Accueil » Test » Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

A l’opposé de certains modèles qui n’ont de portable que le nom, l’Alienware m15 R2 se présente comme un notebook gaming plutôt léger et compact, ce qui a attisé notre curiosité. La bonne surprise vient clairement de la qualité de son écran 4K OLED, au delà des bonnes performances de l’ensemble.


8/10

Image 1 : Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

Alienware m15 R2

Alienware

ON AIME
✅ Les performances
✅ L’écran 4K HDR OLED de qualité
✅ Le rétro-éclairage RGB du clavier touche par touche
✅ La technologie Tobii
✅ La connectique complète
✅ L’Alienware Command Center
✅ Le contrôleur Ethernet 2,5 Gbps
✅ Le bouton Power qui sert aussi d’indicateur de batterie faible

ON N’AIME PAS
❌ La ventilation désagréablement fluctuante
❌ Le clavier qui ne prend pas toute la largeur
❌ Le touchpad un peu petit
❌ Le gros bloc d’alimentation, hélas indispensable
❌ La finition peut-être un peu trop « plastique » pour le prix


PROCESSEUR

Intel Core i7-9750H
Hexa-core avec HT
2,6 GHz (Turbo @4,5 GHz)


CARTE GRAPHIQUE


NVIDIA GeForce RTX 2070 Max-Q
(8 Go GDDR6 Micron)
Intel UHD Graphics 630


MEMOIRE


2 x 8 Go DDR4-2666  (SK Hynix)


STOCKAGE


SSD 512 Go Hynix PC601 M.2 NVMe 1.3


ECRAN


15,3 pouces, 4K HDR OLED
(Samsung SDCA029)


BATTERIE


76 Wh


RESEAU


WiFi 5 (Intel AC-8265)
Bluetooth 4.2
Ethernet Killer Networking E3000 2,5 Gbps


DIMENSIONS


361 x 276 x 17,9/20,1 mm
361 x 276 x 18,3/20,5 mm
(avec Tobii)
2,16 kg


Il y a tout juste un an, l’Alienware m15 faisait son apparition au CES, se présentant – à juste titre – comme le notebook gaming le plus fin et le plus léger du catalogue du constructeur, tout en affichant des performances graphiques particulièrement intéressantes. Un an plus tard, il a déjà été remplacé par une version R2, au design totalement revisité mais qui vise toujours les mêmes objectifs : finesse, légèreté et performances, particulièrement en jeu.

Portables gamer : le guide d’achat de la rentrée, par gamme et marque

Le modèle que nous avons reçu en test a toutes les cartes en main pour réussir ce défi. A l’intérieur du châssis, on trouve en effet des composants dignes d’un PC gaming de bureau : un processeur Core i7-9750H, 16 Go de mémoire DDR4 et une GeForce RTX 2070 Max-Q, le tout refroidit grâce à un système Cryo-Tech 3.0, composé de deux ventilateurs et d’un ensemble de radiateurs et caloducs. Bref, tout ce qu’il faut pour jouer dans de bonnes conditions, au moins sur le papier.

Oui pour l’écran

Image 5 : Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

Notre modèle de test est doté d’un écran 4K HDR OLED, avec un taux de rafraichissement de 60 Hz. Si cet écran est disponible sur certaines versions seulement de l’Alienware m15 R2, il va sans dire que c’est l’un des principaux atouts du modèle que nous avons entre les mains. Dans sa version OLED 4K HDR, la dalle IPS (fabriquée par Samsung) de l’Alienware m15 R2 affiche un temps de réponse de 1 ms, une luminosité maximale théorique de 400 cd/m² et un taux de contraste culminant à 100 000:1.

Image 6 : Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

Certifiée HDR-400 et annoncé comme couvrant l’espace colorimétrique DCI-P3, l’écran est effectivement de très bonne qualité, comme nous l’indiquent les résultats retournés par notre sonde Datacolor Spyder 5 Elite, avec en particulier une luminosité atteignant 471 cd/m² et un taux de contraste maximal mesuré à… 471160:1 ! La précision des couleurs est excellente, avec un ∆E très faible, preuve que l’écran est très bien calibré d’usine.

Seul bémol : cette dalle 4K HDR OLED est limitée à une fréquence de rafraichissement de 60 Hz. Il faudra donc bien prendre en compte les besoins de chacun en amont de l’achat : selon le cas, la dalle Full HD 144 Hz également proposée par Alienware pour son m15 R2 pourrait s’avérer plus intéressante.

Notre modèle bénéficiait en outre de la technologie Tobii de détection et suivi du regard du joueur. Si l’option vous est inutile, certaines versions du m15 R2 en sont dépourvue : vous gagnerez quelques millimètres d’épaisseur.

Oui pour la connectique

Comme la version précédente, l’Alienware m15 R2 est bien pourvu en matière de connectique. On trouve pêle-mêle trois ports USB 3.1 Type-A (deux à droite, un à gauche), un port USB Type-C (compatible Thunderbolt 3) à l’arrière, un connecteur Ethernet à gauche, des sorties HDMI 2.0b et miniDisplayPort 1.4 à l’arrière également, ainsi qu’une prise jack 3,5 mm. Un port dédié à l’Alienware Graphic Amplifier est présent. On notera en revanche l’absence de tout lecteur de cartes mémoires, dommage.

Image 7 : Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

« Oui, mais » pour le clavier

Alienware a amélioré l’un des petits défauts du clavier du premier m15 : la course des touches, qui passe de 1,4 mm à 1,7 mm. Le pavé numérique disparait en revanche, et le pavé tactile est plus petit (10,5 x 6 cm) que sur le précédent Alienware m15 (10,5 x 6,5 mm) ou que le Dell XPS 15 (10,5 x 8,5 cm). Dommage également que le clavier n’occupe pas toute la largeur disponible, les côtés étant réservés au refroidissement du notebook. Mais dans l’ensemble, le trackpad comme le clavier restent tout de même agréables à utiliser, d’autant que ce dernier est de type NKRO.

Le clavier bénéficie d’un rétroéclairage RGB « par touche » (Alien FX), réglable très finement via le Centre de Commande d’Alienware. Certains jeux sont d’ailleurs capables d’interagir avec le rétroéclairage du clavier : dans Civilization VI, la couleur change par exemple selon la civilisation sélectionnée… Sauf quand ce système décide de ne pas fonctionner convenablement :

Oui pour les performances

L’un des principaux aspects d’un ordinateur portable gaming reste bien entendu ses performances. Avec son Core i7-9750H, son SSD NVMe, sa GeForce RTX 2070 Max-Q et ses 16 Go de mémoire vive, l’Alienware m15 R2 promet bien entendu de nous faire rêver de ce côté là.

Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2020 par marque

Le centre de contrôle d’Alienware permet de régler le système de refroidissement selon différents paliers : Silencieux, Froid, Équilibré, Performances et Pleine Vitesse. Pour réaliser nos tests, nous avons donc configuré le système de refroidissement en Équilibré, et la gestion de l’alimentation sur une utilisation normale. Puis, nous avons reproduis les mêmes tests synthétiques et réels en réglant le système de refroidissement sur Performances, et la gestion de l’alimentation sur « Performances élevées ». Nous n’avons en revanche pas activé d’overclocking, une possibilité offerte par le centre de contrôle d’Alienware.

Image 11 : Test Alienware m15 R2 : que vaut ce PC portable gamer ultrafin ?

Performances synthétiques (PCMark)

Si l’objectif premier d’un notebook estampillé « gaming » est bien entendu de permettre de jouer à ses titres préférés, il est également intéressant de se pencher sur les performances en matière de tâches bureautiques, ce que le logiciel de benchmark PCMark 10 réalise très bien.


Pas de doute : l'Alienware m15 R2 en a sous le capot : il dépasse largement son prédécesseur, et arrive à tenir la dragée haute au m17 ! Le Mode Performances, avec une gestion maximale de l'énergie et une ventilation plus rapide, permet de grappiller un peu plus d'une centaine de points, au détriment de quelques dB(A) supplémentaires.

Advanced Alienware Cryo-Tech V3.0

Performances synthétiques (3DMark)

Le benchmark 3DMark d'UL reste une référence en la matière de mesure de performances graphiques. Compte tenu des composants intégrés dans l'Alienware m15 R2, nous nous contentons de réaliser les tests Time Spy, Time Spy Extreme et Port Royal.


Avec sa GeForce RTX 2070 Max-Q, l'Alienware m15 R2 vient sans surprise se placer entre le MSI GE75 Raider 8SE équipé d'une RTX 2060 "seulement", et le m17 et sa RTX 2080 Max-Q. Ici aussi, augmenter la vitesse des ventilateurs ne permet d'augmenter le score 3DMark Global que de quelques dizaines de points. Pire : le score CPU est (très) légèrement plus faible dans ce cas ! L'augmentation du score Global provient donc exclusivement d'une hausse du score GPU.

Performances en jeu (1080p)

Nous avons utilisé pour ce test quatre jeux DirectX 12 et deux jeux DirectX 11, testés en 1080p avec les réglages les plus élevés possibles. Nous avons toutefois désactivé les fonctionnalités propres à l’un ou l’autre des constructeurs de GPU, tel que le HBAO+, afin d’éviter tout favoritisme. Le Vsync et, le cas échéant, la limitation d’IPS ont bien entendu eux aussi été désactivés.

Jeu
Réglages
Ashes of the Singularity: Escalation
Extreme, test GPU
Tom Clancy’s The Division
Ultra
Far Cry 5
Ultra, Flou off
Rise of the Tomb RaiderVery High, SMAA, HBAO+ off
Civilization VI
Ultra/Ultra, MSAA 8x, test GPU
Total War: Warhammer II
Ultra, test Campaign

En Full HD, l'Alienware m15 R2 se place en moyenne entre le modèle de MSI équipé d'une 2060 et l'Alienware m17 et sa RTX 2080 Max-Q. Le classement est bien entendu modifié selon les jeux, et le passage en mode "Performances" (avec des ventilateurs qui tournent plus rapidement) peut - ou non - apporter quelques FPS supplémentaires, selon que le moteur du jeu utilise ou non de manière intensive le processeur.

Performances en jeu (4K)


En UHD, c'est la RTX 2070 qui limite les performances, et non plus le processeur. C'est pourquoi il n'y a plus de différence entre le mode "Normal" d'utilisation et le mode "Performances". On reste dans tous les cas au delà des 30 images par secondes dans l'ensemble des jeux testés, en sachant que nous avons conservé les mêmes réglages graphiques qu'en 1080p.

Oui pour l'autonomie

Clarifions d'office un point : l'Alienware m15 R2 n'est absolument pas un ultraportable conçu pour rester fonctionnel des heures loin de toute prise électrique. Non, sa batterie de 76 Wh servira surtout à dépanner entre deux branchements sur secteur, surtout que les performances graphiques chutent lorsqu'il est sur batterie. On s'en serait d'ailleurs douté on voyant le très imposant bloc d'alimentation de 240 watts (pour un peu moins d'un kilo sur la balance), nécessaire pour alimenter tout ce joli monde correctement.


En pratique, l'Alienware m15 R2 affiche une autonomie de 2h13 dans le test Basemark Web 3.0, lorsqu'il fonctionne avec l'IGP et sans aucune technologie d'économie d'énergie. Avec la RTX 2070 active, l'autonomie descend - de manière logique - à 1h20. Ce notebook gaming ne s'en sort donc pas si mal, comparés aux modèles concurrents, tant que l'on reste sur une utilisation bureautique et que l'on tire parti de l'IGP plutôt que du GPU.