € pour 10 appareils et surtout 12,99 €/mois pour un nombre illimité de dispositifs. Une version Premium allant de 9,99 €/mois à 21,99 € selon le nombre de dispositifs intègre l’abonnement illimité au VPN et 20 Go de stockage sécurisé de fichiers dans le Cloud. La formule d’abonnement mensuel rend la pilule moins difficile à avaler, mais Panda Dôme reste à nos yeux encore trop cher eu égard au minimalisme de ses nombreux modules et protections.Image 12 : Panda Dome 2018 : que vaut l'antivirus qui fonctionne par abonnement mensuel ?