Accueil » Test » Test Watergate, le jeu de plateau par qui le scandale arrive

Test Watergate, le jeu de plateau par qui le scandale arrive

Watergate, c’est la représentation ludique de l’affrontement entre Nixon et le Washington Post lors du scandale éponyme. Un jeu pour deux qui promet stratégie, tactique et coups bas.

Image 2 : Test Watergate, le jeu de plateau par qui le scandale arrive
8,5/10
On aime
  • Un jeu de duel à l’interaction omniprésente
  • Un thème adulte et moderne
  • Une mécanique du “tir à la corde” originale
On n’aime pas
  • Une part de hasard qui pourrait refroidir les joueurs les plus calculateurs
Nombre de joueurs 2
Age à partir de 12 ans
Durée d'une partie 45 minutes
Editeur Iello
Auteur Matthias Cramer

Entre 1972 et 1974 l’un des plus grands scandales politiques éclata aux yeux du grand public. Entre cambriolage, espionnage et enquêtes journalistiques, le monde entier vivra au rythme de cette affaire qui aboutira à la démission du président Nixon, accusé de pratiques illégales de grande ampleur au sein même de son administration.

Si vous n’étiez pas né en 74, il y a de grandes chances que vous n’ayez pas pu suivre cette tempête médiatique. Cette affaire reste donc probablement floue à vos yeux malgré le nombre incalculable de références qui peuvent y être faites dans le paysage culturel.

3 jeux de société pour déconfiner en douceur avec ses amis

Plongez au coeur du plus grand scandale politique

Entre personnages et faits réels, Watergate vous plonge au coeur de cette affaire ayant ébranlé la Maison-Blanche. Matthias Cramer, l’auteur, utilise cette trame scénaristique pour nous offrir un jeu de duel tendu à souhait où l’administration Nixon et la presse s’affrontent pour étouffer ou révéler l’affaire. Les fans de House of Cards le savent, en politique tous les coups sont permis !

Image 3 : Test Watergate, le jeu de plateau par qui le scandale arrive
Watergate – Crédit : Galaxie Média

Mais comment retranscrire cela dans un jeu de société ? Ici, deux joueurs s’affrontent, l’un défendant l’administration Nixon, l’autre la presse. Chaque joueur a un objectif distinct : Nixon doit attirer l’opinion publique de son côté (en gagnant 5 jetons) ; la presse, elle, doit confondre l’administration en récoltant suffisamment d’indices et en les liant entre eux. 

Small World of Warcraft : la fusion du jeu de plateau et du jeu vidéo

Watergate est un pur jeu de duel, oubliez donc tout de suite la possibilité de faire votre tambouille dans votre coin pour atteindre votre objectif. Le jeu tout entier est basé autour des interactions entre les joueurs, vous passerez donc votre temps à déconstruire ce que l’autre vient de construire : l’administration Nixon pourra ainsi détruire des preuves fraîchement acquises par la presse, qui à son tour se vengera en dévoilant un scandale et en faisant ainsi perdre un jeton d’opinion à l’administration. C’est vilain, mais tout bonnement divin. 

Comment ça marche ?

La partie se déroule en manches successives, chaque joueur y joue une carte de sa main afin de faire évoluer la position des différents éléments de jeu (preuves et jetons) sur la piste d’enquête. À la fin de la manche, le joueur remportera les éléments présents de son côté de la piste d’enquête : une sorte de bras de fer ou de tir à la corde en somme.

La presse pourra positionner ses preuves obtenues face visible sur le plateau afin de créer des liens entre Nixon et ses informateurs, tandis que l’administration pourra elle les poser face cachée afin de bloquer ces connexions.

Nixon gagne dès qu’il a réussi à obtenir 5 jetons Opinion, la presse lorsqu’elle a réussi à relier deux informateurs à Nixon.

Image 4 : Test Watergate, le jeu de plateau par qui le scandale arrive

Les cartes constituent l’élément central du jeu. Chacune d’elle propose deux utilisations possibles :

  • Vous pouvez soit la jouer pour sa valeur, vous permettant ainsi de faire évoluer la position d’un élément au choix sur la piste d’enquête. Une fois jouées, elles partent dans votre défausse vous permettant ainsi d’être rejouées plus tard.
  • Soit la jouer pour son action, ces dernières vous offrant des possibilités étendues et le plus souvent extrêmement déstabilisantes pour votre adversaire. Ces actions vous offrent un avantage stratégique immédiat. Une fois jouées, elles sont retirées définitivement de la partie.

À chaque tour, vous aurez donc à choisir comment et dans quel ordre jouer vos cartes pour déstabiliser votre adversaire et ainsi remporter la partie.

Des parties tendues à souhait dans un univers passionnant

Watergate a tout ce que l’on peut attendre d’un jeu de duel, les parties sont très tactiques, vos stratégies s’affinent au fur et à mesure des parties et vous devez vous adapter à votre adversaire, car chacun s’appropriera son camp à sa façon. Les règles sont très rapidement assimilées et chaque défaite appellera nécessairement sa revanche. Il est à noter que le jeu présente cependant une certaine part de chaos, les cartes et les preuves apparaissant aléatoirement, tout n’est donc pas calculable à l’avance et il faudra parfois savoir faire preuve d’opportunisme. Ce qui pour le coup colle tout à fait au thème.

Le thème choisi apporte d’ailleurs beaucoup à l’expérience de jeu. Bien que cela évolue fortement depuis quelques années, l’univers ludique est encore aujourd’hui fortement alimenté par l’héroïc fantasy ou la science-fiction. Si votre tolérance aux dragons, Vikings et autres exoplanètes atteint sa limite, il y a fort à parier que vous soyez séduit par ce thème sortant des sentiers battus. En prenant le pari du docu-jeu, Watergate vise juste. Il vous propose une expérience ludique enrobée d’un contexte historique passionnant très justement appliqué au jeu.

Ce thème est parfaitement documenté, on apprécie tout particulièrement les photos d’époque, l’ensemble des citations et les éléments de contenu nourrissant le jeu et vous permettant ainsi d’en apprendre plus sur cette célèbre affaire.

Bref pour nous c’est un grand oui, c’est un vrai plaisir que se mettre autour d’un jeu adulte, accessible, stratégique et dynamique.