Accueil » Actualité » Xiaomi : sa voiture électrique entrera en production de masse en 2024

Xiaomi : sa voiture électrique entrera en production de masse en 2024

La société bien connue pour ses smartphones devrait lancer la production de sa voiture électrique à grande échelle d’ici 2024.

À tort ou à raison, les différents gouvernements semblent penser que la voiture électrique est l’avenir (proche) de l’automobile. En Europe, les dirigeants souhaitent même la disparition du moteur à combustion d’ici 2035. Bien évidemment, avec cet immense marché en devenir, les constructeurs traditionnels préparent doucement la transition.

Image 1 : Xiaomi : sa voiture électrique entrera en production de masse en 2024
La voiture électrique Xiaomi arrive. Crédit : Twitter / @leijun

Simplement, d’autres entreprises technologiques, consommatrices de batteries et d’électronique de pointe estiment que ce marché pourrait bien tomber dans leur domaine de compétence. Alors que les constructeurs automobiles ont déjà fort à faire avec la concurrence de Tesla, qui a encore enregistré un trimestre record, ils pourraient voir débarquer en force de nouveaux acteurs particulièrement agressifs.

Xiaomi veut concurrencer l’Apple Car

Dans le monde du smartphone, Xiaomi est un concurrent de taille à Apple, Samsung ou Huawei pour ne citer qu’eux. Ainsi quand Apple s’est lancé dans l’idée de produire un véhicule électrique, qui n’est pas attendu avant 2026, il n’aura pas fallu longtemps à Xiaomi pour réagir.

Ce n’était pas un secret, la marque avait déjà confirmé qu’elle travaillait sur une voiture électrique. Ce qui est nouveau par contre, c’est la date d’arrivée du véhicule. Sur Twitter, le PDG confirme son entrée en production de masse pour la première moitié de 2024. Aucune autre information n’a filtré sur le véhicule.

Si ce planning est respecté, le fabricant chinois prendrait de court son concurrent direct en proposant son produit un à deux ans en avance.

L’automobile électrique intéresse les marques tech

Dans le monde de l’automobile, le paysage des marques est plutôt figé. Entre notre enfance et maintenant, très peu de marques sont apparues et ont survécu. Les rescapés sont bien souvent des sous-marques de grands noms, comme Dacia pour Renault.

Avec la démocratisation des voitures électriques, ce paysage s’est élargi notamment avec l’arrivée de Tesla. Promise à une mort certaine face aux « gros » du secteur (ce n’est pas sans rappeler l’arrivée de Free dans les télécoms), la société d’Elon Musk a gagné sa place dans les rangs des constructeurs automobiles connus et reconnus.

La voiture électrique, vue comme un produit technologique et étant très différente dans sa conception par rapport à une voiture thermique, intéresse donc de nouvelles entreprises qui n’avaient pas vocation à se lancer dans l’aventure. On peut citer Ikea, qui en partenariat avec Renault, pense à une ultra citadine en kit ou encore Huawei, qui était en discussion avec Apple.

Plus récemment, c’est Oppo qui annonçait vouloir se lancer dans l’automobile. L’entreprise aurait même commencé le recrutement de personnes expérimentées dans le secteur. Une décision peu surprenante qui risque d’entraîner tout le secteur du smartphone vers l’automobile. Restons donc attentifs à Samsung, qui vu son expérience dans les batteries pourrait à son tour se lancer dans la bataille.

Source : autoevolution