Accueil » Dossier » Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?

Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?

Acheter une Tesla d’occasion, bonne affaire ou opération risquée ? Que faut-il vérifier avant de se lancer dans l’aventure électrique à moindre coût ? Voici nos conseils pour faire le bon choix avant de vous lancer.

Acheter une Tesla d’occasion. Une idée intéressante pour qui veut passer à l’électrique de luxe sans y laisser un rein. La Model 3 a largement démocratisé la marque californienne et force est de constater que ses voitures électriques ont investi le marché de l’occasion. Voici nos conseils pour faire le bon choix avant de vous lancer.

Image 1 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Model S, Model X, Model 3 – Crédits : Tesla

En lançant la Tesla Model 3 sur le marché, Elon Musk voulait proposer une voiture plus compacte et abordable, offrant tout l’univers de la marque à un tarif plus abordable que celui de ses devancières, les Model S et Model X. Performantes, ces dernières ne font pas partie des voitures électriques les plus rapides du monde. Leur futur petit frère, le nouveau Roadster, est quant à lui bien placé avec un 0 à 100 km/h en 1,1 seconde.

Cependant, la nouvelle berline électrique n’est pas la seule solution pour s’offrir l’expérience Tesla à moindre prix et le marché de l’occasion est une alternative à ne pas négliger. Toutefois, certains modèles ont bien des spécificités et des précautions sont à prendre.

Avec une Tesla, on ne passe pas sous la voiture

Malgré leur caractère particulièrement novateur, voir même avant-gardiste, les Tesla sont des automobiles somme toute similaires aux voitures traditionnelles. Ainsi, elles doivent faire l’objet des mêmes vérifications afin de signer sereinement le certificat de cession du véhicule (formulaire 15776*02) avec le vendeur. Aussi, leur technologie électrique leur permet de ne pas s’accroupir sous le véhicule pour détecter d’éventuelles fuites de fluides que l’on retrouve habituellement sur les voitures thermiques. En revanche, leur batterie sera au centre des attentions, tout comme les moteurs selon les versions avec de nouveaux outils de vérification.

Image 2 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Model 3 Performance 2018 accidentée (mais roulante) – Crédits : annonce ebay

Carrosserie, peinture, quel état pour une Tesla d’occasion ?

Comme n’importe quelle voiture donc, il convient de faire le tour de la Tesla d’occasion convoitée et de juger l’état de la carrosserie, des jantes et des pneus. Ce n’est pas une vérité absolue, mais plus le véhicule est kilométré, plus sa carrosserie aura été exposée aux éléments extérieurs. Les graviers sont particulièrement ravageurs sur les boucliers avant quasi-pleins des Tesla. En outre, ces voitures, souvent utilisées en ville, sont les victimes de la jungle urbaine : les stigmates de frottements contre des murets ou les rayures sont légions. Il convient aussi de prêter une attention toute particulière aux premiers exemplaires de la Tesla Model 3, affectés dès leur sortie d’usine par une peinture qui se décolle par endroit. Un problème qui ne touche cependant pas tous les véhicules. Dans son bilan après un an d’utilisation de la Model 3, le youtubeur Matt Gonzales lui faisait des reproches, mais pas celui-ci.

Aussi belles à regarder que fragiles, les jantes des Tesla sont aussi en première ligne au chapitre des dommages cosmétiques. Certaines sont légèrement rayées, d’autres plus endommagées, trahissant sans nul doute une géométrie affectée. Facultative dans tous les cas de figure, celle-ci sera vivement recommandée si la voiture a trop souvent heurté les trottoirs. Enfin, attardez vous sur les pneus pour vérifier leur usure et leur marque : privilégiez les modèles équipés de pneus premium partiellement usés aux exemplaires chaussés de pneus neuf, mais de moins bonne facture.

Image 3 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Model S – Crédits : Tesla

Finitions intérieures de Tesla, solides ou fragiles ?

Les intérieurs des Tesla en général ne souffrent pas des critiques. L’ensemble est plutôt gratifiant à l’œil sur les trois modèles que l’on peut retrouver en petites annonces. Cependant, les premières générations de Model S et de Model X n’ont guère été des exemples en matière de finition, avec du mobilier parfois mal fixé. Avec le temps, des grincements peuvent ainsi apparaître plus vite que sur d’autres voitures.

Habillés d’une sellerie en cuir d’origine animale jusqu’en 2017, les Tesla embarquent désormais un cuir synthétique. Plus écoresponsables, comme voulu par Elon Musk, ces sièges se montreraient toutefois plus fragiles par rapport aux précédents. Les selleries noires seraient également plus sensibles que les configurations blanches. Les avis divergeant à ce sujet, vous seul jugerez de leur état selon votre seuil de tolérance.

Les écrans des Tesla sont sensibles à la chaleur

L’état des écrans sera aussi à mettre sur la check-list. Pièce maîtresse dans l’habitacle d’une Tesla, l’écran central offre la plupart des accès à la configuration de la voiture et au système d’info-divertissement, notamment sur la Model 3. Son utilisation est donc soutenue et son vieillissement peut être prématuré. Soyez attentif aux rayures mais aussi à la présence de bulles à l’intérieur de la dalle (problème fréquemment observé sur les Model S et Model X), ou de tâches jaunes causées pas la chaleur estivale.

Système informatique : attention à la version du MCU

Grace à leur système de mise à jour à distance, les Tesla ont la faculté quasi-unique de se bonifier avec le temps. Les équipes de Palo Alto proposent régulièrement des programmes venant améliorer les dispositifs software des voitures, effaçant très régulièrement de nombreux bug et autres problématiques, comme dans le segment de la téléphonie par exemple. En revanche, la partie hardware n’est pas aussi souvent corrigée.

Le principal élément concerné est le Multipurpose Control Unit (MCU) de première génération, qui peut entraîner de fâcheuses complications électroniques à bord d’une Tesla, et plus particulièrement celles équipées du système Autopilot. Sachez ainsi que la Model S et le Model X souffrent d’un problème d’eMMC présent dans la première unité de contrôle des médias (MCU1) utilisée jusqu’en 2018. A noter que depuis peu, les MCU2 apparus en 2018 disposent d’une garantie 2 ans ou 40 000 km.

Image 4 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
L’intérieur du matériel Pilote automatique 3.0 de Tesla – Crédits : Tesla

Il convient donc de faire le point avec le vendeur sur la version installée et si l’unité a déjà fait l’objet d’un remplacement en centre. Une opération qui ne vous coûtera pas un euro. Tesla a reconnu son tord récemment et étend désormais sa garantie sur les véhicules concernés. A noter que pour être éligibles, les propriétaires doivent se signaler dans les huit ans à compter de la date de la vente initiale de leur Tesla ou avant 160 000 km parcourus. 

Autopilot ou non pour sa Tesla d’occasion ?

Le catalogue d’option Tesla a toujours été relativement épuré quel que soit le modèle. Si l’Autopilot est rapidement devenu populaire auprès des acheteurs, les premiers modèles peuvent ne pas en être équipés. Il sera difficile pour le vendeur de cacher l’absence de cet équipement, mais pour s’en assurer, vous pouvez vérifier le nombre de caméras situées entre le pare-brise et le rétroviseur central (au nombre de 3 lorsque l’Autopilot est présent). Sinon, il est possible d’interroger la voiture via le menu dans la catégorie logicielle.

Image 5 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Autopilot – Crédits : Tesla

La fiabilité de l’Autopilot certifiée par Tesla

Rappelons également que Tesla appuie la fiabilité de cet Autopilot. Le constructeur indique dans un récent rapport leurs chiffres du troisième trimestre 2020. Sur 7,39 millions de kilomètres parcourus par ses voitures aux Etats-Unis, un seul accident a eu lieu avec l’Autopilot activé. Si on se limite aux fonctions de sécurité activées, on passe à un accident sur 3,9 millions de kilomètres. En conduite totalement manuelle, on tombe à un accident sur 2,9 millions de kilomètres. Des données que Tesla confronte à celles de la sécurité routière américaine qui évoque un accident chaque 770 000 kilomètres.

Néanmoins, il convient de rappeler que le conducteur reste encore seul maître à bord. Un accident récent entre une Tesla à 220 km/h et une Honda l’a démontré. Le conducteur avait laissé son pied sur l’accélérateur. L’Autopilot s’était désactivé après 150 km/h. Détectant une activité humaine, il n’a pas repris la main avant le choc.

Image 6 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Model S – Crédits : Tesla

Quel moteur choisir pour sa Tesla ?

L’avantage des Tesla, à l’instar des autres voitures électriques du marché, sa mécanique s’exonère de toutes les complications des traditionnels moteurs thermiques : oubliez les durites percées, les fuites en tout genre, les fissures du joint de culasse ou les systèmes d’injection défectueux. Mais il ne faut pas faire l’impasse pour autant sur leur état et il convient de vérifier la bonne santé de l’ensemble avec un essai routier.

Eux aussi au centre de toutes les attentions dans les locaux de Tesla, les moteurs se sont bonifiés avec le temps. Sachez toutefois que les blocs électriques des modèles Performance sont les plus fragiles en raison des plus grosses puissances qu’ils doivent digérer. Aussi, préférez un modèle a deux moteurs : l’un installé à l’avant et l’autre à l’arrière, ils ont l’avantage de soulager mutuellement leurs efforts, en plus d’offrir une transmission intégrale gérée électroniquement particulièrement impériale en hiver.

Il apparaît également que les premières itérations mécaniques ont fait l’objet de remplacement en centre Tesla dès les premiers symptômes de fatigue pour ne pas froisser les clients de la première heure et l’image de la marque. Ces modèles rafraîchis seront donc à privilégier. Les plus curieux peuvent même se pencher sur l’intérieur du moteur d’une Model S, mis en pièces par la chaîne What’s Inside.

A noter tout de même que le propriétaire d’une Model S de 2013, Hansjörg Gemmingen, a dépassé les 1,2 millions de kilomètres à bord de son bolide. Enfin, bolide raisonnable puisqu’il s’agit d’un P85, une version qui reste sage avec l’équivalent de 470 chevaux. Une performance qui lui avait valu de paraître dans le Guinness Book ainsi que les félicitations d’Elon Musk.

Image 7 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Supercharger – Crédit : Blomst / Pixabay

Les batteries Tesla posent-elles problème ? Que faut-il savoir ?

Sans surprise, c’est le cœur d’une voiture électrique et donc le principal élément à inspecter avant l’achat d’une Tesla d’occasion. A l’image des moteurs, les premières batteries ont rapidement fait l’objet de changement en centre par le constructeur américain afin de ne pas ternir son image d’une part, mais aussi de s’en servir de laboratoire pour le développement d’unités de plus en plus fiables. C’est notamment le cas des premières Tesla Model S, mais aussi de quelques Model X.

Ces deux modèles ont bénéficié de nouvelles batteries en 2015 et 2016 respectivement, avec des blocs plus fiables. Les batteries des Tesla Model 3 sont équipées des cellules 2170, encore plus fiables et pouvant ingurgiter une puissance de recharge de 250 kW sur les Supercharger V3.

Après 160 000 km parcourus, Arthur Driessen, propriétaire d’une Model 3, rapportait fin 2019 qu’il n’avait perdu que très peu d’autonomie. De 498 km à son achat, sa Model 3 pouvait encore couvrir entre 486 et 495 km, 160 000 km plus tard. Pour ceux qui expérimente une perte importante d’autonomie, Tesla recommande de charger son véhicule jusqu’à 90 % tous les soirs, pendant une semaine.

Quelle durée de garantie pour les batteries Tesla

A noter que les batteries des Tesla Model S et Model X sont garanties 8 ans ou 240 000 km, alors que celles des Model 3 le sont pour une durée de 8 ans ou 160 000 km (8 ans ou 192 000 km sur les Model 3 Performance). Pour vérifier l’état des batterie Tesla, vous pouvez vous munir de l’application Scan My Tesla qui vous détaillera toutes les informations nécessaires.

Précisons également que les premières Tesla Model S peuvent mettre plus de temps à charger qu’à leur sortie. En ce sens, le Youtubeur Bjørn Nyland a démontré que les batteries Tesla de 85 kWh se rechargent entièrement au Supercharger en une heure et 14 minutes, contre 43 minutes en 2014.

La batterie 12v, l’élément à ne pas négliger dans sa Tesla

En revanche, la batterie installée dans le plancher n’est pas la seule unité électrique à contrôler. Car, c’est insoupçonné, les Tesla et les voitures électriques disposent aussi d’une seconde batterie de type 12v. Régulièrement défectueuse, la batterie met alors en défaut la voiture : l’écran de bord est inutilisable et il est impossible de démarrer ou de recharger. Depuis 2017, la voiture lance une alerte en amont pour mettre en garde sur la faible charge de cette batterie 12v et de procéder à son remplacement. Faites le point avec le vendeur pour savoir à quand remonte le dernier remplacement.

Image 8 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Model X – Crédits : Tesla

Historique et situation administrative : vos papiers s’il vous plaît

Comme pour toutes les voitures, il convient de prendre connaissance de l’historique d’entretien de la Tesla ainsi que de sa situation administrative. Avant l’achat assurez-vous donc d’obtenir un certificat de non-gage.

Demandez également au vendeur de vous fournir un maximum de factures attestant l’entretien régulier et en bonne forme de la voiture électrique. Plus le dossier est épais, plus vous devriez avoir la conscience tranquille pour les nombreux kilomètres en électrique qui s’annoncent devant vous.

Image 9 : Tesla d’occasion : quel Model choisir ? que faut-il vérifier avant d’acheter ?
Tesla Model 3 – Crédits : Tesla

Conclusion : ne foncez pas tête baissée

Depuis 2012, Tesla a lancé plusieurs modèles, eux-mêmes déclinés en plusieurs versions ou taille de batterie pour couvrir la plupart des demandes. Chacune a ses spécificités et seuls vos critères dicteront le choix final.

Dans tous les cas, les Tesla Model 3 seront les plus onéreuses du marché en raison de leur récente sortie. Ne soyez donc pas surpris de découvrir des Tesla Model 3 au même prix que des Model S, plus grandes et plus emblématiques. Mais certains exemplaires de Model S ou de Model X affichent des prix plus haut que la moyenne. Et pour cause : les exemplaires produits avant 2017 bénéficient d’un accès gratuit et illimité aux Superchargers de la marque.

Mais il est inutile de vous précipitez : si vous effectuez rarement de longs trajets sur autoroute, ces versions ne seraient pas si intéressantes. Au contraire, si vous ne pouvez pas vous passer des Superchargers au quotidien, ces Model S et Model X seront un précieux Graal. Pensez donc à bien estimer la rentabilité du surcoût tarifaire parfois constaté sur le marché de l’occasion.

Sachez aussi que Tesla propose une poignée de véhicules d’occasion à travers le site de la marque. Son fonctionnement diffère là aussi des méthodes traditionnelles puisqu’il est possible de l’acheter directement en ligne, comme pour les voitures neuves de la marque. Toutes les voitures proposées ont toutefois l’avantage d’être totalement transparentes dans la description de leur état et de bénéficier d’une garantie 1 an ou 20 000 kilomètres à la date de livraison.

Quel Tesla choisir en occasion ?

De manière générale, la Tesla Model S semble être le modèle à privilégier sur le marché de l’occasion. Elle ne profite pas des dernières technologies de la marque, notamment en matière de batterie, mais elle offre bien plus de place et une classe inimitable.

Nous conseillons les millésimes post-2016 restylés et équipés d’une nouvelle batterie, dans une configuration Dual Motor, à l’image des Model S 75D qui débutent sous la barre des 50 000 euros.

Les version 90D sont toutes aussi intéressante. Mais l’écart de capacité utile de la batterie de 9,2 kWh (offrant jusqu’à 50 km d’autonomie) peine à justifier une rallonge de 10 000 euros en moyenne sur le marché de l’occasion. Il est alors plus indiqué de se diriger sur un modèle 100D, mais certains prix s’approchent dangereusement de celui du neuf.