Accueil » Actualité » Raid sur la zone 51 : 5 gus avec des chapeaux en aluminium

Raid sur la zone 51 : 5 gus avec des chapeaux en aluminium

Une blague, 2 millions d’inscrits, l’armée américaine prête à intervenir pour ce qui s’est finalement soldé par un rendez-vous de quelques centaines de personnes. Retour sur l’affaire « Storm Area 51 ».

Image 1 : Raid sur la zone 51 : 5 gus avec des chapeaux en aluminium

Tout avait commencé en juillet avec la création d’un évènement sur Facebook invitant les participants à prendre d’assaut la zone 51. Présenté comme une blague potache, l’évènement aurait pu rassembler des dizaines de milliers de personnes. Seuls quelques un ont finalement fait le déplacement.

Aucun alien n’a été découvert

En juillet, quelques amis créent un évènement Facebook qu’ils nomment « Storm Area 51, They Can’t Stop All of Us ». On traduira par « Raid sur la zone 51, ils ne peuvent pas tous nous arrêter ». Une des idées des organisateurs : courir comme Naruto permet de courir plus vite que les balles. Évidemment, il s’agit d’une blague, tout le monde l’a bien compris, mais les inscriptions affluent au point de faire douter les organisateurs même. Et si certains prenaient ce raid au pied de la lettre. Car la zone 51, rendue populaire par Hollywood et des séries comme X-Files, si elle fait rêver, n’en reste pas moins une zone militaire, que l’armée américaine a promis de défendre coute que coute.

Ce sont ensuite les marques qui se joignent au mouvement. Arby, Kool-Aid et Bud Light ont ainsi promis d’accompagner les participants, ancrant encore le rassemblement dans la réalité, tandis que deux évènements se mettent en place. L’un nommé « Storm Area 51 Basecamp », l’autre « Alienstock ». Ces deux évènements se veulent bon enfant, orientés vers la musique, la présence d’artistes à l’image d’un Woodstock version extra-terrestre. Seulement, rien de tout ça n’a eu lieu comme prévu. Les chiffres les plus optimistes annoncent la présence de 500 à 3000 personnes à proximité de la base, obligeant les organisateurs du Basecamp a annuler les festivités dès le vendredi.

D’après le shérif local, seules quelques centaines de personnes se sont présentées aux accès à la zone 51, certaines déguisées en Naruto, et dont une vingtaine ont prétendu courir vers les installations sur quelques dizaines de mètres seulement. Peu avant le début officiel de l’évènement, il avait arrêté et mis en garde à vue deux jeunes Youtubeurs hollandais qui avaient pénétré sur une base militaire proche de la zone. Beaucoup de bruit pour finalement quelques festivaliers déguisés. L’armée américaine avait pourtant pris la situation très au sérieux allant même jusqu’à tweeter une photo de 2 soldats en uniforme devant un bombardier furtif B-2 : « La dernière chose que les millenials verront s’ils tentent un raid de la zone 51 aujourd’hui. » Profondément agressif, ce tweet a depuis été supprimé et l’armée américaine s’est excusée.