Accueil » Actualité » Radars anti-bruit : des amendes distribuées dès cette année aux deux-roues trop bruyants

Radars anti-bruit : des amendes distribuées dès cette année aux deux-roues trop bruyants

L’inauguration d’un radar anti-bruit aura lieu ce mardi dans les Yvelines. D’autres villes seront également équipées à l’avenir. Après une phase de test, les propriétaires de deux-roues trop bruyants seront mis à l’amende.

Image 1 : Radars anti-bruit : des amendes distribuées dès cette année aux deux-roues trop bruyants
(Crédits : Unsplash)

On connaissait les radars discrets capables de déceler différents types d’infraction. Une autre technologie de contrôle routier s’apprête désormais à déferler sur les routes hexagonales. Il s’agit du radar sonore. Son objectif ? Faire baisser les nuisances sonores émises par les deux-roues débridés par leurs propriétaires. Nuisances qui empoisonnent la vie des riverains vivant près de certains axes très fréquentés par les motos et les scooters dont les conducteurs n’hésitent pas à appuyer sur le champignon.

Alors que des radars anti-bruits ont d’ores et déjà été installés en ÎIe-de-France, c’est au tour de Saint-Lambert (Yvelines) d’être équipé. Un radar sonore sera ainsi inauguré ce mardi sur la route 46 située au cœur de la vallée de Chevreuse, un axe très apprécié par les motards. Une inauguration à laquelle participera Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique. Un signe que le problème des désagréments sonores est pris très au sérieux par l’exécutif, lequel étant bien décidé à étendre le dispositif sur tout le territoire.

Lire aussi : Waze, Coyote, Tom-Tom : les contrôles routiers qui ne seront plus signalés

Vers une amende salée pour les deux-roues trop bruyants

Concrètement, trois radars acoustiques (conçus par trois fabricants différents) seront disposés au même endroit sur des routes localisées “en agglomération” où la vitesse maximale autorisée est de 50 km/h. Phase de test oblige, les contrevenants ne seront pas sanctionnés dans l’immédiat. Mais après le temps de l’expérimentation viendra celui des sanctions. Ces dernières, qui prendraient la forme d’une amende de 135 euros, pourraient surgir d’ici la fin de l’année, d’après le député Jean-Noël Barrot (MoDem). Celui-ci précise toutefois que le seuil de décibels à ne pas franchir n’a pas encore été arrêté.

Comme le souligne Le Parisien, plusieurs autres villes s’apprêtent d’ailleurs également à accueillir un radar anti-bruit. Et le quotidien de mentionner Nice, Paris, Bron, Villeneuve-le-Roi, Rueil-Malmaison ou encore Toulouse où il sera testé dans le quartier de la Roseraie. L’occasion notamment de lutter contre “les pots trafiqués” et “les rodéos urbains”, précise la municipalité de la Ville rose, citée par 20 Minutes.

Source : Le Parisien