Marvel : 17 films de super-héros passés au crible

Les Gardiens de la Galaxie vol.2 (2017)

Date de sortie : 26 avril 2017
Réalisateur :
James Gunn
Acteurs : Chris Pratt, Zoe Saldana, David Bautista, Vin Diesel (doublage), Bradley Cooper (doublage), Kurt Russel, Sylvester Stallone, Pom Klementieff, Karen Gilllan
Phase : III

Le pitch

A l'autre bout de l'univers, les Gardiens de la Galaxie sont chargés par des êtres à la peau dorée appelés les Souverains d'exécuter un « monstre interdimensionnel ». Une fois la mission accomplie, les Gardiens repartent, mais Rocket Raccoon en profite pour dérober des batteries surpuissantes aux Souverains. Toute l'équipe est alors prise en chasse pour ce larcin et échoue sur une planète sans pouvoir redécoller. Star-Lord, le chef des Gardiens, y fait la connaissance avec un être dont la puissance dépasse l'entendement, et qui lui avoue être son père. Star-Lord le suit sur sa propre planète, tandis qu'une partie de l'équipe essaie tant bien que mal de réparer le vaisseau endommagé. Mais les Ravageurs, engagés par les Souverains, les retrouvent et comptent bien en finir avec les Gardiens de la Galaxie...

>> Les Gardiens de la Galaxie vol.2 : la Geek Critique du film co(s)mique de l'année

Le personnage qui a le plus de classe ? Yondu

Renversement totale de situation pour Yondu, qui était le personnage dont on aurait pu se passer dans le premier volet des Gardiens de la Galaxie. Ici, le Ravageur adopte une tout autre attitude : sympathique, plus « adulte » et surtout moins agaçant, il joue un rôle fondamental dans l'histoire et dévoile une facette totalement inconnue de sa personnalité. Celles et ceux qui se sont attachés au personnage seront néanmoins déçus d'apprendre que le réalisateur James Gunn refuse catégoriquement l'idée de faire revenir le personnage dans le troisième volet, sous quelque forme que ce soit.

Le personnage qu’on aurait aimé oublier ? Stakar Ogord

Interprété par Sylvester Stallone lui-même, le personnage de Stakar Ogord est ici à mille lieues de son homologue des comics. Mais ce n'est finalement le plus gênant. L'ennui, c'est qu'ici Stakar Ogord est une mauvaise caricature du hors-la-loi, bête et borné, et que son personnage ne sert pas à grand-chose à l'histoire. On aurait tant aimé que la dualité entre Stakar et Yondu soit mieux racontée : quel dommage que de faire appel à un acteur ancestral pour incarner un personnage sous-exploité.

La réplique à retenir ?

- Rocket : Bon alors, tu baisses cet interrupteur, puis celui-là, et elle sera activée. Ensuite, tu appuies sur ce bouton, après quoi tu auras 5 minutes pour dégager. D'accord ? Mais surtout, surtout n'appuie pas sur ce bouton. Ca déclencherait immédiatement l'explosion de la bombe et on mourrait tous. D'accord ? Répète tout ce que je viens de te dire.
- Groot : Je s'appelle Groot. Je s'appelle Groot...
- Rocket : Voilà.
- Groot : Je s'appelle Groot !
- Rocket : Non ! Ça c'est le bouton qui tuerait tout le monde ! Recommence.
- Groot : Je s'appelle Groot. Je s'appelle Groot ? Je s'appelle Groot !
- Rocket : Non ! T'as répété exactement ce que tu venais de dire, c'est pas possible ! Sur quel bouton il faut que tu appuies ? Montre-le moi. Non !

Une anecdote de tournage ?

Ego, la planète vivante, a été entièrement réalisée par ordinateur. Selon les responsables des effets spéciaux, la modélisation de la planète a exigé un billion de polygones. Ce qui fait d'elle la plus importante création numérique jamais réalisée en matière d'effets spéciaux.

Bonus : le gadget le plus cool ?

Cette compilation audio reprend l'intégralité des morceaux que l'on peut entendre tout au long du film, signés de groupes mythiques comme Fleetwood Mac, Electric Light Orchestra ou Jay & The Americas. Disponible à la fois en version CD, MP3, et vinyle, Hollywood Records a même poussé le vice jusqu'à sortir... une cassette audio ! Une compilation à la pointe du rétro, rien à redire.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire