Accueil » Dossier » [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

[Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Image 1 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Une SNES Classic Mini et plus encore

Un an après la Nes Classic Mini, Nintendo lance la version compressée de la Super Nes. Disponible depuis le 29 septembre, elle est affichée à  79,99 €. Pour ce prix, on a droit à la console, deux manettes et 30 jeux préinstallés. Même si c’est (actuellement) la seule manière légale de jouer à Starfox 2, la note est tout de même salée.
 
En outre, on se souvient des problèmes d’approvisionnement qu’a connu la Nes Classic il y a un an. Bien que Nintendo ait assuré que cette fois-ci il y en aurait suffisamment pour tous, les stocks sont en flux tendu. Aussi, il est bon de savoir qu’il est possible de bricoler soi-même et à peu de frais sa propre console rétro. Une machine qui a l’avantage de ne pas se limiter au catalogue de la Super Nintendo.

>>> SNES Classic Mini : faut-il craquer pour la console rétro de Nintendo ?

La solution que nous proposons ici est à base de Raspberry Pi, ce minuscule ordinateur qui tient dans la main.

Lancé il y a quelques années, il en est à sa quatrième version. La plus puissante à ce jour est le Raspberry Pi 3. Cette plateforme ouverte permet tout aussi bien d’administrer une installation domotique que de monter une machine de rétrogaming, ce qui nous intéresse ici.

La communauté Raspberry a monté plusieurs solutions de rétrogaming. La plus populaire et la plus ancienne est RetroPi. Complète, elle reste un peu compliquée à mettre en œuvre, tout du moins plus que Recalbox, plus récent et à la portée de n’importe qui.

Pour vous simplifier la vie, voici un tutoriel pas à pas pour créer votre propre Recalbox à moindres frais.

>>> Android : 15 émulateurs gratuits, parfaits pour le retrogaming

Quelques points légaux

Image 2 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Avant toute chose, il est de rigueur de faire un point sur la légalité du rétrogaming. Pour l’instant il n’est pas encore hors-la-loi d’utiliser un émulateur pour s’adonner à quelques plaisirs nostalgiques.

Les complications portent surtout sur les Roms nécessaires à l’émulation. En effet, outre un émulateur, il faut tout de même disposer de jeux au format numérique pour jouer, tout simplement. Ces Roms peuvent être créées par l’utilisateur via ses disquettes, cartouches ou encore ses CD originaux. À côté de cela, il est strictement interdit de télécharger ces images de jeux et de les distribuer, et ce, même si vous disposez des versions originales. Le joueur peut seulement faire une image de ses propres jeux.

Autre point épineux : le Bios. Toutes les consoles en sont dotées. Ce système est inclus dans de nombreux émulateurs, mais pas dans tous. Ainsi, les PlayStation, Xbox, ou encore Dreamcast et GameCube n’ont pas d’émulateurs intégrant leurs Bios. L’utilisateur doit alors récupérer celui de sa console pour l’injecter dans l’émulateur utilisé. À l’instar des jeux, il est interdit de télécharger et de distribuer un Bios de console.

Le matériel requis

Image 3 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Commençons par le matériel. Pour que ça fonctionne, il vous faudra les éléments répertoriés ici :

– Un Raspberry Pi 2 ou 3 -> moins de 30 €
– Une carte microSD (> 16 Go) et son adaptateur (SD ou USB) -> 10 €
– Un câble HDMI -> 2,39 €
– Un câble microUSB (1,5 A) + adaptateur secteur -> 3,25 €
– Une manette filaire USB -> 8,26 € les deux
– Un réseau domestique (si stockage sur la microSD) -> via votre box Internet
– Une clé USB ou un disque dur externe si stockage externe préféré -> 4,99 € pour une clé de 32 Go
– Des Roms de jeux -> rien si vous possédez les jeux originaux

À ce stade, votre Recalbox ressemble à un TD d’électronique. Pour un appareil fini, autant ajouter quelques éléments :

– Un boîtier -> 1,69 € / 6 € en finition SNES
– Un tournevis cruciforme -> 4,25 € la boîte de six
– Des dissipateurs thermiques -> 1,59 €
– Une Dualshock 3 -> 25 €
– Un clavier USB -> 5,35 €

Au total, la formule de base revient à 53,8 € (ou 58,79 € avec clé USB). En y ajoutant les éléments optionnels et en remplaçant les manettes filaires par une Dualshock 3, on atteint 83,42 € ou 48,82 € si vous possédez déjà une manette, un tournevis et un clavier. On est alors bien loin des 79,99 € réclamés par Nintendo, tout en sachant que cette Recalbox permet d’émuler une cinquantaine de consoles et ordinateurs !

Des radiateurs pour refroidir la bête

Image 4 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Si vous avez opté pour une finition parfaite, il faut coller les radiateurs sur le Raspberry Pi. Ils vont jouer le rôle de dissipateurs thermiques.

Choisissez-les en cuivre, ils sont plus efficaces qu’en aluminium et rejetteront donc plus efficacement la chaleur dégagée par le Raspberry Pi. Un élément essentiel si la carte est enfermée dans boîtier.

Trois radiateurs sont nécessaires (ils sont vendus par trois) : deux sont à coller sur les puces de la face supérieure du Raspberry et un autre vient se fixer sur la seule puce apparente sous le même Raspberry.

Un boîtier pour rendre le tout plus WAF

Image 5 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Il faut ensuite glisser le Raspberry dans son boîtier. Rien de plus simple. Étant adapté à ce format, ce dernier l’accueille parfaitement. Quelques vis et le tour est joué. Attention, ne mettez pas la microSD dedans, on va en avoir besoin pour la suite.

Téléchargement de Recalbox

Image 6 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

NB : l’ensemble de l’installation a été réalisé sur OSX, mais les étapes sont identiques avec Linux ou Windows.

Recalbox est une solution gratuite. Son fichier d’installation est disponible à cette adresse. Plusieurs versions sont disponibles. Choisissez celle correspondante au matériel que vous possédez.

>>> Télécharger Recalbox pour un Raspberry Pi 1 / Pi 0
>>> Télécharger Recalbox pour un Raspberry Pi 2
>>> Télécharger Recalbox pour un Raspberry Pi 3

Injection dans la carte microSD

Image 7 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Le fichier récupéré chez Recalbox est une archive directement utilisable avec Etcher, un outil qui va permettre d’injecter le programme dans la carte microSD.

Ce programme est disponible à cette adresse. Plusieurs versions sont disponibles, dont une portable pour Windows, laquelle permet de ne pas installer le logiciel. Idéal pour une utilisation éphémère.

Une fois lancé, le programme réclame l’image précédemment téléchargée, soit recalbox.img.xz (version 17.11.02 à l’heure où ces lignes sont écrites).

Si la carte microSD est insérée dans l’ordinateur (grâce à son adaptateur SD ou USB), elle est automatiquement reconnue. Il ne reste plus qu’à cliquer sur « Flash ». Etcher injecte alors Recalbox dans la carte mémoire.

>>> Télécharger Etcher

Installation de Recalbox

Image 8 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Il faut maintenant insérer la microSD dans le Raspberry Pi (l’emplacement microSD est situé à l’arrière, à l’opposé des connecteurs USB).

Il ne reste plus qu’à brancher le nano ordinateur au téléviseur (ou moniteur) en HDMI puis au secteur. Le système démarre automatiquement. Recalbox est alors automatiquement repéré et installé.

Passer Recalbox en français

Image 9 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

– Afficher le menu de Recalbox avec un clavier branché en USB (Entrée) ou une manette filaire (Start).
– Aller dans System Settings (Q pour valider avec un clavier)
– Changer la langue vers français avec les flèches (ou la croix sur une manette)
– Valider en fermant la fenêtre (Q sur Close)
– Le système redémarre

Obtenir un rendu rétrogaming

Image 10 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Voici la marche à suivre pour obtenir un rendu visuel proche des consoles d’origine.

– Aller dans Option des jeux
– Désactiver Lisser les jeux
– Passer le Shaders Set en Scanlines
– Le Pixel Perfect (pixel carré) s’active automatiquement

Configurer une Dualshock 3/4

Image 11 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Avec un clavier USB ou une manette filaire :

– Brancher la manette en USB et l’allumer
– Aller dans Options des manettes
– Sélectionner Associer une manette Bluetooth
– Sélectionner la manette dans la liste de périphériques trouvés
– Aller dans Configurer les manettes
– Suivez les instructions
– Enfin, sélectionner la manette nouvellement configurée dans le slot Joueur 1 du menu Options manettes

À ce stade, vous disposez d’une Recalbox fonctionnelle, mais bien qu’il y ait déjà des jeux préinstallés, autant savoir comment y ajouter ses propres Roms.

Configurer un réseau Wi-fi

Image 12 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Impossible de copier directement des jeux sur la microSD. Il faut obligatoirement passer par le réseau domestique. Pour cela, il est nécessaire de relier le Raspberry Pi à celui-ci, soit par un câble Ethernet, soit en Wi-fi. Pour ce dernier, voici la marche à suivre.

– Aller dans Options réseau
– Activer le Wi-fi
– Saisir le SSID (nom de la box Internet ou du routeur tel qu’il apparaît dans la liste des points Wi-fi sur un smartphone, par exemple)
– Saisir le mot de passe de cette même box Internet ou du routeur

Ajouter des jeux

Image 13 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Après avoir rippé vos jeux ou téléchargé leurs Roms, il faut les copier sur le Raspberry Pi. Pour ce faire, deux solutions se présentent, en fonction du support choisi :

Via une clé USB ou un disque dur externe (permet de stocker les Roms séparément du système de Recalbox)

– Brancher le périphérique choisi au Raspberry Pi
– Aller dans les options système et dans média de stockage
– Sélectionner le support externe
– Le système redémarre et crée un dossier Share à la racine (n’altère pas les contenus précédents du support)
– Débrancher le périphérique et le brancher au PC contenant les Roms et les bios (systèmes des consoles)
– Copier les Roms dans le ou les sous-répertoires idoines du répertoire roms
– Copier les bios dans le répertoire bios

Via la microSD

– Rendez-vous dans l’univers réseau de votre ordinateur
– Le Raspberry Pi y apparaît par défaut sous le nom RECALBOX
– Si la connexion échoue, tentez de redémarrer le Raspberry Pi

– Une fois la connexion effectuée aller dans le répertoire share
– Il faut copier les bios (systèmes des consoles) dans le répertoire bios
– Enfin, copier les Roms dans le ou les sous-répertoires idoines du répertoire roms

>>> Retrogaming: les 20 plus grands jeux vidéo des années 80-90

Scrapper facilement vos listes de jeux (Windows uniquement)

Image 14 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Bien que coloré, le menu de Recalbox devient austère lorsqu’on entre dans l’univers d’une console, seuls les titres des jeux y apparaissant. Heureusement, il existe une méthode pour remédier à cela : le scrap. Il s’agit en fait d’ajouter un visuel, des informations et un descriptif pour chacun de ces jeux. La solution la plus simple pour y parvenir se nomme Universal XML Scraper.

– Télécharger Universal XML Scraper
– S’inscrire sur le site Screen Scraper pour télécharger plus vite les informations des jeux (facultatif)
– Lancer Universal XML Scraper
– Le logiciel propose ensuite de sélectionner les préférences des scraps, spécifier la machine sur laquelle se trouvent les Roms et enfin de renseigner vos éventuels identifiants Screen Scraper
– Valider le scrape proposé
– Le logiciel analyse alors l’ensemble des Roms contenues sur la microSD ou le support externe
– Une fois l’opération terminée, redémarrer le Raspberry via le menu Commande SSH d’Universal XML Scraper si son écran est encore noir. S’il est encore allumé sur l’écran d’accueil, redémarrer Recalbox depuis son propre menu

>>> Télécharger Universal XML Scraper

Les commandes spéciales

Image 15 : [Tutoriel] Comment fabriquer sa SNES Classic en mieux et moins cher

Recalbox propose de configurer une touche Hotkey lors du paramétrage d’une manette. Celle-ci donne accès à différentes fonctions en jeu en la combinant avec d’autres boutons de la manette. En voici la teneur en se basant sur la disposition d’une manette de Super Nintendo :

Hotkey + Y -> Sauvegarder l’état dans le slot sélectionné
Hotkey + X -> Charger l’état dans le slot sélectionné
Hotkey + START -> Quitter
Hotkey + B -> Menu
Hotkey + UP -> Sélectionner le Slot de sauvegarde -1
Hotkey + DOWN -> Sélectionner le Slot de sauvegarde +1
Hotkey + L1 -> Screenshot
Hotkey + RIGHT -> Accélérer le jeu
Hotkey + LEFT -> Rembobinage (si l’option est activée)
Hotkey + R2 -> Shader suivant
Hotkey + L2 -> Shader précédent

Pour aller plus loin, retrouver le wiki complet de Recalbox sur Github.

Illustration : thejubox.net – 2016 – CC BY-NC-SA 3.0 FR