Accueil » Actualité » Nintendo Switch : un hacker épinglé par la justice pour avoir piraté des documents confidentiels

Nintendo Switch : un hacker épinglé par la justice pour avoir piraté des documents confidentiels

Un pirate informatique risque une peine de prison et une amende conséquente. Il a piraté les identifiants d’un employé de la société Nintendo.

Agé de 21 ans, un Californien de Palmdale a récemment plaidé coupable suite à des accusations de piratage informatique. Selon le ministère de la Justice, le jeune homme et un associé auraient, en 2016, utilisé une technique de phishing dans le but de récupérer les identifiants d’un employé de la société Nintendo.

Image 1 : Nintendo Switch : un hacker épinglé par la justice pour avoir piraté des documents confidentiels

Les deux compères ont ainsi accédé à des fichiers confidentiels à propos des consoles et des jeux de Nintendo. Ces données comprenaient, entre autres, des informations concernant la Nintendo Switch, avant sa sortie officielle en 2017. Ces données ont été par la suite divulguées auprès du public.

Switch : Nintendo renouvelle 40 licences de ses jeux classiques

L’enquête effectuée par le ministère de la Justice à cette époque a mené à un simple avertissement, et le jeune homme s’était engagé à ne plus commettre de délit de cette nature. Malgré cet avertissement, le pirate informatique a repris son activité et a continué à entrer sur les serveurs de Nintendo pour ensuite en divulguer les données. Il était également actif sur un forum de discussion sur lequel il échangeait des informations sur la vulnérabilité des serveurs de la société de jeux.

Essayer de découvrir une console Nintendo avant tout le monde : 3 ans de prison requis

Il a ainsi reçu une visite du FBI, qui a saisi son matériel et les milliers de fichiers Nintendo ayant été piratés. La justice demande une peine de trois ans de prison à son encontre. La peine maximale étant de cinq ans d’emprisonnement pour fraude et abus informatique. Le pirate possédait par ailleurs du contenu pédopornographique, ce qui augmente la peine à 20 ans de détention.

Le pirate devra payer une amende de 259 323 $ à Nintendo et s’inscrire en tant que délinquant sexuel. Bien que cette affaire soit particulièrement grave au regard du contenu pédopornographique qui était en possession du jeune homme, elle servira aussi d’avertissement à tous ceux qui souhaitent s’engager dans des pratiques de piratage.

Nintendo Switch Pro : une sortie probable en 2020 mais pas d’innovations majeures

Source : Digitaltrends