Accueil » Test » Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Baptisé Ultra, le plus haut de gamme des nouveaux Galaxy S22 se distingue du reste de la famille par son design unique et son ADN hérité des Galaxy Note. Comme son prédécesseur, peut-il prétendre au titre de meilleur smartphone Android ?

Image 2 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
8/10

Samsung Galaxy S22 Ultra

Un écran et des photos toujours au top

1259€ > Rue du Commerce
On aime
  • Toujours le meilleur écran du marché
  • Le rafraîchissement adaptatif à 120 Hz
  • La qualité photo, y compris de nuit
  • La polyvalence photo
  • La charge (enfin !) rapide
  • Le stylet intégré et ses applications
  • Le design raffiné
  • 4 ans de mises à jour majeures
On n’aime pas
  • La largeur du boîtier et son poids
  • Le processeur Exynos bridé
  • L’autonomie perfectible
  • L’absence de chargeur
  • L’absence de kit mains libres
  • Le prix élevé
Verdict :

Le Galaxy S22 Ultra est un smartphone au design à la fois massif et raffiné, mais toujours assumé. Véritable vitrine technologique du savoir-faire de Samsung, il séduit par son luxueux revêtement, la qualité de son écran et ses photos souvent remarquables. Mais tous les publics ne seront pas conquis par cet impressionnant smartphone au prix élevé et aux fonctions tellement riches qu’il faudrait presque une vie pour en faire le tour. Les amateurs de stylet et les plus geeks seront sans doute les plus réceptifs au charme de cet appareil, avec une ombre au tableau en France. Le nouveau processeur Exynos conçu par Samsung ne parvient pas à se hisser à la hauteur du nouveau Snapdragon 8 Gen 1 de Qualcomm. Une fausse note regrettable pour ceux qui attendent une puissance maximum. Le roi en vacille un peu sur son trône.

Après un Galaxy S21 Ultra considéré comme le champion du monde Android l’an passé, le nouveau fleuron de Samsung était attendu de pied ferme. Son récent lancement marque un changement important dans la gamme : le Galaxy S22 Ultra revêt ainsi l’allure d’un Galaxy Note 20.

Et cela ne s’arrête pas à une simple ressemblance puisque le smartphone géant de la marque intègre désormais dans son boîtier le nouveau stylet S Pen de la marque. Une première chez les Galaxy S qui scelle le destin des Galaxy Note. La fusion des deux gammes avait souvent été évoquée, c’est aujourd’hui acté.

Image 3 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Le Galaxy S22 Ultra embarque un stylet, mais est livré sans chargeur, ni kit mains libres.

Pour les adeptes du stylet, c’est plutôt une bonne nouvelle dans la mesure où il n’y avait pas eu de lancement de Galaxy Note l’été dernier. Équipé des dernières technologies Samsung, le Galaxy S22 Ultra atteint des cimes en termes de prix (de 1259 euros en 8/128 Go à 1659 euros en 12 Go/1 To, en exclusivité chez Samsung) et endosse la lourde mission de rester l’un des maîtres du monde Android, mais aussi de remplacer les Note avec brio.

Image 4 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Pour son dernier-né, Samsung n’hésite d’ailleurs pas à promettre 4 ans de mises à jour majeures ! Le pari est-il réussi ? Nous avons testé quelques jours le nouveau smartphone de Samsung pour répondre à cette question.

À lire > quels sont les meilleurs smartphones Galaxy à acheter ?

Samsung Galaxy S22 Ultra : les principaux points positifs

Richement équipé, le Galaxy S22 Ultra de Samsung est un smartphone qui recèle d’innombrables qualités. Voici ses atouts les plus remarquables.

1. Une fois encore, il en met plein la vue

Samsung règne en maître sur les écrans Amoled qu’il fournit d’ailleurs à bon nombre de concurrents. Le constructeur réédite en 2022 son exploit de l’an passé. À l’instar de son prédécesseur, le Galaxy S22 Ultra excelle au niveau de l’affichage.

Réglée par défaut en Full HD+ pour préserver l’autonomie, son immense dalle incurvée de 6,8 pouces peut afficher une très haute définition WQHD+ (1440 x 3081 points). Technologie Amoled dernier cri oblige, l’écran affiche un contraste quasi absolu, avec des noirs profonds, doublé d’une luminosité encore jamais atteinte sur un Galaxy S. Un régal pour les yeux !

Image 5 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Selon le mode d’affichage choisi, nous avons relevé jusqu’à 1000 nits en mode d’affichage par défaut « vif » ! Samsung indique même que cette luminosité peut monter bien plus haut dans des conditions extrêmes (en plein soleil, par exemple), soit jusqu’à 1750 nits. Dans les paramètres, il est d’ailleurs possible de booster manuellement la luminosité.

En optant pour l’affichage « Naturel », les amateurs de couleurs fidèles seront comblés puisque ce mode propose un calibrage quasi parfait avec un Delta E de 2 et une température des couleurs à 6500K.

Image 6 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Enfin, cette dalle de type LTPO propose un rafraîchissement jusqu’à 120 Hz pour une fluidité d’affichage optimale pour certains usages. Ce taux dit adaptatif peut redescendre à 1 Hz sur des pages statiques pour optimiser l’autonomie. Il est bien entendu possible de choisir un rafraîchissement classique par défaut à 60 Hz lorsque le scénario souhaité est de préserver la batterie.

2. Le stylet, baguette magique du Galaxy S22 Ultra

Beau mais massif le Galaxy S22 Ultra cache dans ses entrailles le stylet habituellement réservé aux Galaxy Note, en partie responsable de son embonpoint. Si vous faites partie des amateurs de dessin et de prises de notes, vous allez adorer.

Image 7 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Le S Pen a dans cette édition été amélioré avec un temps de réponse presque divisé par 2 (de 5 à 2.8 ms). On a vraiment l’impression d’écrire sur un carnet de notes, d’autant plus que le constructeur ajoute un son qui reproduit le bruit d’un crayon qui parcoure une feuille de papier. Il reste qu’on se sent parfois un peu à l’étroit, malgré la belle surface d’affichage de l’écran

Image 8 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

La reconnaissance d’écriture manuscrite fonctionne plutôt bien, voire s’améliore avec le temps (du moins c’est l’impression qu’on a eue), avec une transformation en un clin d’œil de ses notes en document numérique.

Image 9 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
D’une simple pression sur l’icône T, on effectue sa conversion en texte numérique. On relève ici une erreur 522 au lieu de S22 : pas si mal !

Que ce soit dans le domaine de la prise de notes ou des autres usages offerts par ce stylet (loisirs, tâches professionnelles), la maîtrise ne viendra qu’après de longues heures d’utilisation, tant les possibilités sont riches. Samsung propose même des interactions avec le smartphone, sans toucher l’écran, comme la prise de photo à distance d’une pression sur le S Pen…

Image 10 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Si l’utilisation du stylet ne vous motive pas plus que ça ou si cela n’éveille chez vous qu’une vague curiosité, mieux vaut sans doute passer votre chemin et choisir un Galaxy qui correspondra plus à vos attentes et à moindre coût. Les habitués du Galaxy Note sont, eux, conquis d’avance par ce stylet amélioré.

3. Pleins phares sur la photo de nuit

Le Galaxy S22 Ultra partage avec son prédécesseur une bonne partie de son équipement photo comme son excellent capteur principal de 108 mégapixels (qui filme jusqu’en 8K) ou son ultra grand-angle, pas du même calibre, mais tout de même très satisfaisant.

Image 11 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Image 12 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Image 13 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Le mode portrait est très efficace et il est possible de prendre la photo à distance d’une simple pression sur le stylet. Pratique.
Image 14 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

La qualité des prises de vue s’avère donc tout aussi excellente. En plus de l’autofocus laser qui autorise une mise au point rapide, on retrouve également les deux téléobjectifs de l’an passé qui assurent deux zooms 3X et 10X.

Au-delà de la qualité des composants, c’est la polyvalence de ce bloc photo qui séduit. Il permet de briller dans tous les scénarios, du portrait, au paysage en passant par la macro. Cette année, Samsung met l’accent sur la photo de nuit, à grand renfort de traitement logiciel et donc d’intelligence artificielle.

Image 15 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Grand-angle
Image 16 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Ultra grand-angle
Image 17 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Zoom 3x
Image 18 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Zoom 10x

Dans la majeure partie des cas, on est ébloui par les beaux clichés du S22 Ultra même nocturnes, mais pas toujours à 100% convaincus en termes de précisions. Des mises à jour viendront probablement améliorer la qualité, mais il est toujours regrettable pour les premiers utilisateurs, de devoir essuyer les plâtres.

Néanmoins, avec des photos de nuit améliorées, le Galaxy S22 peut sans problème se confronter aux meilleurs smartphones photo du marché. Rares sont d’ailleurs ceux qui peuvent se vanter d’un équipement aussi complet. Parfois moins nets sur les scènes compliquées que chez certains concurrents, les clichés du S22 Ultra ont le mérite d’offrir une gestion de la lumière toujours agréable à l’œil.

Image 19 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Grand-angle de nuit
Image 20 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Ultra grand-angle de nuit
Image 21 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Grand-angle avec mode nuit
Image 22 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Ultra grand-angle avec mode nuit
Image 23 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche
Photo prise dans une pénombre presque totale

Le logiciel photo offre de son côté une interface ergonomique et une grande richesse de fonctions pour améliorer ses prises de vues. Pas besoin comme sur certains smartphones d’aller chercher le mode nuit, il est proposé (jamais imposé) lorsque la lumière vient à manquer. Une jolie réussite.

4. Une charge rapide surprenante (mais pas de chargeur)

Avec sa batterie de 5000 mAh, le Galaxy S22 Ultra se veut rassurant en matière d’endurance, mais c’est surtout sa fonction de charge rapide qui fait mouche. Compatible 45 W, elle présente tout de même un gros bémol : aucun chargeur n’est fourni, encore moins donc celui de 45 W qui vous coûtera une cinquantaine d’euros. Assez inadmissible pour un smartphone qui coûte plus de 1200 euros.

Samsung n’ayant pas eu la bonne idée de glisser ce chargeur dans le sac renfermant notre exemplaire de prêt, nous avons évalué la rapidité de la charge avec un simple chargeur 25 W de S21, avec une très bonne surprise à la clef. Il n’a fallu que 15 minutes pour redonner 30 % d’autonomie au smartphone et un peu moins de 70 minutes pour passer de 0 à 100 %.

Image 24 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

Assez exceptionnel pour une batterie d’aussi haute capacité !  Avec un chargeur plus costaud, nous n’avons gagné que quelques minutes sur une charge complète. En revanche, nous avons récupéré plus de 45 % en seulement 15 minutes. Voilà qui motivera peut-être l’achat du chargeur 45 W de Samsung.

A lire > Quels sont les meilleurs smartphones à acheter (Android, iOS) ?

Samsung Galaxy S22 Ultra : les principaux points négatifs

Les marques prestigieuses ne sont pas à l’abri d’un couac et un prix élevé pour un smartphone n’est pas un gage de sans-faute. Voici ce qui nous a déplu sur le Galaxy S22 Ultra

1. Le modèle français pénalisé par son Exynos

Comme à son habitude, Samsung a équipé le Galaxy S22 Ultra de son nouveau processeur maison, l’Exynos 2200. Du moins c’est le cas en Europe et en Corée. Les États-Unis ont, eux, droit à leur processeur national, le Snapdragon 8 Gen 1 de Qualcomm. Ces puces sont toutes deux gravées en 4 nm, mais celle de Samsung qui s’appuie pourtant sur un GPU AMD sous architecture RDNA prometteuse (une première sur un smartphone) accuse des performances en demi-teinte.   

Cet Exynos est bien entendu suffisamment puissant pour jouer et apporte sa pierre à l’édifice de la photo en matière d’algorithmes. Il est cependant en retrait du Snapdragon 8 Gen 1 au niveau des performances pures, mesurées dans les tests habituels. Pour les consommateurs français et plus particulièrement les joueurs les plus avides de puissance, difficile de ne pas ressentir de frustration, surtout à ce niveau de prix.

Samsung a en effet choisi de brider les performances de son processeur pour éviter la chauffe. Et en effet, la chauffe perceptible sous les doigts en cas de forte sollicitation reste raisonnable. L’amélioration devrait venir au fil des mises à jour. Au moment où nous écrivons ces lignes, Samsung a annoncé qu’il allait procéder prochainement à un débridage des performances en jeu.

2. Une autonomie un peu juste sur certains usages

Avec sa batterie de 5000 mAh, le Galaxy S22 Ultra offre une autonomie relativement généreuse en usages classiques, qui vous fera passer sans souci le cap de la journée. Elle peut toutefois être un peu mise à mal dans certains usages. En streaming vidéo (luminosité à fond, sans activer la fonction boost), l’appareil a tenu 9 heures, soit 1h15 de moins qu’un Motorola Edge 30 Pro équipé d’un Snapdragon 8 Gen 1 et d’une batterie de 4800 mAh.

Image 25 : Test Samsung Galaxy S22 Ultra : quand on bride un roi, il trébuche

La photo et la vidéo font également fondre l’endurance du mobile, sans parler du jeu. Rien de rédhibitoire pour l’instant, mais qu’en sera-t-il quand Samsung décidera de lâcher les chevaux avec le débridage de son processeur ?  Une chose est certaine, pour préserver l’autonomie, mieux vaut rester en Full HD+ et en luminosité automatique. Et pour la prolonger en cas de besoin ponctuel, basculer le rafraîchissement en 60 Hz.