Accueil » Actualité » Le premier James Bond accusé de viol par le réalisateur de Mourir peut attendre

Le premier James Bond accusé de viol par le réalisateur de Mourir peut attendre

Le réalisateur de No Time to Die, Cary Fukunaga, affirme que le personnage de James Bond était un violeur dans les premiers films, faute de respecter le consentement.

Image 1 : Le premier James Bond accusé de viol par le réalisateur de Mourir peut attendre

Dans une interview avec The Hollywood Reporter, Cary Fukunaga évoque l’histoire des premiers films de James Bond et s’est penché sur la misogynie et le respect du consentement envers les femmes du célèbre agent secret britannique. Le réalisateur de Mourir peut attendre (No Time to Die), qui sortira dans les salles le 8 octobre, affirme en effet que le comportement de James Bond envers les femmes, notamment dans les premiers films de la franchise Goldfinger et Thunderball, correspond à du viol.

« Elle dit non. James Bond dit oui. Ça ne passerait pas aujourd’hui. »

Dans ces films, affirme Fukunaga, « le personnage de Sean Connery viole une femme. Elle dit : « Non, non, non », et lui : « Oui, oui, oui ». Ça ne passerait pas aujourd’hui ». Le réalisateur américain a expliqué qu’il avait embauché pour le film la scénariste Phoebe Waller-Bridge, qui a aidé Neal Purvis et Robert Wade, deux vétérans de la franchise James Bond, « à peaufiner le scénario ». Est-ce elle qui a invité Daniel Craig, qui incarne James Bond à l’écran, à faire tomber le smoking au point de se retrouver (peut-être) encore plus dénudé que les James Bond Girls ?

Fukunaga a répondu lors de l’interview aux spéculations selon lesquelles l’embauche de Waller-Bridge visait à créer un film d’espionnage plus « woke » en phase avec les attentes actuelles concernant la représentation de la race et du genre. « Une femme qui écrit des rôles féminins très forts, je pense que c’est ce qu’on attend », soutient le réalisateur Cary Fukunaga.

Il précise qu’il dispose du soutien de la productrice Barbara Broccoli sur ce plan. « Dès mes premières conversations avec Broccoli, c’était une volonté très forte. On ne peut pas changer James Bond en une personne différente du jour au lendemain. Mais on peut en revanche changer le monde qui l’entoure et la façon dont il agit dans ce monde. James Bond, c’est l’histoire d’un homme blanc qui joue le rôle d’un espion, il faut donc faire les efforts nécessaires pour que les personnages féminins qui l’entourent soient davantage que de simples potiches. »

Daniel Craig a plaidé personnellement pour une scénariste féminine dans No Time to Die

Daniel Craig, qui jouera pour la dernière fois l’espion britannique dans No Time to Die, a quelque peu éloigné le personnage de ses comportements archaïques de coureur de jupons. Si l’acteur a déclaré récemment qu’il pensait qu’une femme ne devait pas incarner James Bond, il a plaidé personnellement pour que la scénariste Phoebe Waller-Bridge rejoigne le film.

Waller-Bridge, qui a remporté de nombreux prix dont trois Primetime Emmys et un BAFTA, a déclaré dans des interviews précédentes que le but du film n’est pas de changer le personnage de Bond. Mais « l’important, c’est que le film traite les femmes correctement. »

Réalisé et coécrit par Fukunaga, Mourir peut attendre (No Time to Die) a achevé son tournage en octobre 2019. Après d’importants retards dûs à la crise sanitaire, il sortira dans les salles le 6 octobre. Pendant ce temps, la directrice de casting de James Bond cherche activement la vedette qui saura remplacer Daniel Craig pour incarner le célèbre espion britannique.

Source : Hollywood Reporter