Accueil » Guide d'achat » Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?

Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?

Des casques et écouteurs spécialement pour les sportifs

Que ce soit pour s’isoler, se motiver ou se détendre, c’est bien souvent un casque sur la tête que l’on s’adonne aux joies du sport. D’après une récente étude, vous êtes même susceptible d’améliorer vos performances de 5 à 7% en vous exerçant en musique ! Depuis des années déjà, les constructeurs font de ce marché leur petit laboratoire, testant des formes profilées, des dispositifs plus compacts ou des contrôles plus intuitifs.

Parmi les principaux critères qui doivent aiguiller votre choix, vous devez avant tout privilégier le confort d’utilisation. Étudiez vos besoins, en fonction du sport que vous pratiquez : êtes-vous notamment soumis à des mouvements de la tête réguliers, susceptibles de faire tomber les écouteurs ? Dans ce cas, vous avez intérêt à privilégier des casques classiques avec arceaux ou des écouteurs munis d’un tour de cou. Vous privilégiez une meilleure isolation des bruits extérieurs ? Envisagez l’achat d’un modèle à réduction de bruit active, qui embarque une série de microphones afin d’estomper tous les sons environnants.

Côté tendance, la plupart des écouteurs destinés au sport empruntent aujourd’hui le sillon des AirPods d’Apple, en adoptant le format des intra-auriculaires sans fil Bluetooth. Tous les modèles que nous avons sélectionnés s’accompagnent d’une série d’embouts différents, pour épouser au mieux le pavillon de vos oreilles. Et ne croyez pas que leur format compact dénature le son : ces écouteurs sont capables de distiller des basses puissantes et un son naturel, sans pour autant vous faire perdre les bruits extérieurs. Accompagnez-les d’une montre dédiée au running pour une pratique sportive moderne, entièrement sans fil !

La sélection de la rédaction

Pourquoi choisir des écouteurs dédiés au sport

N’importe quel smartphone est livré avec une paire d’écouteurs filaires. Sur le papier, ceux-ci peuvent également être utilisés pour aller faire du sport. C’est peut-être vrai pour une utilisation occasionnelle avec un vélo d’intérieur par exemple. Mais si vous avez l’intention d’aller courir en musique, vous risquez d’être vite déçu. D’abord par le confort offert par ces écouteurs standard qui auront tôt fait de glisser de votre oreille dès les premières foulées. Pire encore, en supposant qu’ils tiennent en place, la sueur finira de les achever au bout de quelques séances intensives. Ces deux remarques prouvent à quel point les écouteurs développés pour une activité sportive sont loin d’être un simple argument marketing. Quoique. Prenez toute de même garde aux constructeurs opportunistes qui vont sans vergogne, se contenter de changer un packaging ou d’opter pour des couleurs flashy afin de faire passer une paire d’écouteur classique pour un modèle dédié au sport.

Supra ou intra ?

Image 17 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Les intra-auriculaires Bluetooth offrent une plus grande liberté.

En la matière, vous avez le choix entre le casque supra-aural ou les écouteurs intra-auriculaires. Le premier vient se poser sur les oreilles tandis que les seconds s’insèrent dans le canal auriculaire.

Avantage du casque supra-aural, il dispose généralement de drivers plus gros qui délivrent théoriquement un son de meilleure qualité. Néanmoins, ce type de casque est plus lourd et pas toujours adapté à la course. En effet, l’arceau qui repose sur le haut du crâne peut devenir inconfortable lors d’un effort prolongé. Sans même parler de la chauffe ressentie au niveau des oreilles. Chauffe qui s’accompagne naturellement d’une sudation accrue. Et les choses peuvent empirer. Les coussinets finissent tôt ou tard par s’altérer au contact de la sueur. À notre sens ce n’est donc pas l’idéal pour qui souhaite courir en musique. En revanche on peut s’en contenter en salle.

Plus adaptés, les écouteurs intra-auriculaires sont plus légers et plus discrets. Ils sont également plus confortables à condition toutefois d’opter pour un modèle qui tient bien dans l’oreille. Car c’est généralement sur ce point que le bât blesse même si de gros progrès ont été réalisés en la matière. Nous y avons été particulièrement attentifs avec les modèles que nous avons testés pour ce guide. Les écouteurs dédiés sont également plus solides. Leurs embouts en silicone résistent bien à la sueur et surtout ils sont interchangeables facilement et à moindre frais. De la même façon, les câbles sont renforcés pour supporter les éventuels frottement sur les vêtements. On y reviendra un peu plus loin.

Question de confort

Image 18 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Vous profitez d’un maintien optimal, en choisissant un embout adapté à votre pavillon.

Les écouteurs intra-auriculaires se déclinent également dans différents modèles. A côté de l’écouteur classique qu’on insère dans l’oreille, les constructeurs proposent des déclinaisons plus ou moins pratiques. Vous pouvez ainsi opter pour un modèle qui repose sur le cou comme le LG Tone Active. Avantage, toute l’électronique est regroupée dans le petit boitier afin de conférer un poids aussi réduit que possible aux écouteurs. Revers de la médaille, avoir cet élément en plastique qui frotte sur le cou peut être gênant à la longue, surtout pour la course à pied.

Les embouts revêtent une importance capitale dans le confort des écouteurs. Afin de les maintenir en place, on utilise généralement une double implantation. D’abord avec les « ear buds » en silicone. Plusieurs sont founis avec des tailles différentes pour s’adapter à la plupart des morphologies d’oreilles, et garantir ainsi un confort optimal. A cela s’ajoutent de petites ailettes baptisées « ear wings » qui se déclinent là aussi dans plusieurs tailles. Celles-ci se placent derrière le cartilage afin de bien maintenir l’écouteur dans l’oreille. Mention spéciale à Yurbuds qui propose toute une gamme d’écouteurs avec un embout breveté. Celui-ci s’insère dans le canal de l’oreille puis il suffit de le faire légèrement tourner pour le verrouiller. Le système est efficace et malgré tous nos efforts, nous n’avons pas réussi à faire tomber les écouteurs.

Autre solution qui a fait ses preuves, un contour en plastique est intégré à l’écouteur qui assure un deuxième point d’accroche sur l’oreille afin de prévenir la chute. C’est l’option retenue par Beats et par Sennheiser. En matière de confort, les Sound Sport de Bose comptent parmi nos favoris. Une fois en place, on les oublie totalement avec en sus une qualité audio irréprochable. Ils se déclinent désormais en une version “Free”, en Bluetooth, qui nous a particulièrement séduit. Enfin, jetez aussi un œil aux Jaybird Run qui sont livrés avec de très nombreux embouts pour s’adapter à toutes les oreilles. Même recommandation du côté des B&O Beoplay E8, qui s’accompagnent de cinq embouts en silicone. Outre la certitude de trouver un accessoire qui s’insère parfaitement dans le pavillon de vos oreilles, vous aurez ainsi davantage la possibilité de partager les écouteurs avec un proche si vous ne pratiquez pas vos séances de sport en même temps.

Avec ou sans fil

Image 19 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Revers de la médaille d’un plus grand confort, vous avez un appareil de plus à charger.

Vous l’aurez constaté à travers notre sélection d’écouteurs dédiés au sport : il est aujourd’hui difficile de faire l’impasse sur un modèle Bluetooth. Tous les constructeurs se sont engagés dans la voie ouverte par Apple avec ses AirPods, et il faut bien avouer que cette solution offre un grand confort au quotidien. On parle d’écouteurs True Wireless pour désigner ce type de produits – littéralement, les seuls écouteurs « vraiment » sans fil. Vous ne risquez donc pas de vous emmêler dans les câbles ou de ressentir de gêne durant l’effort.

Côté ergonomie, ces écouteurs intègrent généralement des boutons ou une zone tactile à leur surface, afin de contrôler la lecture ou de les appairer avec votre smartphone. La connexion est généralement très stable et le confort d’utilisation est réel. Revers de la médaille, vous aurez un appareil de plus à recharger avant d’aller courir. En cas de batterie déchargée, vous pourrez faire une croix sur la musique – la quasi-totalité des modèles True Wireless ne disposent pas d’un connecteur leur permettant de basculer en mode filaire. Si vous êtes du genre tête en l’air, nous vous recommandons les PowerBeats 2 Wireless qui profitent de la technologie de charge rapide. Branchez les pendant 15 minutes pour profiter d’une heure d’utilisation.

La plupart des modèles s’accompagne d’un boîtier de recharge. C’est une solution bien pratique pour les ranger et les préparer avant votre prochaine sortie. Les Libratone Track Air+ profitent ainsi de trois charges complètes, sans fil. Il vous suffit de brancher une première fois le port USB Type-C du boîtier à une source de courant pour recharger sa batterie interne. Par la suite, vous vous contenterez d’insérer les deux écouteurs intra-auriculaires à l’intérieur pour leur redonner du jus.

Autre intérêt de ce type de boîtier de rangement : vous ne risquez pas d’égarer vos écouteurs True Wireless. Rien de pire que de les poser, sans réfléchir, sur une étagère et de passer des heures à les retrouver lors de votre prochaine sortie ! Autre gêne occasionnelle à laquelle vous devez vous préparer : sans câble, il n’est pas évident de retirer des écouteurs True Wireless en pleine session sportive. Engager une conversation impromptue avec quelqu’un, deux écouteurs enfichés dans les oreilles, peut être déstabilisant.

Du côté des écouteurs filaires, vous n’aurez pas à vous soucier de charger la moindre batterie vu qu’il n’y en a pas. Moins chers que les modèles Bluetooth, ils disposent également d’une télécommande qui à notre sens est plus pratique dans le cadre d’un entraînement. Idéalement placée sur le câble, on n’a pas besoin de tâtonner pour la trouver. De plus, le risque de déplacer l’écouteur dans l’oreille est moins grand car la télécommande est généralement intégrée plus bas sur le câble, à proximité du menton. Si vous optez pour un modèle filaire et que votre budget le permet, les Bose Sound Sport ont notre préférence à la fois en termes de confort et de qualité audio. Ils se déclinent également en Bluetooth, mais si votre budget n’excède pas les 70 euros, nous vous recommandons les Divacore Blueskull, qui profitent d’un excellent rapport qualité/prix.

Quel niveau de résistance ?

Image 20 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Un bon casque sport doit résister à la sueur.

On l’a dit plus haut, la sueur est l’ennemie jurée des écouteurs. Il en va de même avec la pluie pour qui n’hésite pas à braver les éléments au moment d’aller courir. Vous avez déjà surement entendu parler de la certification IPXX qui est notamment utilisée dans le monde de la téléphonie mobile. Il s’agit d’un indice de protection qui indique le degré de résistance à la poussière et à l’eau d’un appareil. On l’utilise également dans le cadre des écouteurs de sport. 

Les deux chiffres XX s’interprètent indépendamment. Le premier renseigne sur la protection contre la poussière sur une échelle de 0 à 6. Un indice IP6X veut donc dire que l’appareil est totalement protégé y compris contre les poussières microscopiques. Le second chiffre indique la résistance à l’eau sur une échelle de 0 à 9. En matière d’électronique grand public, le maximum est généralement de 8. En clair si un appareil est IP68 par exemple, il est censé résister aux poussières d’une part, et à l’immersion dans plus d’un mètre d’eau pendant 30 minutes d’autre part.

Concernant les écouteurs de sport, vous rencontrerez un indice IPX4 la plupart du temps. Cela veut tout simplement dire qu’ils n’ont pas été testés à la poussière mais qu’ils résistent aux projections d’eau, et donc à la pluie. Pour être tout à fait complet, vous pouvez vous demander pourquoi aucun casque/écouteurs n’est certifié IP67, voire même IP68, comme c’est le cas pour certains smartphones par exemple ? Tout simplement parce que plus on monte en IP et plus le son est impacté en isolant les membranes. Il faut donc trouver un juste milieu entre la résistance et l’expérience audio. Si vous comptez mettre vos écouteurs à rude épreuve, par exemple lors d’un Mud Day (les courses dans la boue), les Jabra Sport Coach et Sport Pulse sont certifiés IP55. On pourra donc même les laver après l’événement.

Compatible iPhone ou Android, qu’est ce que cela change ?

Image 21 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
La compatibilité d’un casque avec son smartphone peut être importante.

Peut être avez vous déjà remarqué que certains casques/écouteurs sont compatibles iPhone tandis que d’autres sont destinés aux smartphones Android. C’est également valable pour les modèles dédiés au sport qui nous intéressent ici. Sachez d’abord ce que cela ne veut pas dire que vous ne pourrez plus les utiliser si vous changez un jour de crèmerie. L’intérêt de cette compatibilité réside principalement dans la télécommande et ses fonctionnalités avancées. 

Un casque certifié MFI (Made For iPhone) aura accès à tous les contrôles de la musique en plus du volume. Chanson suivante ou précédente, pause, lecture ou encore répondre aux appels, tout est accessible via les trois boutons de la télécommande. Dans le cas d’un modèle Bluetooth, on pourra également consulter le niveau de la batterie directement sur l’écran de l’iPhone. Le principe est le même concernant la certification Works With Android mais l’intégration est parfois moins poussée que sur iOS, même si de réels efforts commencent à apparaître.

Chez Beats, tous les casques et écouteurs sont certifiés MFI ce qui n’a rien d’étonnant suite au rachat de la marque par Apple. Il en va de même pour Bose et Jabra qui ont choisi le même camp. À l’inverse, Sennheiser vous laisse le choix entre Android et iOS.

Quid des applications ?

Image 22 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Avec l’application de Jaybird, vous réglez une signature sonore personnelle.

Les casques et écouteurs pour le sport sont bien entendu compatibles avec les applications dédiées en la matière. Qu’il s’agisse d’Endomondo ou de Runstastic pour ne citer qu’elles, on dispose des annonces vocales afin de connaître la distance parcourue, le temps écoulé et les temps de passage. Jabra s’illustre une fois encore en proposant sa propre application Jabra Sport Life pour ses casques Sport Pulse et Sport Coach. Celle-ci permet de suivre ses progrès et d’accéder à un coach vocal. Grâce au cardiofréquencemètre du Jabra Sport Pulse, l’application est même en mesure de calculer la VO2 Max et de planifier un entrainement fractionné ou des séries sans toucher le smartphone.

Signe des temps, les intra-auriculaires ne sont pas synonymes de performances audio limitées : les applications des constructeurs permettent souvent d’en affiner le profil. Jaybird excelle en la matière, avec un système très intuitif pour conférer une signature personnelle à votre écouteur. Les Jabra Elite 65t n’ont pas non plus à rougir, avec une application Jabra Sound+ qui permet de définir le niveau d’isolation extérieure.

Et pourquoi pas un casque anti-bruit ?

Image 23 : Comparatif de casques et écouteurs pour le sport : quel est le meilleur ?
Ils ne se prêtent pas à toutes les activités, mais les casques anti-bruit sont une alternative séduisante.

Isolation extérieure, le mot est lâché. C’est l’un des grands débats autour des casques dédiés à la pratique sportive, et probablement le choix le plus personnel. Souhaitez-vous entendre distinctement le monde qui vous entoure, en particulier pour votre propre sécurité, ou préférez-vous vous isoler en musique ? Tout dépend aussi du sport que vous pratiquez : on n’a pas forcément les mêmes besoins sur une route encombrée et sur un vélo d’appartement.

Évidemment plus lourds et immersifs que les intra-auriculaires mis en avant jusqu’à présent, certains casques sans fil préservent une silhouette profilée et s’accompagnent de nombreuses fonctionnalités avancées qui les rends alléchants. Il y a déjà la qualité du son, forcément plus enveloppante et massive. Mais il y a aussi des contrôles tactiles plus intuitifs et des applications très complètes. Celle du Sony WH-1000XM3, par exemple, vous permet d’affiner le niveau de réduction de bruit avec un mode qui détecte tout particulièrement les annonces, pour ne pas rater des informations sur un train ou un avion. Des compléments intéressants, pour un casque qui gagne en polyvalence. Un choix à envisager si votre pratique sportive est plus réduite ou si vous recherchez à multiplier les activités en musique.

Notre sélection de casques anti-bruit possibles pour le sport :

Tous les casques de notre guide