Accueil » Actualité » « Alexa, danse pour moi ! » : une fillette change de prénom à cause de l’assistant d’Amazon

« Alexa, danse pour moi ! » : une fillette change de prénom à cause de l’assistant d’Amazon

En Allemagne, une fille a été nommée innocemment Alexa comme l’assistant vocal d’Amazon. Problème, l’enfant vit un calvaire, ses camarades s’amusant à lui donner des ordres constamment. Pour mettre fin au harcèlement, ses parents ont réussi à lui faire changer de prénom.

Image 1 : "Alexa, danse pour moi !" : une fillette change de prénom à cause de l'assistant d'Amazon
Il ne fait plus bon s’appeler Alexa quand on est humain – Crédit : Amazon

Les enfants sont parfois très cruels. Quand ils ont décelé une brèche pour se moquer de leur cible, autant dire qu’ils s’en donnent à cœur joie. En Allemagne, Alexa, 6 ans, est victime de moqueries incessantes en raison de son prénom. À l’époque de sa naissance, les Amazon Echo compatibles avec l’assistant vocal Alexa en étaient seulement à leurs débuts. Ainsi, les parents n’ont pas songé une seule seconde que ce prénom pourrait être source de harcèlement.

Mais depuis la démocratisation d’Amazon Alexa, la fillette essuie des moqueries en pagaille dans la cour de récréation. Ses petits camarades s’amusent à lui donner constamment des commandes comme ils le feraient avec une enceinte connectée. Pire, même les adultes s’y mettent, un parfait inconnu s’étant permis de dire « Alexa, danse pour moi ! » après avoir entendu le prénom de la fille.

À lire > Amazon : bizarre, flippant, Alexa fait parler les morts

Alexa obligée d’abandonner son prénom à cause des moqueries…

Pour faire disparaître les railleries incessantes, les parents ont lancé les grandes manœuvres. Après avoir demandé (en vain) un changement officiel de prénom auprès de la municipalité de Göttingen, ils ont porté l’affaire devant le tribunal administratif, témoignages à l’appui.

Finalement, décision a été prise d’autoriser la procédure. « Le prénom n’incite pas uniquement à former un jeu de mots, mais encourage plutôt à émettre des ordres insultants et dégradants », a conclu le tribunal. Les médias locaux n’ont toutefois pas précisé quel serait le nouveau prénom d’Alexa.

À noter que le problème de harcèlement lié au prénom Alexa est répandu. Une pétition a même été lancée pour pousser Amazon à baptiser autrement son assistant vocal. « Le mot Alexa est devenu synonyme de serviteur ou d’esclave. Cela donne aux gens une caution pour traiter les personnes portant le nom d’Alexa de manière servile » dénonce l’investigatrice du mouvement auprès de la BBC.

À lire > Amazon Alexa : l’assistante virtuelle demande à un enfant de jouer avec une prise électrique