Accueil » Actualité » Covid-19 : les producteurs du vaccin envisagent d’exposer des individus sains au coronavirus

Covid-19 : les producteurs du vaccin envisagent d’exposer des individus sains au coronavirus

Les essais cliniques du vaccin contre le Covid-19 n’avancent pas comme prévu puisqu’il n’y a plus assez de malades. Les groupes pharmaceutiques envisagent donc une méthode plus radicale : exposer des individus sains au coronavirus.

Image 1 : Covid-19 : les producteurs du vaccin envisagent d’exposer des individus sains au coronavirus
Crédit : cottonbro / Pexels

Les chercheurs du monde entier ont parcouru un long chemin depuis le début de la pandémie il y a quelques mois. Ils ont travaillé d’arrache-pied pour trouver plusieurs vaccins potentiels et les mettre à l’essai. Quel est le souci alors ? Ils rencontrent maintenant un obstacle de taille conséquente les freinant dans la finalisation du vaccin. Comme les chercheurs d’Oxford l’avaient déclaré la semaine dernière, ils n’ont plus assez de malades sur lesquels tester le vaccin prometteur.

Covid-19 : positifs après guérison, les malades ne seraient plus contagieux

Les producteurs de vaccins font tous face au même problème

En effet, plus de 100 vaccins sont actuellement en développement. Dix d’entre eux en sont déjà en phase d’essais cliniques sur l’Homme. Le vaccin qui semble le plus apte à être distribué dès septembre est le ZD1222 développé par les chercheurs d’Oxford. La société de biotechnologie est freinée par le manque de malades, tout comme le sont d’autres géants tels que Moderna et CanSino. Ce n’est pas parce que la pandémie est sur le point de s’arrêter, mais parce qu’il n’y a plus assez de cas là où les tests doivent être menés, notamment en Chine et en Europe.

Pour savoir si un vaccin est efficace et protège réellement contre la maladie, il faut que l’agent pathogène soit au contact de plusieurs volontaires ayant reçu le vaccin. Le géant pharmaceutique AstraZeneca qui s’est associé à Oxford pour la production du vaccin envisage véritablement d’infecter intentionnellement des volontaires sains avec le SARS-CoV-2. Nous savons déjà que le vaccin d’Oxford s’est montré très prometteur chez les macaques en produisant les anticorps nécessaires pour empêcher l’infection d’atteindre les poumons. Il faut maintenant prouver que ces anticorps fonctionnent de la même manière chez l’être humain.

Covid-19 : un gang de singes dérobe des échantillons de sang infectés

AstraZeneca songe à exposer volontairement des individus

Comme l’a rapporté Bloomberg, Pascal Soriot qui est le PDG d’AstraZeneca a déclaré : « Le problème que nous avons tous est que nous courons contre le temps. Nous voyons déjà en Europe que la maladie est en baisse. Elle est toujours active au Royaume-Uni et aux États-Unis. Mais très bientôt, l’intensité de la maladie sera faible et cela deviendra difficile, nous devons donc agir très rapidement ». Pascal Soriot envisage donc d’exposer les sujets au pathogène après avoir reçu le vaccin. D’habitude, ces essais sont approuvés lorsqu’il existe déjà un moyen de soigner la maladie. Ce n’est cependant pas le cas avec Covid-19 étant donné qu’aucun remède n’a encore été trouvé.

Les producteurs du vaccin contre le Covid-19 feraient face à un dilemme éthique s’ils mettent à exécution cette stratégie plus ou moins controversée. Pour le moment, AstraZeneca continue à essayer de prouver l’efficacité du vaccin dans les conditions normales d’essais cliniques.

Covid-19 : un masque qui devient phosphorescent au contact du SARS-CoV-2

Source : BGR