Accueil » Actualité » De retour sur la Lune, l’Homme alunira sur l’une de ces 13 zones choisies par la NASA

De retour sur la Lune, l’Homme alunira sur l’une de ces 13 zones choisies par la NASA

La NASA a sélectionné un total de 13 régions d’atterrissage possibles pour le grand retour de l’Homme sur la Lune. L’agence spatiale américaine prépare ainsi la mission Artemis III prévue pour 2025.

Le coup d’envoi du programme Artemis de la NASA sera donné avec le lancement de la mission Artemis I le 29 août 2022. Le vaisseau spatial Orion décollera sans équipage pour se préparer aux futurs vols habités en direction de la Lune. D’ailleurs, Artemis I cherchera aussi de l’eau sur la Lune. Artemis I n’a pas encore décollé, mais l’agence spatiale américaine prépare déjà Artemis III, à savoir le grand retour de l’Homme sur la Lune.

Les 13 régions d'atterrissage d'Artemis III sur la Lune
Les 13 régions d’atterrissage d’Artemis III sur la Lune – Crédit : NASA

La NASA vient donc de partager une liste des potentielles régions d’atterrissage, ou alunissage, de la mission Artemis III en 2025. Les astronautes pourront donc poser le pied sur la Lune dans l’une de ces 13 régions. Chacune d’entre elles contient plusieurs sites d’atterrissage.

Les 13 régions choisies par la NASA se trouvent près du pôle sud lunaire

L’agence spatiale américaine a expliqué sur son site que : « la sélection de ces régions signifie que nous nous rapprochons d’un pas de géant du retour des humains sur la Lune pour la première fois depuis Apollo ». En plus d’être le retour de l’Homme sur la Lune, le programme Artemis sera aussi le premier pas d’une femme sur la Lune.

La NASA qui prévoit aussi de se rendre sur la face cachée de la Lune en plus du programme Artemis a choisi des régions d’atterrissage situées près du pôle Sud de la Lune. Chacune se trouve à moins de 6 degrés de latitude du pôle sud lunaire. Elles possèdent aussi différentes caractéristiques géologiques. 

Avoir plusieurs régions potentielles pour l’atterrissage d’Artemis III permet à la NASA d’avoir une plus grande flexibilité pour la fenêtre de lancement. En effet, chaque région correspond davantage à une période de lancement bien précise. Comme l’agence spatiale américaine l’a précisé, « l’équipe a évalué les régions en fonction de leur capacité à accueillir un atterrissage en toute sécurité, en utilisant des critères tels que la pente du terrain, la facilité des communications avec la Terre et les conditions d’éclairage ». Tout est donc prévu pour garantir la sécurité maximale des astronautes qui poseront le pied sur la Lune.

Source : BGR