http://media.bestofmicro.com/Q/M/564718/original/Prises_intelligentes.jpg

Smartplug : quelle est la meilleure prise électrique connectée ?

La domotique a la réputation d'être onéreuse, mais il est tout à fait possible de s'initier à moindres frais aux rudiments du Smart Home. En témoignent ces prises électriques dites intelligentes, ou smartplugs, qui ne coûtent qu'une quarantaine d'euros en moyenne. Comme elles emploient des protocoles de communication standards, le Bluetooth ou le Wi-Fi, elles ne requièrent aucun équipement additionnel. Votre box Internet suffit.

Assisté de votre smartphone et d'une application mobile, vous êtes en mesure d'ouvrir ou de couper l'alimentation électrique de n'importe quel appareil, même à distance, de programmer son fonctionnement... Les smartplugs les plus sophistiqués mesurent également la consommation électrique. C'est un indicateur intéressant en vue de réaliser des économies d'énergie.

Nos préférées

Un smartplug, ça sert à quoi ?

La première fonction accessible dans l'application mobile, « On/Off », est manuelle ou programmable. Dans ce second cas, le smartplug n'est actif que pendant les plages horaires définies par l'utilisateur et délivre alors une alimentation électrique aux appareils asservis. Il s'agit d'allumer automatiquement la cafetière tous les matins, d'interdire à un enfant de regarder la télévision tard le soir... Les usages potentiels sont nombreux. Il est à noter que toutes ces prises sont équipées d'un interrupteur de dérogation, situé sur le dessus ou en façade. Il suffit d'appuyer dessus pour activer ou désactiver la prise, sans faire appel au smartphone.

>> A lire aussi : Caméra de surveillance IP : quelle est la meilleure ?

Certes, des prises électriques à programmation mécanique ou électronique font la même chose depuis longtemps et sont 5 à 10 fois moins onéreuses. Mais ces smartplugs sont plus complets : le modèle de BeeWi, par exemple, peut déclencher l'alimentation électrique en fonction d'un mouvement, pour baliser un couloir la nuit, ou de la température, pour allumer un convecteur électrique. Le modèle de Trendnet, quant à lui, sert en supplément de répéteur Wi-Fi.

Autre fonction complémentaire intéressante (quand elle est proposée) : la mesure de la consommation électrique, exprimée en kilowatt-heure, voire en euros à l'aide d'une table de conversion. Quand on est à la recherche d'économies d'énergie, c'est un moyen de prendre conscience de la consommation de certains appareils et de la réduire, quand c'est possible (difficile de mettre en pause le réfrigérateur). Voire de changer l'appareil en question si la consommation est jugée trop élevée ou anormale.

Un tel smartplug peut aussi devenir une pièce d'un système d'automatismes plus vaste, autrement dit un mini «smart home». BeeWi et D-Link ont développé d'autres produits communicants (détecteurs de présence, LED, etc.), capables d'interagir avec une prise électrique intelligente. L'ensemble permet de créer des règles et des actions, c'est-à-dire des scénarios pour reprendre un élément de langage du monde de la domotique. Exemple : si un mouvement est détecté, activer la prise à laquelle est branchée une lampe.

Dernier distinguo avec les prises mécaniques ou électroniques citées plus haut : la relation au smartphone ou à la tablette. C'est un mode de fonctionnement aujourd'hui indispensable pour tout ce qui prétend à devenir «smart ». Il se veut familier et rassurant pour l'utilisateur. A priori du moins, car on le détaillera plus loin, la démarche est perfectible.

Comment ces prises communiquent-elles ?

Les prises électriques que nous avons sélectionnées s'appuient sur des standards de communications qualifiés d'universels, à savoir le Bluetooth et le W-iFi. À ce titre, elles ne nécessitent pas de box spécifique à vocation domotique, exploitant le protocole sans fil Z-Wave par exemple. Elles fonctionnent avec n'importe quels smartphone et/ou box/routeur Internet (avec WiFi activé, cela va de soi). Si ces prises ressemblent à des modules CPL, il n'en est rien : aucune n'emploie le CPL. Elles ne font pas barrage au CPL non plus, si jamais vous branchez un module CPL par dessus.

Le Bluetooth  est le plus simple à mettre en œuvre (voir plus loin). A contrario, la prise ne peut pas être pilotée à distance, car elle doit être à proximité du smartphone qui la commande. Avec son Smart Plug, BeeWi fait toutefois exception et commercialise un module Bluetooth optionnel qui, une fois raccordé à la box Internet, autorise le contrôle hors du domicile. Les prises compatibles Wi-Fi, quant à elles, peuvent d'emblée être pilotées à distance, via WiFi ou 3G.

C'est compliqué à installer ?

La méthode d'installation est classique et s'appuie sur une application mobile iOS/Android (seule la prise de BeeWi prend en charge Windows Phone). Une fois la prise branchée, elle émet son propre signal Bluetooth ou Wi-Fi, c'est selon, et est détectée par l'application. Signalons avant de poursuivre que ce sont toutes des prises d'intérieur, qui ne sont pas préparées à affronter l'humidité ou la pluie.

Le cas du Bluetooth est le plus simple : la connexion est quasi-immédiate et ne requiert pas de mot de passe. La tâche se complique avec le Wi-Fi. Première étape : connecter l'application au réseau Wi-Fi propre du smartplug, moyennant parfois un mot de passe, ceci afin que le smartplug soit identifié. Seconde étape : «rediriger» ce smartplug vers le réseau Wi-Fi domestique et entrer la clé de chiffrement, à moins d'utiliser le bouton WPS (WiFi Protected Setup) s'il existe et si votre box/routeur est compatible. C'est ici que ça coince en général. Dans des environnements perturbés, car traversés par une multitude de réseaux Wi-Fi – situation typique des appartements –, ces smartplugs éprouvent des difficultés à se connecter. Il faut insister. Une alternative consiste à raccourcir la clé de chiffrement et à la débarrasser de tout caractère spécial.

On s'interroge légitimement sur la qualité des composants Wi-Fi embarqués ! Une chose est certaine : les applications mobiles sont pour certaines déroutantes, truffées d'expressions traduites avec les pieds. À titre d'illustration, l'application de Chacon nomme «Itinéraire», la fonction de programmation. Comprenne qui pourra... Et les notices fournies sont trop sommaires pour la plupart. Trendnet fait l'effort de décrire précisément l'installation, mais ignore l'utilisation, alors que l'application est en anglais.

Bref, tout est réuni pour égarer l'utilisateur débutant. Que ces industriels poursuivent dans cette voie, et le marché du «Smart Home» qu'ils convoitent fera un flop comme dans les années 80.

Quels sont les appareils électriques compatibles ?

Ces prises se branchent sur des prises femelles de type E/F, la mise à la terre étant relayée par une broche ou deux ergots, et supportent une charge maximale de 16 ampères. Ce qui correspond à une puissance d'environ 3500 watts à une tension avoisinant les 220 volts. C'est une intensité adaptée à n'importe quel appareil informatique, audiovisuel ou électroménager, y compris un convecteur électrique, un four ou un lave-linge. Exception notable : la plaque de cuisson à énergie électrique, livrée normalement sans prise moulée (qui nécessite donc le montage d'une prise spécifique) et qui se raccorde à un circuit de 32 ampères.

Que se passe-t-il en cas de coupure de courant ?

Qu'une panne électrique survienne ou que vous débranchiez le smartplug, ce n'est pas la peine de recommencer l'installation. Vos réglages, en particulier la programmation, sont conservés.

Les autres smartplug testés

Loading...

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
    Votre commentaire