Accueil » Test » Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !

Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !

Nouveaux écouteurs sans fil de Sony, les Linkbuds S se veulent légers, compacts, confortables, performants et polyvalents sur tous les usages d’un smartphone. Nous les avons testés durant une semaine. Voici notre avis.

Image 2 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
7,5/10

Sony Linkbuds S

On aime
  • Légers, compacts, confortables
  • Bonne qualité en appels
  • Mode transparence performant
  • La qualité audio des meilleurs écouteurs Sony
  • Réduction de bruit correcte, sans plus
  • Latence plutôt faible
  • Charge rapide
On n’aime pas
  • Mauvaise autonomie
  • Commandes incomplètes sur les écouteurs
  • Pas d'AAC et l'impasse sur l'aptX Adaptative
  • Souffle important en mode transparence
  • ANC à améliorer sur les hauts médiums et aigus
  • Pas de multipoint
  • Le prix un poil élevé
Verdict :

Avec les Linkbuds S, Sony rassemble les forces des WF-1000XM3 dans un format beaucoup plus nomade. Compacts et légers, ils sont très confortables et ne font pas mal même au bout de plusieurs heures. Ils sont à l’aise dans à peu près toutes les situations, même les appels dans le bruit. Seul le jeu vidéo est limité par une latence malgré tout raisonnable. On a bien évidemment quelques reproches, comme une réduction de bruit à améliorer ou un souffle en mode transparence, mais le plus pénible reste l’autonomie. Quel que soit le codec, elle ne tient pas la journée, bien en-deçà. La charge rapide sauve les meubles. Si ce n’est pas un point bloquant, foncez, ce sont de bons écouteurs, Hi-Res Audio qui plus est.

Les Linkbuds vous disent peut-être quelque chose. Nous les avons testés récemment. Il s’agit d’écouteurs troués, en forme de beignet. Un concept qui ne nous a d’ailleurs pas vraiment convaincu. Sony explique que Linkbuds est en fait sa nouvelle gamme d’écouteurs dédiés aux smartphones. Les Linkbuds S retrouve un aspect classique : des écouteurs intraauriculaires avec réduction de bruit active. Du classique pour 2022.

Sony cherche avec eux à attirer une population toujours plus grandissante de drogués du smartphone. Le cahier des charges demandait une bonne qualité audio, une faible latence, du multipoint, une bonne réduction de bruit active et surtout des appels clairs en toute circonstance, le tout pour 199 €. En filigrane, on parle de WF-1000XM3 sous stéroïdes. D’ailleurs, les Linkbuds S vont les remplacer au catalogue de Sony.

Image 3 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Sony Linkbuds S ©Tom’s Guide

Sony Linkbuds S : les principaux points positifs

Des chaussons pour oreilles

4,8 grammes, c’est le poids de chaque écouteur. On a déjà testé des modèles de 4g, mais jamais nous n’avions vu des écouteurs ANC aussi légers. Mieux encore, ils ont toute la technologie pour diffuser du son en haute définition (compatibles Hi-res Audio wireless). Leurs mensurations sont aussi très contenues.

Image 4 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Sony Linkbuds S ©Tom’s Guide

Sony nous explique qu’ils ont condensé tous leurs rapports depuis leurs premiers écouteurs pour créer un modèle qui s’adapte à l’ensemble des oreilles. Oui parce que nous n’avons pas tous les mêmes conduits auditifs ou oreilles. C’est d’ailleurs souvent compliqué de trouver des écouteurs qui « chaussent bien ». Pour avoir des oreilles compliquées, je peux affirmer que Sony a dit vrai.

Les Linkbuds S s’installent très rapidement et solidement dans les oreilles. La texture des canules est douce et agrippante. Leur bord extérieur n’est pas tranchant, aucune gêne à déplorer à l’usage donc.

Image 5 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !

IPX4, ils s’utilisent pour le sport sans problème. Bien que conçus sans ailettes, ils ne bougent pas d’un iota. Inévitable, on aura juste le retour des foulées en vibration, mais c’est le cas avec n’importe quel écouteur intraauriculaire.

Rarement nous n’avons été autant conquis par des écouteurs pour leur confort. Les Linkbuds S se portent sans soucis des heures durant, se font oublier, ne gênent en rien. Un sans faute sur ce point.

Image 6 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Sony Linkbuds S ©Tom’s Guide

Des écouteurs faits pour les appels

Lors de sa présentation, Sony nous a martelé que les Linkbuds S étaient taillés pour les appels. Des écouteurs que l’on pourrait utilisés partout et tout le temps pour passer ses coups de fil. Dans les faits, ils font le job, réellement.

En environnement calme, c’est assez évident. C’est dans les transports en commun que ça pourrait se compliquer. Et pourtant, le résultat est probant. Les bruits environnants sont maîtrisés. Même lors du crissement du métro prenant son virage notre interlocuteur continuait à nous entendre sans que l’on n’ait à parler plus fort que de raison.

Image 7 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !

Notons aussi que l’appelé ne bénéficie pas d’un son totalement nettoyé. Ce n’est pas grave sur un produit à 199 €. Disons même que c’est parfois préférable, un son trop optimisé risque de détériorer la qualité de la voix. Ici, on conserve un bon timbre dans les médiums et les aigus. Aucune syllabe ne passe à la trappe.

Latence assez faible (et bientôt encore meilleure)

A leur sortie, les Linkbuds S ont une latence que nous avons mesuré à 105 ms avec le codec SBC. C’est au-dessus de la moyenne, la majorité des écouteurs Bluetooth établissant leur latence aux alentours de 200 ms.

La plupart du temps ce n’est pas gênant. Musique, podcast, on ne s’en aperçoit pas. Pour la vidéo, les plateformes comme Netflix ou YouTube recalent automatiquement le son et l’image.

Image 8 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Latence mesurée des Sony Linkbuds S ©Tom’s Guide

Il reste les jeux vidéo. Avec leur latence, les Linkbuds S ne seront pas d’excellents compagnons. Néanmoins, les choses vont s’améliorer puisque Sony sort de son chapeau le Bluetooth LE Audio, une technologie qui permet entre autres de réduire la latence.

Problème, elle n’est pas disponible dès maintenant sur les Linkbuds S. Il faudra attendre une mise à jour « courant 2022 ». En fouillant un peu, on trouve que le Bluetooth LE Audio sera pris en charge par Android 13, en fin d’année donc. Mais c’est une bonne chose que Sony voit aussi loin sur le suivi de ses écouteurs.

Sony Linkbuds S : les principaux points négatifs

Des commandes incomplètes

C’est un défaut que nous avions relevé sur les WF-1000XM4 lors de leur test. Il en va de même pour les Linkbuds S : impossible de regrouper toutes les commandes sur leurs surfaces tactiles. Si l’on souhaite moduler le volume, il faudra alors se passer du réglage de la réduction de bruit et inversement, par exemple.

Sony propose quatre types de pression sur chaque écouteur : une, deux ou trois tapes et une pression longue. De quoi administrer en tout huit commandes. Sur le papier on peut tout regrouper. Dans les faits, Sony ne propose que des listes préfaites et aucune option de personnalisation commande par commande. Incompréhensible.

Image 9 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Image 10 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !

Sony conserve son codec LDAC : excellente qualité, mais énergivore et peu stable

Les Linkbuds S sont des WF-1000XM3 plus minces et mieux équipés. De fait, leur qualité sonore est de bonne tenue, tant nous avions apprécié les WF-1000XM3 en leur temps.

Les Linkbuds S sont compatibles avec deux codecs Bluetooth : SBC et LDAC (les Linkbuds S sont certifiés Hi-res Audio Wireles). Le premier est le plus basique que l’on puisse avoir et le second le meilleur. Et c’est le point qui nous gêne. S’il offre un maximum d’information, le LDAC est énergivore et surtout supporte mal les perturbations. Avec lui, on peut avoir un son haché ou des déconnexions.

Un manque de stabilité qui n’est pas en adéquation avec le voeu premier des Linkbuds S : des écouteurs pour smartphone. Bref, on aurait au moins apprécié avoir de l’AAC qui est meilleur que le SBC, économique en énergie et aussi compatible iOS (contrairement au LDAC). L’idéal aurait été de l’aptX Adaptative, codec plus récent qui, comme son nom l’indique, s’adapte à l’environnement (meilleur débit si proche de la source, et faible latence en sus).

Une mauvaise autonomie

Sony annonce 6 heures d’autonomie pour ses Linkbuds S avec ANC. Sur notre smartphone test, un OnePlus 9 Pro en Android 12, ils tiennent 4h30 en LDAC, réduction de bruit activée et volume à 60%.

Image 11 : Test Sony Linkbuds S : des WF-1000XM3 moins chers et meilleurs !
Sony Linkbuds S ©Tom’s Guide

Pensant que les Linkbuds souffrent de la consommation du codec LDAC, nous avons retenté le test en SBC. Et ce n’est pas bien mieux : 4h50. Si l’on veut plus, il faut retirer la réduction de bruit active. Là, on atteint péniblement les 6 heures d’autonomie. Bref, on est très loin de la promesse initiale.

Coup de chance, ils récupèrent rapidement leur charge une fois dans leur boîtier : 15% en cinq minutes et 45% en 20 minutes environ.

Au bilan, si vous ne les quittez pas une seconde de la journée, la panne sèche guette. Une pause déjeuner permet de les charger rapidement dans leur boîtier. Là, ils sont intéressants.