Accueil » Test » Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD

Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD

Le vidéoprojecteur EF-100 d’Epson exploite un système tri LCD, avec un éclairage laser, et intègre un module Android TV. De plus, il est particulièrement compact. Il a toutefois un gros handicap : une définition d’affichage limitée, de 1 280 x 800 pixels. Ses fonctions peuvent elles faire oublier ce critère important ? Pas sur !

Image 2 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
7/10
On aime
  • Design séduisant
  • Compacité
  • Android TV intégré
  • Système d'éclairage laser
  • Bonne luminosité
  • Richesse des réglages
  • Bonne colorimétrie du mode Cinéma
  • Niveau sonore contenu
On n’aime pas
  • Définition HD insuffisante
  • Contrastes limités
  • Un seul port HDMI
  • Problèmes en Bluetooth
Verdict :

Les atouts du petit projecteur Epson EF-100 résident dans son design, sa simplicité d’utilisation et son module Android TV intégré. De plus, il délivre des images lumineuses, grâce à un système d’éclairage laser, et avec une très bonne colorimétrie. En outre, il s’avère assez discret et offre de nombreuses options de réglages de l’image. Cela ne suffit toutefois à faire oublier sa faible définition HD, à l’heure où même le mode Full HD tend à être remplacé par le 4K un peu partout…

plus

L’Epson EF-100 est un vidéoprojecteur atypique. Le principal argument marketing du constructeur est : « plus petit projecteur laser 3LCD au monde ». Laser ? Oui ! La source lumineuse, qui a pris la forme pendant de longues années d’une simple lampe à mercure (et qui continue à l’être dans de nombreux vidéoprojecteurs) a été ici remplacée par un dispositif laser.

Image 3 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En théorie, ce système d’éclairage offre plusieurs avantages. A commencer par une haute luminosité. D’autre part, il est censé avoir une plus grande durée de vie qu’une lampe traditionnelle. En effet, sur les projecteurs « classiques », la durée de vie de la lampe est généralement d’environ 10 000 heures dans le meilleur des cas (en mode économique).

Pour l’EF-100, Epson annonce une longévité de 10 ans, ou 20 000 heures à raison de 5 heures par jour et en mode économique. Et celle-ci serait de 12 000 heures avec une luminosité maximale. Si ces valeurs se confirment, la durée de vie du système d’éclairage est donc environ deux fois plus grande que celle d’une lampe.

Image 4 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Un autre avantage de l’éclairage laser réside dans le fait que l’allumage et l’extinction sont quasi instantanés (pas de temps de chauffe ou de refroidissement !). Cette grande réactivité est extrêmement appréciable pour un usage quotidien. Ainsi, un vidéoprojecter laser, ou à led, peut remplacer sans souci un téléviseur.

Le problème de l’EF-100 d’Epson, c’est que ces points positifs ne peuvent faire oublier un détail, qui peut apparaître pourtant vital pour de nombreux utilisateurs : l’affichage ne s’effectue pas en Full HD (1920 x 1080 pixels), mais seulement en HD 720p (1280 x 800 pixels précisément). Compte tenu du prix de vente de l’appareil, il va vraiment devoir être très convaincant pour espérer trouver son public.

Prix et disponibilité

Car le vidéoprojecteur d’Epson est vendu entre 899 et 949 € ! Il est disponible en blanc (EF-100W) ou en noir / cuivré (EF-100B).

Epson propose également une version encore plus originale, qui intègre Android TV. C’est le modèle que nous avons testée et qui est commercialisée 999 € chez Boulanger.

Image 5 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Et l’EF-100 se heurte à une rude concurrence, puisque de nombreux modèles Full HD à lampe, certes, mais Full HD sont vendus à partir de 500 €. Ils sont proposés par des spécialistes du secteur, comme Optoma, BenQ et… Epson.

Un projecteur compact et séduisant

L’Epson EF-100 ne manque pas de style. Surtout le modèle noir et cuivre. Le modèle blanc, quant à lui, est plus facile à installer dans une pièce globalement blanche.

Image 6 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Son format est très compact. Il mesure, en l’occurrence, 21 x 9,2 x 23 cm pour un poids de 2,7 kg. On peut donc le déplacer facilement d’une pièce à une autre, voire même l’emporter avec soi chez des amis.

Image 7 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Il est doté d’un panneau arrière très facilement démontable, afin d’accéder à l’unique connecteur HDMI. L’avantage de ce dispositif est d’autoriser une installation très propre, avec le câble HDMI qui sort discrètement du projecteur, sur le côté droit.

Image 8 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Si on désire voir le verre à moitié vide, on note que l’inconvénient de cette installation réside dans son manque de flexibilité. Ce n’est pas vraiment dramatique, dans la mesure où il suffit de laisser le câble HDMI connecté, côté projecteur, et de changer la source vidéo – ordinateur, console de jeu, lecteur DVD, etc. – à l’autre extrémité du câble.

Image 9 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Mais l’EF-100 que nous avons testé intègre un module Android TV lequel monopolise le port HDMI. Aussi, un second connecteur (externe !) aurait offert une plus grande souplesse d’utilisation.

Car, si on désire passer d’Android TV à sa console de jeu, il faut alors démonter le panneau, débrancher le module, rebrancher le câble HDMI de la console, remettre le panneau… Puis, il faut réaliser l’opération inverse, quand on désire profiter à nouveau des fonctionnalités d’Android TV. Absolument pas pratique et ça peut même être agaçant à la longue. L’acquisition d’un switch HDMI est aussi une solution.

Pour l’anecdote, Epson met en avant qu’il est possible de poser l’EF-100 sur son panneau amovible, afin d’utiliser le plafond comme surface de projection. Pourquoi pas.

Une qualité d’affichage honorable, mais pas Full HD

L’Epson EF-100 exploite la technologie tri LCD, qui – traditionnellement – offre des contrastes de moins bonne qualité que la technologie DLP. Cela procure des images où les noirs sont plus ou moins grisâtres, délavés, même si on plonge la pièce dans l’obscurité totale.

D’autre part, le constructeur annonce une luminosité maximale de 2000 lumens, ce qui pourrait favoriser les projections de jour.

Image 10 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Projection en plein jour – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Et en pratique, il est quand même préférable de ne pas réaliser la projection dans une pièce trop éclairée, surtout si on désire regarder un film ou une série de Netflix. En revanche, le niveau de luminosité suffit lorsqu’il s’agit de regarder des photos entre amis, tant que le vidéoprojecteur n’est pas placé trop loin du subjectile. En effet, la distance de projection influe sur l’intensité lumineuse.

Image 11 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Projection dans la semi obscurité – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Pour une séance de cinéma, une pièce sombre permet d’obtenir les meilleurs contrastes. Toutefois, même dans ce cas, les noirs ne sont pas d’une profondeur renversante.

Image 12 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Projection dans l’obscurité totale – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Alors, bien sûr, compte tenu de la définition d’affichage de seulement 1280 x 800 pixels, il ne faut pas être trop exigeant sur la précision de l’image. A côté de cela, il est heureusement compatible avec les signaux plus élevés. On peut ainsi envoyer au projecteur un contenu Full HD ou 4K, provenant de différentes sources : platine Blu-ray, ordinateur, console de jeu, smartphone, etc. Il effectuera de lui-même une mise à l’échelle, un downscale en l’occurence.

Image 13 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Mais, en pratique, on voit quand même assez bien que la précision de l’image n’est pas optimale. A ce niveau de prix, ça peut rebuter. Ainsi, si on est assis à 2 mètres environ du support de projection, on voit assez bien les pixels, particulièrement sur les images fixes ! En regardant une série de Netflix, on note également quelques petits défauts ici et là dans le feu de l’action…

Une colorimétrie juste dès l’achat

C’est plutôt dommage, car il faut noter que la colorimétrie du mode Cinéma est excellente dès la sortie du vidéoprojecteur de son carton. C’est ce que nous avons pu relevé avec notre sonde i1 Display Pro+ et DisplayCal. Et si les couleurs ne vous plaisent pas, les menus du projecteur vous permettent de les modifier en jouant sur de nombreux paramètres. Seul le contraste peut paraître un peu fort par moment, assombrissant trop certains détails au risque de les gommer, dans une moindre mesure.

Image 14 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Sans zoom – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Autre bizarrerie de l’EF-100 : l’absence de zoom optique. Dans le menus de l’appareil, on dispose juste d’une option qui permet d’utiliser un zoom numérique de 1,35x. C’est toujours pratique pour d’optimiser la surface d’affichage en fonction du recul disponible et de la taille du support de projection.

Image 15 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Avec zoom – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En fait, le zoom est inversé, car il permet de réduire la taille de l’image affichée, en faisant apparaître autour un cadre grisâtre, qui n’est pas du plus bel effet. Autant s’arranger pour placer le projecteur pour obtenir la taille d’image désirée, avec le zoom maximal.

La focale de l’EF-100 s’avère assez courte. Avec un recul légèrement supérieur à 2m (2,15 m !), on obtient une image de 2,05 m sur 1,27 m, soit une diagonale d’environ 241 cm, ce qui équivaut à 95 pouces ! C’est une taille appréciable lorsqu’on habite dans un appartement, avec une pièce de projection dans laquelle le recul est limité.

Image 16 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Si on pousse le zoom au maximum, la diagonale de l’image est ramenée à seulement 170 cm, soit 67 pouces de diagonale. Le constructeur annonce une taille d’image maximale de 150 pouces.

Autre conséquence bénéfique du système d’éclairage par LED : la montée en température s’avère un peu moins élevée qu’avec une lampe. Il en résulte donc que le niveau sonore du système de refroidissement demeure assez faible

Image 17 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Même en mode Cinéma Lumineux, qui pousse la puissance du système d’éclairage Laser à 100%, le niveau sonore du projecteur est raisonnable ! L’appareil est donc encore plus discret en mode Cinéma (seulement 60 % de la puissance d’éclairage). Attention, il ne se fait pas oublier pour autant si l’on est à moins d’1,5 mètres du vidéoprojecteur.

Quand Android TV s’affiche en grand

Comme nous l’avons déjà dit, la fonction Android TV nécessite l’ajout d’un petit module, qui prend place directement à l’intérieur de l’Epson EF-100 et qui monopolise le seul port HDMI disponible. Il est possible d’acquérir la version « normale » du projecteur est d’ajouter son propre module Android, qui peut être alimenté par un connecteur micro USB.

Dans ce cas, il est probable qu’il ne soit plus possible de remettre en place le panneau arrière. C’est le cas avec un Chromecast 3. Or, comme ce couvercle atténue le bruit généré par la ventilation du projecteur, le volume sonore augmentera quelque peu.

Image 18 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Grâce à cette option Android TV, on accède facilement aux principales applications (Netflix, Youtube, Spotify, etc.) et à l’assistant de Google. La clé HDMI d’Epson intègre aussi un Chromecast qui permet d’y diffuser ses photos, vidéos ou app de streaming depuis un smartphone, une tablette ou un ordinateur.

Image 19 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Pour des séances photo entre amis ! – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Dans l’ensemble, sans être un foudre de guerre, le module Android TV d’Epson s’avère plutôt réactif et on se déplace rapidement parmi les applications.

Image 20 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

La télécommande, quant à elle, est assez classique, sans rétroéclairage, mais avec des touches d’accès direct à Youtube et à l’assistant de Google. Une spécificité dont ne bénéficie pas le modèle standard de l’EF-100, livré sans Android TV. A noter que le port HDMI du vidéoprojecteur d’Epson est compatible CEC, à savoir que sa télécommande peut contrôler un appareil qui y est branché. Une fonction parfaitement remplie avec le Player de la nouvelle Freebox Pop. C’est idéal pour ne pas multiplier les télécommandes sur sa table basse.

Une gestion précise de l’image

Bon point, l’interface du vidéoprojecteur s’avère très simple à prendre en main. Les menus sont pour la plupart assez explicites.

Image 21 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

La section « Image » regroupe tous les paramètres relatifs à la luminosité et aux couleurs. On peut y choisir le mode d’affichage (Dynamique, Cinéma Lumineux, Naturel, Cinéma).

Image 22 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

On a aussi la possibilité d’ajuster la balance des blancs, si on désire un affichage plutôt chaud (qui tire vers le rouge), neutre, ou froid (qui tire vers le bleu). Les plus exigeants peuvent également modifier le niveau de chaque canal de couleur.

Image 23 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Dans la section « Réglage », on trouve en particulier les paramètres concernant le zoom et la correction du Keystone vertical/horizontal. On note d’ailleurs que le projecteur sait ajuster automatiquement la déformation verticale, mais avec plus ou moins de réussite. Un réglage manuel est à privilégier. En ce sens, une option permet d’ajuster précisément les quatre coins de l’image (Quick Corner). Rapide et efficace.

De sérieux problèmes en Bluetooth

Epson met en avant la compatibilité Bluetooth de l’EF-100. Avec un appareil nomade comme celui-ci, c’est une connexion pratique pour y raccorder une enceinte, un casque ou des écouteurs. Enfin, si ça fonctionne ! Lors de nos tests, il nous a été impossible d’établir la connexion avec la très qualitative enceinte Huawei Sound X conçue en partenariat avec Devialet.

Image 24 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Nous avons alors essayé avec divers équipements Bluetooth, avec lesquels le même message d’erreur nous a été retourné. Impossible donc de se connecter aux écouteurs Sony WF-1000XM3, à l’enceinte Marshall UXBridge, l’enceinte Divacore Ktutu 2, la Bose Soundlink 2 Mini, la Bose Portable Home Speaker et avec le tout récent casque Sony WH-1000XM4 ! Seule l’enceinte Jabra Solemate (sortie fin 2013) s’est finalement connectée au projecteur.

Image 25 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Alors, bien entendu, si on dispose de la version Android TV du projecteur, on peut y connecter sans souci ses appareils Bluetooth par l’intermédiaire du système de Google et l’opération s’effectue alors sans problème. Mais, avec la version « basique » du EF-100, il faudra se débrouiller autrement pour la gestion du son. Par exemple en utilisant la prise jack pour connecter un casque ou un système audio filaire. Ah oui, il ne dispose pas de sortie optique, dommage.

Pour terminer sur une note moins négative, on peut souligner les performances honorables du haut-parleur intégré à l’EF-100. En effet, habituellement, les performances du haut-parleur d’un vidéoprojecteur sont à la hauteur de celles des HP des moniteurs, c’est-à-dire risibles. La qualité audio délivrée est tellement ridicule que personne ne les utilise, sauf si l’on n’a vraiment pas d’autre choix !

Image 26 : Test Epson EF-100 : le vidéoprojecteur laser compact, Android TV, mais pas Full HD
Epson EF-100 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Toutefois, en l’occurrence, la qualité audio du haut-parleur de l’EF-100 n’est pas si horrible que ça ! La puissance est assez satisfaisante et les HP peuvent donc réellement servir de système audio d’appoint pour regarder une vidéo sur Youtube ou le journal télévisé, par exemple.

Pour écouter de la musique ou regarder un film, le dispositif reste très limité, avec en particulier un manque de basses flagrant et une certaine saturation à fort volume. Mais, au final, la qualité est équivalente à celle qu’on obtiendrait avec une (toute) petite enceinte Bluetooth.