Accueil » Actualité » Coronavirus : le Royaume-Uni n’utilisera finalement pas les respirateurs fabriqués par Dyson

Coronavirus : le Royaume-Uni n’utilisera finalement pas les respirateurs fabriqués par Dyson

Il y a environ un mois, Dyson s’engageait à produire des respirateurs artificiels pour qu’ils soient notamment utilisés au Royaume-Uni. Cependant, le gouvernement britannique vient d’affirmer que le pays n’en a plus besoin.

Image 1 : Coronavirus : le Royaume-Uni n’utilisera finalement pas les respirateurs fabriqués par Dyson
Crédit : Dyson x Tom’s Guide

L’entreprise anglaise spécialisée dans les aspirateurs, les sèche-cheveux, les sèche-mains et le traitement de l’air voulait prêter main-forte dans la lutte contre Covid-19 le mois dernier. Le 25 mars pour être exact, Dyson s’était donc engagé à fabriquer 15 000 respirateurs artificiels. Le gouvernement britannique subventionnait 10 000 d’entre eux tandis que l’entreprise en donnait 1 000 de plus au Royaume-Uni et 4 000 dans d’autres pays. Tout semblait bien parti puisque même le système de la santé publique et l’agence de réglementation des médicaments et des produits de santé supervisaient tous deux la production. Seulement voilà, le Royaume-Uni vient de déclarer qu’il n’a tout simplement plus besoin des respirateurs artificiels de la marque. Quelle est la raison du changement d’avis soudain et qu’est-ce que Dyson va faire de ces milliers de respirateurs fabriqués ?

Comment le Covid-19 tue-t-il ? Évolution du virus dans le corps des infectés

Un effort en vain pour Dyson, enfin presque

Le fondateur de l’entreprise, James Dyson, a déclaré vendredi : « heureusement, ils ne sont pas nécessaires, mais nous ne regrettons pas notre contribution à l’effort national pendant un moment ». Si vous vous souvenez, le projet du respirateur artificiel s’appelle CoVent et il se fixe sur les lits d’hôpitaux tout en étant alimenté par piles. Il sert surtout dans les cas très sévères de Covid-19 lorsque le patient ne peut plus respirer par lui-même. Le Royaume-Uni avait donc subventionné la fabrication de 10 000 CoVent à condition que ceux-ci reçoivent l’approbation réglementaire.

Apparemment, les spécifications requises pour CoVent avaient été modifiées en cours de route, ce qui a contraint Dyson à re-concevoir son respirateur. Selon nos confrères de The Guardian, la nouvelle approbation réglementaire a pris plus de temps que prévu et la demande en respirateurs a en même temps diminué. Pourtant, le Royaume-Uni avait affirmé avoir besoin de 18 000 respirateurs artificiels pour gérer la crise sanitaire, mais il n’en a en ce moment que 10 800. La raison de l’abandon du CoVent n’est pas très claire, à moins que les autorités estiment que le nombre de cas va bientôt décroître et qu’elles auront donc assez de respirateurs.

Maintenant, il faut savoir ce que Dyson va faire de ses milliers de CoVent. James a d’ailleurs ajouté que le projet lui a coûté environ 23 millions d’euros et que « j’ai un peu d’espoir que notre ventilateur puisse encore subvenir aux besoins d’autres pays, mais cela va nécessiter plus de temps et d’investigation ». Nous ne savons donc pas encore si CoVent va pouvoir être utilisé à l’étranger, mais espérons que ce soit le cas puisque beaucoup d’hôpitaux dans le monde en auraient bien besoin.

Covid-19 : le chien-robot Spot de Boston Dynamics protège les médecins du coronavirus

Source : Gizmodo