Accueil » Actualité » Le Bluetooth toujours activé peut être utilisé pour pister votre smartphone, selon une étude

Le Bluetooth toujours activé peut être utilisé pour pister votre smartphone, selon une étude

Des informaticiens de l’Université de Californie à San Diego ont prouvé dans une étude publiée le 24 mai que de minuscules imperfections dans les téléphones causées lors de la fabrication créent une balise Bluetooth unique, qui établit une signature numérique ou une empreinte digitale distincte de tout autre appareil.

iPhone
iPhone © Unsplash

Les appareils mobiles, y compris les téléphones, les montres intelligentes et les trackers de fitness, transmettent en permanence des signaux, connus sous le nom de balises Bluetooth (Bluetooth beacon), à un rythme d’environ 500 balises par minute. Ces balises activent des fonctionnalités telles que le service de suivi des appareils perdus (comme Localiser d’Apple).

Une équipe d’ingénieurs de l’Université de Californie à San Diego a démontré pour la première fois que les signaux Bluetooth émis en permanence par nos téléphones portables ont une empreinte unique qui peut être utilisée pour suivre le mouvement d’individus. Si ce type de tracking était déjà possible avec le Wifi, les chercheurs ont démontré qu’il était possible de le faire grâce au Bluetooth, et ce, de manière très précise.

À lire : Apple AirTag : le tracker peut être piraté et reprogrammé

Un problème depuis la prolifération des dispositifs de suivi tels que l’AirTag d’Apple

Le tracking Bluetooth est devenu un problème majeur avec la prolifération d’appareils comme les AirTags d’Apple. S’ils sont destinés à retrouver des appareils (ou autre chose), l’usage des AirTags a vite été détourné par des personnes malveillantes. Même après plusieurs mises à jour, les AirTags ont été signalés dans plusieurs cas de harcèlement et, plus récemment, dans une accusation de meurtre.

Les scientifiques de l’étude ont mené des tests pour montrer si la présence de plusieurs smartphones au même endroit pouvait perturber leur capacité à traquer des signaux individuels. Sur 162 appareils proches avec Bluetooth actif, les chercheurs ont réussi à localiser et suivre avec précision 40 % d’entre eux. Une autre expérience à plus grande échelle a montré qu’ils avaient réussi à pister plus de 300 smartphones (sur un total de 647) répartis dans un espace public et sur deux jours.

Certains facteurs peuvent perturber un signal Bluetooth comme l’indique l’étude, comme les changements de température ambiante. Certains appareils envoient également des signaux avec plus de puissance et de portée que d’autres. D’ailleurs, on pourrait s’attendre à ce que couper le Bluetooth règle le problème, mais pour rappel, sur iPhone, le Bluetooth ne se désactive vraiment qu’en passant par l’app Réglages.

À lire : Comment désactiver un AirTag invasif ?

Pas de panique en revanche, puisque les auteurs du rapport notent que l’équipement nécessaire (des renifleurs radio définis par logiciel) pour suivre les smartphones de cette manière coûte cher, de 200 à 1 000 euros. L’utilisation de ces appareils nécessite également un degré relativement élevé de savoir-faire technique, bien plus complexe que de glisser un AirTag dans un sac donc.

Les auteurs de l’étude ont déclaré que le meilleur moyen de résoudre ce problème serait qu’Apple, Google, Samsung et consorts randomisent la sortie des signaux Bluetooth de leurs smartphones. Mais sans recherches supplémentaires, il est difficile de dire si ce correctif fonctionnerait vraiment ou non.

Source : Eurekalert