Accueil » Actualité » James Webb nous offre une photo incroyablement nette de Neptune et ses anneaux

James Webb nous offre une photo incroyablement nette de Neptune et ses anneaux

James Webb a capturé des images très précises de Neptune, la planète la plus éloignée connue du système solaire. Nous n’avions pas eu de photos aussi nettes depuis 1989.

Image 1 : James Webb nous offre une photo incroyablement nette de Neptune et ses anneaux
Neptune © NASA, ESA, CSA, STScI

Après nous avoir distillé une impressionnante vue de la nébuleuse d’Orion, James Webb continue son travail d’observation essentiel pour les astronomes. Le télescope spatial est parvenu à capturer des images très précises de Neptune. C’est simple, nous n’avions pas eu d’images aussi nettes de la géante de glace depuis 1989 et la contribution de la sonde Voyager 2.

« Cela fait trois décennies que nous n’avons pas vu ses anneaux faibles et poussiéreux, et c’est la première fois que nous les voyons dans l’infrarouge », s’est félicitée Heidi Hammel, experte du système Neptune dans un post de blog de la NASA. Sur les photos publiées par l’agence spatiale, on peut observer Neptune avec ses anneaux massifs et sept de ses 14 lunes.

À lire > James Webb et Hubble capturent la splendeur de la « galaxie fantôme »

Pourquoi Neptune n’apparaît pas en bleu ?

Les photos capturées par la caméra NIRCam de Webb montrent une planète plus brillante que sa teinte bleu foncé traditionnelle. Voici pourquoi : « La caméra proche infrarouge de Webb (NIRCam) image les objets dans la gamme proche infrarouge de 0,6 à 5 microns, de sorte que Neptune n’apparaît pas en bleu pour Webb. En fait, le gaz méthane absorbe si fortement la lumière rouge et infrarouge que la planète est assez sombre à ces longueurs d’onde proches de l’infrarouge, sauf là où des nuages ​​à haute altitude sont présents », détaille la NASA.

« Ces nuages ​​de méthane et de glace sont proéminents sous forme de stries et de taches lumineuses, qui reflètent la lumière du soleil avant qu’elle ne soit absorbée par le méthane », précise l’agence spatiale. Ces images distillent aux astronomes des informations notables sur la composition atmosphérique de la géante glacée, la vision infrarouge excluant l’éblouissement causé par le Soleil et la pollution lumineuse.

Le mois dernier, James Webb nous avait livré également des images saisissantes de Jupiter.