Accueil » Actualité » La première carte géographique européenne livre ses secrets préhistoriques

La première carte géographique européenne livre ses secrets préhistoriques

La plus ancienne carte d’Europe datant de l’âge de Bronze vient de resurgir de l’oubli.

Elle s’appelle la Dalle de Saint-Bélec et son histoire est pour le moins rocambolesque. Découverte en 1900 près d’un cimetière breton, elle a d’abord été transférée dans une collection privée avant de s’afficher fièrement dans un musée. Elle finira stockée dans un château. Il faudra attendre 2014 pour que les chercheurs puissent enfin remettre la main dessus. Cette dalle est une découverte majeure puisqu’elle présenterait les prémices de nos cartes géographiques modernes. Un compte-rendu détaillé vient d’ailleurs d’être publié dans le Bulletin de la Société Préhistorique de France.

La dalle de Saint-Bélec livre ses secrets
La dalle de Saint-Bélec livre ses secrets – Crédit : Archives départementales du Finistère

La Dalle de Saint-Bélec livre enfin son histoire et montre que les hommes préhistoriques étaient bien en avance sur leur temps.

Une découverte majeure

Gravée sur la pierre, la carte montre une superficie d’environ 30 km. Elle s’étend le long de le rivière Odet, dans l’ouest de la France. On y retrouve tous les marquages traditionnels de nos cartes modernes : réseau fluvial, routes et formes 3D pour symboliser des vallées. « Il s’agit probablement de la plus ancienne carte d’un territoire qui ait été identifiée » affirme ainsi Clément Nicolas, auteur de l’étude. « La carte a probablement été utilisée par un prince ou un roi de l’âge du bronze pour marquer la propriété d’une zone particulière et suggère que nous ne devrions pas sous-estimer les connaissances cartographiques des sociétés passées » ajoute également le chercheur.

Selon le compte-rendu de cette même étude, le territoire représentée sur la carte devait appartenir à une entité fortement hiérarchisée. Cette zone semblait sous leur contrôle total durant l’âge de Bronze. Reste à comprendre pourquoi la dalle fut enterrée. L’étude apporte un début de réponse. Pour Clément Nicolas, cela pourrait faire suite à la fin de la suprématie de l’entité régnant sur la zone gravée sur la dalle.

Un trésor inestimable

Même si les travaux de Clément Nicolas ne laissent rien au hasard, le chercheur reste cependant prudent sur ses conclusions. « Ne nous laissons pas égarer par la fantaisie, laissant le soin à un Champollion, qui se trouvera peut-être un jour, de nous en donner la lecture » témoigne ainsi ce dernier. Pour l’heure, la dalle de Saint-Bélec est conservée en lieu sûr. Pour l’heure, on ne connait pas encore sa prochaine demeure. Mais la Réunion des Musées de France pourrait rapidement l’exposer au public.

Au-delà d’un simple trésor archéologique, la dalle de Saint-Bélec est surtout le symbole d’une époque. Avec son histoire aussi étrange que fascinante, elle risque d’attirer les curieux dès son exposition prochaine.

Source : Syfy

Un massacre préhistorique de 6 200 ans découvert en Croatie témoigne d’une extrême violence