Accueil » Actualité » Une étudiante en astronomie découvre 17 exoplanètes, dont une similaire à la Terre

Une étudiante en astronomie découvre 17 exoplanètes, dont une similaire à la Terre

Les observations du satellite spatial Kepler ont permis à une étudiante d’identifier 17 exoplanètes. L’une d’entre elles présente des caractéristiques voisines de celles de la Terre. Une découverte qui lui a valu une publication dans The Astronomical Journal.

Jusqu’à récemment, on supposait encore que les systèmes planétaires étaient des phénomènes rares dans l’univers, et seuls quelques astronomes s’y intéressaient. C’est seulement en 1995 que Michel Mayor et Didier Queloz de l’observatoire de Genève ont pu identifier avec certitude la première exoplanète. Cette découverte, récompensée d’un prix Nobel en 2019, marque le début d’un intérêt croissant pour les découvrir et les étudier. C’est sans doute ce qui a mené Michelle Kunimoto à suivre des études d’astronomie à l’Université de Colombie britannique avec l’espoir de pouvoir répondre à la question : sommes-nous seuls dans l’Univers ?

Image 1 : Une étudiante en astronomie découvre 17 exoplanètes, dont une similaire à la Terre
Les 17 exoplanètes découverte par M. Kunimoto avec Mars et la Terre pour référence – Crédit : Michelle Kunimoto

On a détecté de la vapeur d’eau sur une exoplanète en zone habitable

Pendant 4 ans le télescope spatial Kepler a recherché des exoplanètes, notamment des astres rocheux qui orbitent dans la zone habitable de leur étoile. C’est à dire ni trop loin ni trop proche pour être susceptible d’avoir de l’eau à l’état liquide à leur surface. À partir des données recueillies, l’étudiante est parvenue à en identifier 17, dont une qui possède des caractéristiques particulièrement proches de celle de la Terre. Une découverte qui lui a valu d’être publiée dans The Astronomical Journal.

Collision entre deux exoplanètes, des scientifiques racontent

Une exoplanète jumelle de la Terre à 1000 années-lumière

Baptisée KIC-7340288 b, la planète découverte par Kunimoto se situe à 1000 années-lumière. Elle a pu être identifiée avec la « méthode des transits ». Sans rentrer dans le détail, elle consiste à mesurer les variations de luminosité d’une étoile lorsqu’une planète passe devant. 

KIC-7340288 b est seulement une fois et demie plus grosse que la Terre. Une rareté aux yeux de Kepler qui a observé 200 000 étoiles pour seulement identifier une quinzaine de planètes aussi petites, et situées dans une zone habitable. Une année y dure 142,5 jours et elle orbite à une distance voisine de celle de Mercure, mais ne reçoit qu’un tiers de lumière que nous recevons du Soleil. Reste à déterminer si elle contient tous les éléments qu’on estime nécessaires à la vie, et si sa rotation n’est pas synchrone avec celle de son étoile (comme la Lune avec la Terre). Dans ce cas, elle disposerait d’une moitié très chaude et d’une autre très froide.

La NASA explique le fonctionnement de son satellite cherchant les exoplanètes

Source : Phys.org