Accueil » Test » Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable

Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable

Amazon vient de renouveler son modèle phare de liseuse, la Kindle Paperwhite mais elle n’arrive pas seule puisqu’une déclinaison plus haut de gamme est également de la partie. Faut-il s’empresser de craquer pour cette nouvelle liseuse ?

kindle paperwhite 2021
9/10

Amazon Kindle Paperwhite

Le meilleur rapport qualité-prix

139,99€ > Amazon
On aime
  • Écran plus grand
  • Gestion de l’éclairage
  • Réactivité
  • Autonomie
  • Étanchéité
On n’aime pas
  • Exclusive à la librairie Amazon
Verdict :

La Kindle Paperwhite était déjà notre liseuse préférée. Avec cette nouvelle version (11e génération), elle conforte son avance sur ses concurrentes sur ce segment de prix. Le principal atout de cette nouvelle version, c’est un écran un peu plus grand tout en conservant un format compact et une gestion de l’éclairage améliorée. Réactivité, interface intuitive, étanchéité… c’est un sans-faute. On peut en revanche émettre quelques réserves sur la version Signature dont les ajouts ne justifient pas selon nous de payer plus cher.

La Kindle Paperwhite qui n’avait pas eu de nouvelle version depuis 2018 revient dans 2 déclinaisons. Jusqu’à présent la gamme des liseuses Amazon se composait de 3 modèles : la Kindle en entrée de gamme, la Kindle Paperwhite au milieu et la Kindle Oasis tout en haut. C’est donc le milieu de gamme qui est renouvelé avec, en plus, l’arrivée de la Signature, une version améliorée de la Kindle Paperwhite par quelques différences plus ou moins subtiles. Le design et l’interface sont identiques et d’ailleurs si vous êtes sur le site d’Amazon sur la fiche de la Kindle Paperwhite et que vous activez l’option « 32 Go avec la charge sans fil » vous basculerez automatiquement sur la fiche de la Paperwhite dans sa version Signature.

À lire aussi > Comparatif de liseuses : Kindle, Kobo, Vivlio… quelle est la meilleure ?

Image 1 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable

Quel prix pour la Kindle Paperwhite est ses déclinaisons

Pas de gros bouleversement en termes de prix, puisque l’édition 2021 de la Paperwhite est commercialisée 10 euros de plus que la version précédente, soit 139,99€ dans sa version avec publicité.

La version avec pub peut valoir la peine, car celle-ci consiste en l’affichage d’une couverture de livre sur la page de veille et d’un bandeau en bas de l’écran d’accueil. Évidemment rien n’apparaît pendant la lecture. De plus, si cela vous perturbe vraiment, il est possible de faire machine arrière en vous acquittant des 10 euros initialement économisés et en effectuant une mise à jour de votre liseuse.

En revanche, la version Signature atteint quasiment 190€ pour quelques éléments supplémentaires qui ne sont pas forcément convaincants et que nous détaillons plus bas dans cet article.

L’écran, le point fort de la Paperwhite

Lorsqu’on choisit une liseuse, la taille et la qualité de l’écran doivent clairement faire partie des premiers critères de choix à prendre en compte, c’est ce qui va le plus influer sur votre expérience de lecture. Et cette nouvelle Paperwhite l’a clairement compris et renforce cet aspect avec succès. L’écran passe à 6,7 pouces (versus 6 pouces pour la version précédente) et c’est un vrai gain pour le confort de lecture. On reste dans un format très compact puisque le boîtier augmente à peine : 7 mm sur la hauteur et 9 mm sur la largeur, mais les bordures ont été réduites et laissent donc plus de place à l’écran. Au final, la Paperwhite pèse 205g (vs 182g pour la version précédente), la prise à une main reste donc agréable.

Image 2 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable
Une Kindle ancienne génération de 6 pouces versus la nouvelle Kindle Paperwhite en version 6,8 pouces.
Image 3 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable
Malgré l’accroissement de la taille de l’écran, tenir la Kindle Paperwhite d’une seule main reste tout à fait gérable.

Autre gain appréciable, l’augmentation du nombre de LED qui passe de 5 à 17. Cela permet une diffusion encore plus douce de la lumière. Rappelons que la technologie d’encre électronique utilisée évite d’avoir à éclairer l’écran par l’arrière (rétro-éclairage). Les LED sont placées sur les bords de l’écran, la lumière n’est donc pas projetée dans les yeux du lecteur et ne génère pas de fatigue oculaire.

Image 4 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable
La Kindle Paperwhite Signature offre beaucoup de possibilités de réglages.

Mais pour ceux qui veulent à tout prix éviter la lumière bleue, il est possible de choisir la température d’éclairage (en mode manuel ou en automatique). Cela vous permet selon vos attentes d’afficher une page qui peut aller du très blanc au très jaune. La résolution reste de 300 ppp, ce qui est plus que suffisant pour l’affichage de caractères.

Le plus de la Kindle Paperwhite Signature : elle intègre des capteurs pour l’ajustement automatique de l’éclairage. Un luxe proposé à ceux qui ne veulent vraiment avoir aucun effort à faire.

Une grande fluidité

Autre point fort de la Kindle Paperwhite, sa réactivité. Le passage d’une page à l’autre est instantané et tous les changements de mise en forme s’effectuent en un clin d’œil. Les Kindle ont toujours fait preuve d’une grande fluidité mais l’intégration de la technologie Carta 1200 développée par E INK permet encore plus de réactivité (20% d’après E INK) et un contraste amélioré de 15%. Cette technologie n’est présente pour le moment que dans quelques produits, comme les récentes Kobo Libra 2 et Kobo Sage.

Cela permet aussi l’ajout d’une animation dans le changement de page. Ce paramètre, activable dans menu Aa et dans l’onglet Plus, créé un effet ou les pages se fondent rapidement l’une dans l’autre.

Du stockage plus qu’il n’en faut

La Paperwhite conserve son stockage habituel de 8 Go. La plupart des fichiers pesant entre 500 Ko et 1 Mo. Cela veut dire que vous pouvez stocker des milliers de livres. Donc à moins d’avoir un usage assez spécifique de sa liseuse avec l’utilisation de gros fichiers PDF ou de mangas, c’est amplement suffisant.  D’autant que les lecteurs de mangas qui ont une liseuse ne courent pas les rues. La cible n’est pas vraiment la même.

Le plus de la Kindle Paperwhite Signature : elle offre 32 Go de stockage. Si posséder 8 Go est amplement suffisant que dire de 32 Go… ce n’est clairement pas indispensable.

Image 5 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable

Autonomie et recharge, pas d’enjeu

Amazon annonce une autonomie de 10 semaines, même si nous n’avons pas encore eu l’occasion de confirmer ce point, vous pourrez compter sans souci sur une autonomie de plusieurs semaines. Cela va bien sûr dépendre de votre temps de lecture et du niveau de luminosité que vous utilisez, mais l’autonomie n’est pas un enjeu surtout si vous activez le mode avion. Il est appréciable de voir l’arrivée du port USB-C qui est la norme aujourd’hui.

Le plus de la Kindle Paperwhite Signature : ce modèle dispose de la recharge par induction et s’accompagne d’une station de charge sans fil (30 euros) qui permet la recharge sans avoir à brancher sa liseuse. Pourquoi pas, mais cela reste très gadget dans la mesure où l’on recharge peu souvent.

Interface et application, synchronisation parfaite

Quelques changements ont été intégrés depuis la version précédente comme la possibilité de graisser plus ou moins la police et des aménagements dans la barre du haut, mais rien de radical, l’interface reste très intuitive et bien pensée.

On peut facilement feuilleter le livre sans perdre sa page pour, par exemple, revenir en arrière et vérifier le nom d’un personnage. La prise de notes et le surlignement fonctionnent parfaitement, le vocabulaire consulté en cours de lecture est synthétisé dans une rubrique « vocabulaire interactif ». Bien sûr, le dictionnaire est consultable à tout moment.

Image 6 : Test Kindle Paperwhite ( et Signature) : la liseuse d’Amazon reste indétrônable
La Kindle Paperwhite permet de feuilleter facilement un livre sans perdre sa page.

Toutes les Kindle s’accompagnent de l’application du même nom. Dès lors que l’on achète un livre sur Amazon, il est stocké dans le cloud et la lecture se synchronise en temps réel. Vous êtes donc sûr de tomber exactement à l’endroit où vous en étiez resté que vous repreniez votre lecture sur votre liseuse ou votre smartphone.

Gestion des formats de fichiers, avec de l’aide ça passe

C’est le bémol que l’on peut attribuer à cette liseuse. Si vous optez pour une Kindle, cela signifie acheter ses livres uniquement sur la librairie d’Amazon, qui est au demeurant très complète et simple à utiliser. Amazon fait appel au format AZW3 qui n’est utilisé nulle part ailleurs. Pas de possibilité donc de changer de librairie.  

Amazon annonce la compatibilité avec de nombreux formats de fichiers mais dans les faits ce n’est pas très utilisé. Ce genre de manipulations reste le plus souvent réservé aux ordinateurs ou aux tablettes. Mais pour peu que vous fassiez appel à un logiciel comme Calibre, n’importe quel fichier Word ou PDF sera transféré sans encombre sur votre liseuse. Lors de nos tests, les documents Word après transfert avaient conservé leurs enrichissements (titres, liens hypertextes…).

Les concurrentes de la Kindle Paperwhite

Dans cette gamme de prix (140 euros hors promo), la Paperwhite est relativement imbattable en raison notamment de son écran qui offre une très bonne gestion de l’éclairage, une surface parfaitement plane (pas de différence de niveau entre écran et bordures) et une taille supérieure à celle de ses concurrentes (6,8 pouces vs 6 pouces).

Kobo Clara HD : très bien notée au moment de sa sortie (mai 2018), elle se fait aujourd’hui un peu distancer par la Paperwhite. Son écran un peu plus petit (6 pouces) n’offre pas une surface plane avec le cadre. Cependant, elle intègre toutes les fonctions que l’on attend d’une liseuse et présente l’intérêt d’être la plus légère de sa catégorie. 139,99€ soldée 109,99€ à la Fnac

Vivlio Touch Lux 5 : Un cran en dessous au niveau de l’interface et de la taille de l’écran (6 pouces), elle a le mérite d’offrir un environnement plus ouvert avec une gestion des DRM plus souple et de proposer en plus de l’écran tactile des touches physiques. 119,99€ chez Boulanger

Les concurrentes de la Kindle Paperwhite Signature

Lorsque l’on monte en gamme, la compétition se resserre. En effet, la Kindle Paperwhite Signature qui est commercialisée 190 euros (hors promo) à de sérieuses concurrentes :

Kobo Libra 2 : la petite dernière de chez Kobo dispose de solides arguments : un design très réussi avec un bord légèrement incurvé, très agréable pour la prise à une main, la présence de touches physiques et un écran légèrement plus grand (7 pouces). 189,99€ à la Fnac

Vivlio Ink Pad 3: elle sera idéale pour ceux qui privilégient la taille de l’écran (8 pouces) tout en gardant un format compact. Mais, elle commence aussi à se faire vieille puisque sa sortie date de juin 2018. 199,99€ chez Cultura