Accueil » Guide d'achat » Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

L’ampoule connectée est le nouvel objet à avoir chez soi pour compléter sa maison connectée. Sous le contrôle de votre smartphone, l’ampoule LED connectée vous permet de maîtriser votre éclairage depuis votre canapé, sans bouger.

Et si vous pouviez allumer et éteindre vos lumières via votre smartphone ? C’est possible grâce aux ampoules dites « connectées » et bien d’autres fonctions sont à portée du doigt : programmation, ajustement de la couleur et de son intensité, etc. On entre de plain-pied dans le Smart Home.

Cependant, toutes les ampoules connectées ne se valent pas. Les ampoules Bluetooth par exemple, de par leur fonctionnement complètement autonome et leur impossibilité à interagir avec d’autres objets, sont souvent moins complètes que les ampoules WiFi, interopérables et capables d’intégrer un système domotique. Ces dernières constituent alors une brique essentielle dans la construction de votre maison connectée (avec de nombreux autres objets comme les prises électriques connectées par exemple).

Ampoules connectées : les dernières actus

Le géant du discount Lidl s’est lancé dans la domotique début février 2021 et parmi ses nouveaux produits, on trouve un kit de 3 ampoules connectées (E27, 9W, 806 lm) avec une télécommande et le hub à seulement 49,99€. Le pack est contrôlable via une application dédiée ou directement par commandes vocales. On attend de les tester pour vous en dire plus.

Quelles sont les meilleures ampoules connectées ?

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Philips Hue Starter Kit

Le meilleur rapport qualité/prix

69,95€ > LDLC

ON AIME
✅ Le prix raisonnable
✅ Les 2 LEDs fournies
ON N’AIME PAS
❌ La passerelle obligatoire (même si compacte)

Ce kit est tout d’abord intéressant par sa composition – 2 LEDS blanches et la passerelle Zigbee – et son prix raisonnable. Certes, la passerelle impose sa présence, mais elle est compacte, ne mobilise qu’un port Ethernet et autorise l’accès distant et la connexion à des services cloud tels que IFTTT. Difficile de passer à côté pour quelqu’un qui recherche un éclairage un minimum intelligent.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Awox Smart LED

La plus économique

22,90€ > Fnac

ON AIME
✅ Le petit prix
✅ La puissance lumineuse de 1030 lumens
✅ L’application mobile simple
ON N’AIME PAS
❌ Le gabarit assez imposant

De gabarit imposant, la Smart LED d’Awox se caractérise par son petit prix et sa puissance lumineuse de 1030 lumens, l’une des plus élevées de ce dossier. Cette ampoule blanche à la température de couleur réglable s’appuie sur une application mobile assez simple à prendre en main (la même qui pilote le smartplug d’Awox). Un produit intéressant si on ne recherche pas de complications. Deux déclinaisons existent, moins puissantes (560 et 680 lumens).

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Lifx Color 1000

Notre coup de coeur

64,99€ > Darty

ON AIME
✅ La compatibilité WiFi
✅ La puissance lumineuse de 1055 lumens
✅ L’application soignée
ON N’AIME PAS
❌ Le prix

La Lifx adopte le WiFi, ce qui lui confère naturellement une adresse IP et le contrôle hors domicile. Elle se caractérise aussi par sa puissance lumineuse assez forte (1055 lumens) et son prix de même assez élevé, surtout en comparaison avec le kit de Philips. S’ajoute la couleur toutefois. L’application est plutôt soignée et contient de nombreuses fonctions : programmation, scénarios, multiples effets, etc.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Wiz Filament Ambre ST64

La plus élégante

17,99€ > CDiscount

ON AIME
✅ Le style rétro
✅ La connexion Wifi
✅ L’application mobile complète et plaisante
ON N’AIME PAS
❌ La puissance lumineuse un peu faiblarde

Avec son aspect ambré et atypique, son filament visible et son style rétro, cette LED signée Wiz (désormais propriété de Signify) fait partie de ces ampoules qu’on ne cache pas sous un abat-jour. D’un point de vue technique, cette LED blanche est dotée d’un culot E27, offre une puissance lumineuse de 640 lumens – suffisant pour un éclairage d’ambiance – et se connecte au Wifi domestique. Un type de connexion d’autant plus avantageux que l’application mobile offre de nombreux possibilités d’interactions avec des systèmes tiers : Google Assistant, Alexa, IFTTT ou encore la box domotique Enki de Leroy-Merlin. Cette application mobile se révèle plaisante, simple à prendre en main et plutôt complète. Les fonctions disponibles vont en effet de la plus simple, comme le réglage de l’intensité ou de la température du blanc (entre 2000 et 5000 K), à la plus évoluée, comme la simulation de présence, la programmation et la création de rythmes, incluant plusieurs modes d’éclairage et leurs transitions. Une LED un peu plus chère que la moyenne, mais très recommandable.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Innr WiFi Bulb White & Colour E27 2-pack

29,99€ > Boulanger

ON AIME
✅ La rapidité d’allumage
✅ La connexion Wifi
✅ L’application mobile plaisante
ON N’AIME PAS
❌ La puissance lumineuse un peu faiblarde

Innr est une marque d’origine néerlandaise qui commercialise des systèmes d’éclairage «smart», communiquant via Zigbee ou Wifi. Nous avons testé la gamme Wifi, qui a l’avantage de fonctionner sur le réseau domestique Wifi, sans passerelle spécifique et intermédiaire. Vendues par paire, ces deux LEDs blanches/couleur sont relativement compactes et se vissent sur un culot E27 (le culot B22 est aussi disponible). Leurs spécificités techniques sont assez conventionnelles : puissance de 9,5 W se traduisant par une puissance lumineuse de 806 lumens (suffisant pour un éclairage d’ambiance), blanc réglable entre 1800 et 6500K… L’allumage semble plus rapide que la moyenne cependant. L’application mobile est quant à elle scindée en deux grandes partie : la Maison, où sont regroupées les pièces et les routines (réglages instantanés de blanc/couleur pour la lecture, le travail, etc) et l’Automatisation, pour programmer des scénarios d’éclairage en fonction du jour, de l’heure de la journée, du lever et du coucher du soleil (qui peut être défini en fonction de la localisation du domicile). Cette application demande un peu de temps pour être maîtrisée et se révèle plutôt complète au final. Un bon produit, en somme.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Wiz Connected A.E27

19,08€ > CDiscount

ON AIME
✅ La connexion Wifi
✅ L’application mobile complète et agréable
ON N’AIME PAS
❌ A quoi sert le Bluetooth ?

A l’instar de l’ampoule ST64 Filament, cette LED dotée d’un culot E27 appartient au portfolio de la marque Wiz, dont Signify (ex-Philips) a fait l’acquisition. Avec son bulbe de forme ronde, sans transparence, elle montre toutefois un aspect beaucoup plus classique. En revanche, elle peut produire une lumière blanche ou colorée, avec une puissance lumineuse maximale de 806 lumens, ce qui équivaut à un éclairage d’une soixantaine de watts. La connexion s’opère en Wifi ou en Bluetooth, d’après le sigle présent sur l’emballage. Mais l’appairage en Bluetooth n’a jamais fonctionné dans notre cas. L’application mobile se révèle toujours aussi agréable à prendre en main. De multiples réglages prédéfinis sont disponibles, tantôt statiques (blanc chaud ou froid, mode Focus ou TV…), tantôt dynamiques (bougie, coucher du soleil, etc). D’autre part, il est possible de créer des scènes, de programmer le fonctionnement, de gérer les coupures de courant, de simuler une présence ou encore d’intégrer la LED à d’autres systèmes, tels que Alexa, Google Home, IFTTT, Enki, SmartThings… Le bilan est donc plutôt positif, grâce à l’application mobile notamment.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Konyks Antalya Easy E14 Max

15,90€ > Amazon

ON AIME
✅ La compatibilité WiFi
✅ L’application mobile complète et agréable
ON N’AIME PAS
❌ Le Bluetooth inopérant

Les ampoules Antalya de Konyks sont désormais déclinées en version Easy, ce qui signifie qu’elles possèdent une double connexion Wifi et Bluetooth. Pratique pour contrôler l’ampoule localement si aucun réseau Wifi n’est disponible. Par ailleurs, l’installation est supposément plus rapide via Bluetooth, une dizaine de secondes selon Konyks. Hélas, jamais la LED Antalya Easy n’est apparue sur le radar Bluetooth de notre smartphone, pour une raison que nous ignorons. Heureusement, la connexion Wifi est opérationnelle et permet de profiter des nombreuses fonctions de l’application mobile, agréable à prendre en main : réglage de la couleur, de la température du blanc (2700-6500 K) et de l’intensité lumineuse (350 lumens max), minuteur, programmation, interactions avec d’autres objets Konyks (scénarios domotiques) et Google Home/Alexa… Les fonctions Rythmes (variation de la lumière selon l’heure de la journée) et Réveil/Sommeil en douceur sont par ailleurs proposées en version beta. Il est à noter qu’une ampoule avec un culot E27, plus puissante, est prévue.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Leroy-Merlin Lexman E27

12,90€ > Leroy-Merlin

ON AIME
✅ Le petit prix
✅ La télécommande optionnelle pratique
ON N’AIME PAS
❌ Le Zigbee assez contraignant

Cette LED blanche/couleur de Leroy-Merlin, qui se visse sur une douille E27, possède une puissance lumineuse de 806 lumens. Des caractéristiques très classiques jusque là… Cependant, le protocole radio Zigbee permet d’envisager une interaction avec la box domotique Enki de l’enseigne de bricolage. Objectif : élaborer des scénarios domotiques incluant l’éclairage, à l’aide de l’application mobile. Comme tous les autres modèles Lexman (GU10, E14, etc), cette LED peut même fonctionner sans smartphone, grâce à une mini-télécommande Zigbee optionnelle (12,90 €), ce qui relativise le petit prix de l’ampoule seule. La télécommande se révèle pratique, offrant la possibilité de régler la température de la lumière ou l’intensité des couleurs, une douzaine de teintes étant sélectionnables. On peut même enregistrer quatre ambiances distinctes. Une bonne LED donc, même si le choix du Zigbee contraint à opter pour la mini-télécommande ou la box Enki.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Xiaomi Mi Led Smart Bulb

14,95€ > LDLC

✅ La connexion WiFi
✅ L’application mobile fonctionnelle
ON N’AIME PAS
❌ La puissance lumineuse en léger retrait

Signée Xiaomi, cette LED se signale par sa capacité à produire une lumière blanche ou colorée et sa connexion Wifi. Avec ses 800 lumens, elle est un peu en retrait face à ses concurrentes directes positionnées sur le même créneau (Lifx et Konyks notamment) mais son rapport qualité/prix n’en reste pas moins élevé. L’application mobile Mi Home offre par ailleurs plusieurs fonctions intéressantes (température de couleur, programmation, etc) et la possibilité de créer des scénarios incluant d’autres produits de Xiaomi. L’application Yeelight est également compatible et se révèle un peu plus intuitive à nos yeux. Enfin, l’interopérabilité avec les assistants vocaux de Google et d’Amazon est à noter.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Konyks Antalya

23,95€ > LDLC

ON AIME
✅ La connexion WiFi
✅ La puissance lumineuse de 1050 lumens
✅ L’application mobile soignée
ON N’AIME PAS
❌ Certains réglages absents

Konyks est une marque du distributeur Apynov et la LED Antalya fait partie d’une offre plus vaste d’objets connectés. Ce modèle couleur, assorti d’un culot E27, se distingue, comme la Lifx, par sa connexion Wifi : elle peut être pilotée hors domicile, si besoin, et interagit facilement avec des services tels que IFTTT, Alexa ou encore Google Assistant. Malgré son petit prix, elle possède une bonne puissance (1050 lumens) et est accompagnée d’une application mobile assez soignée et de sa panoplie de fonctions : réglages de l’intensité lumineuse, de la couleur, de la température de couleur (sauf la température du blanc hélas), ambiances prédéfinies, programmation. S’ajoute la possibilité de créer des mini-scénarios domotiques impliquant d’autres produits Konyks (smartplug, détecteur d’ouverture, etc) et des services tiers (météo, pollution de l’air…). Somme toute, c’est une LED très intéressante.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Schneider Electric Wiser Odace Lighting

74,89€ > Materielelectrique

ON AIME
✅ L’association de la LED et de l’interrupteur
✅ La connexion Bluetooth
ON N’AIME PAS
❌ Le prix un peu élevé

Ce pack est le fruit d’un partenariat entre Schneider Electric, qui fournit l’interrupteur sans fil, et Awox, qui fournit la LED. Après une phase d’initialisation ultra-rapide, l’interrupteur permet d’allumer/d’éteindre la LED et de contrôler la luminosité et la température de couleur du blanc (un pack couleur est également disponible). L’application mobile, quant à elle, sert à définir l’action de la touche «Favori» de l’interrupteur et offre d’autres fonctions, comme la programmation. Mais on peut très bien s’en passer. Le Bluetooth Mesh est une autre particularité notable, même s’il est encore un peu tôt pour savoir si ce protocole va bouleverser l’internet des objets. Ce pack n’en reste pas moins intéressant et simple d’accès.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Megaman Ingenium Blu LED Classic

21,06€ > eBay

ON AIME
✅ La connexion Bluetooth
ON N’AIME PAS
❌ L’application mobile insatisfaisante

Megaman est un tout nouveau venu sur le marché français de la LED connectée et quelques errements sont comme souvent inévitables. Ce n’est pas tant la LED Bluetooth qui est à incriminer, bien qu’on aurait apprécié que la température des blancs soit réglable. Nos reproches s’adressent plutôt à l’application mobile, non traduite et à l’interface très austère. Et ses fonctions sont par ailleurs assez limitées. Une refonte s’impose.

Image 2 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

BeeWi Smart LED Color Bulb

14,99€ > Amazon

ON AIME
✅ La connexion Bluetooth
✅ L’interface agréable de l’application
ON N’AIME PAS
❌ Quelques fonctions déroutantes

L’application mobile, que nous avions déjà rencontrée lors de notre test de smart plugs, dispose d’une interface agréable et propose des fonctions classiques comme la variation de l’intensité lumineuse ou le choix de la couleur diffusée. On regrette toutefois que la terminologie de certaines fonctions soit aussi déroutante (temporisation pour la programmation par exemple). D’autres versions plus ou moins lumineuses sont disponibles. BeeWi est désormais propriété du groupe HBF et associée à la marque Otio.

À quoi sert une ampoule LED connectée ?

On ne dissertera pas sur l’utilité de l’éclairage en lui-même, cela va de soi. Il est question ici de l’intérêt de la connectivité d’une ampoule à LED (que nous contractons en « LED » par la suite). La première réponse est triviale : à l’instar de tous les autres objets connectés, une LED connectée peut être pilotée par un smartphone ou une tablette. C’est en quelque sorte la version moderne d’un principe déjà ancien, à savoir la télécommande d’un éclairage. Le smartphone, l’application mobile et son interface graphique supplantent les mini-télécommandes à boutons parfois difficiles à manipuler. Chacun jugera si c’est indispensable ou non.

Image 27 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?
Philips Hue – Crédit : Philips (Signify)

Des fonctions utiles et complémentaires

L’allumage et l’extinction manuels et à distance, la modification de l’intensité ou de la température de couleur et même le choix d’une couleur si la LED le permet sont parmi les fonctions essentielles disponibles. Ce n’est pas tout, et heureusement, car un simple interrupteur/variateur peut en faire presque autant. S’ajoutent donc la programmation, la temporisation (ou extinction progressive à telle heure), et pour les modèles les plus perfectionnés l’utilisation à distance (simulation de présence notamment), le geofencing (allumage et extinction selon la position géographique de l’utilisateur), la synchronisation avec le rythme de la musique jouée par le smartphone (fonction Ambify de Philips ou Disco d’Awox)… 

L’interrupteur subsiste

Pour autant, il ne faut pas condamner l’interrupteur, loin de là. Philips a eu la bonne idée de commercialiser un interrupteur sans fil dédié à la gamme hue qui offre quelques contrôles basiques. Schneider Electric a fait de même en s’associant à Awox : le premier fournit l’interrupteur, le second la LED connectée, et les deux communiquent via Bluetooth. Au passage, Awox a également conçu son propre interrupteur, le SmartPebble. Quant à Leroy-Merlin, toute la gamme Lexman est pilotable via une mini-télécommande. Dès lors, ce n’est plus la peine d’empoigner son smartphone pour une fonction aussi anodine qu’allumer ou éteindre une LED.

Des automatismes à imaginer

Ces LEDs peuvent aussi interagir avec d’autres objets connectés et s’intégrer à des systèmes plus larges, dans le but de créer des automatismes plus évolués (allumer la lampe si une présence est détectée la nuit par exemple). Las, toutes ne bénéficient pas de cette capacité et l’interopérabilité est parfois délicate, voire impossible (voir dernier chapitre). Difficile alors de parler d’éclairage intelligent.

Diamètre, fixation, puissance… comment choisir son ampoule connectée ?

Image 28 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?
Crédit : Lifx

La variété de ces LEDs connectées grandit sans cesse, les fabricants répondant peu à peu à tous les besoins de l’éclairage. Le premier discriminant, c’est le type de lumière dispensée, blanche ou colorée. Les LEDs blanches produisent une lumière chaude (température de couleur aux environs de 3000 Kelvins), froide (supérieure à 5300 K, correspondant à la lumière du jour) ou réglable. Ce sont les plus économiques : elles sont vendues autour de 30 €, en version connectée s’entend. Les LEDs RGB ont pour elles l’attrait de leur palette de 16 millions de couleurs, idéale pour créer des ambiances originales et décoratives, et sont aussi capables de produire une lumière blanche. Ce qui a un coût : l’ampoule Hue White and Color de Philips coûte près de 60 €, par exemple.

Lifx a été un peu plus loin que ses concurrents avec la Lifx+, dont la particularité est d’émettre dans l’infrarouge. Seule, cette fonction n’a aucun intérêt. En revanche, elle est intéressante quand une caméra de surveillance est présente dans la pièce : la vision nocturne de la caméra, en particulier la portée, s’améliore nettement.

Quel modèle ?

En ce qui concerne le montage, ces ampoules à LEDs comportent principalement des culots à filetage E27/E14 (diamètre de 27 mm ou 14 mm), à baïonnette B22 ou à broche GU-10/GU-5.3, ce qui correspond à la majorité des situations rencontrées dans les foyers français. Leur forme est classique, c’est-à-dire quasi sphérique (A70), conique, de type spot… La forme ovale dite «flamme», étudiée pour les suspensions et les chandeliers, existe chez Osram et Philips. De nombreux produits décoratifs et tout-en-un (rubans LED, luminaire, lampe à poser…) ont fait aussi leur apparition.

Philips (désormais Signify), en tant qu’industriel historique de l’éclairage, propose en toute logique le plus large catalogue, avec de nombreux modèles (spot, borne d’éclairage…) qui peuvent même fonctionner à l’extérieur, car résistants aux intempéries. Autrement, la plupart de ces LED réclament moins d’une dizaine de watts, l’équivalent de 60 à 80 watts pour les anciennes ampoules à incandescence, et bénéficient d’une puissance lumineuse de 7 à 800 lumens environ. C’est suffisant pour un éclairage d’ambiance, pas plus.

Enfin, les fabricants communiquent hélas très peu sur l’angle de diffusion. Plus celui-ci est petit, plus le faisceau lumineux est concentré et directif, ce qui peut servir à mettre en valeur un objet, un tableau. Pour un éclairage plus général et homogène, un angle supérieur proche des 180° ou au-delà est conseillé. Philips indique un angle de 180° pour la LED que nous avons testée et Osram, qui le nomme angle de rayonnement, 190°.

Ça consomme plus qu’une LED normale ? C’est aussi durable ?

Image 29 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?
Crédit : Konyks

Il est logique qu’une LED connectée consomme davantage qu’une LED normale mais les fabricants ne précisent pas dans quelles proportions. La fiche technique de Philips indique néanmoins que la LED hue blanche consomme 0,5 watt en veille, et c’est probablement le maintien de la connexion qui en est responsable. Pour une année complète, cette consommation s’élève à 5kWh, soit moins d’un euro, au tarif moyen actuel du kWh (environ 15 centimes). Cette même LED a une puissance globale de 9 W, selon Philips, et coûterait moins de 15 € à l’année si elle reste allumée 24h sur 24. On peut donc considérer que le surcoût dû à la connexion est négligeable.

Quant à la fiabilité, il est encore plus difficile de se prononcer. La longévité d’une LED est réputée dépasser la dizaine d’années, à raison de quelques heures d’utilisation par jour, et ces modèles connectés sont tout aussi durables à en croire les fabricants. Mais cette durée de vie annoncée à 15.000, 20.000 heures et plus prend-elle en compte celle des microcomposants embarqués, qui s’occupent de la connectivité notamment ? C’est une question qui reste posée. Les composants Bluetooth, Wifi voire Zigbee ont après tout eu l’occasion d’être éprouvés un peu partout ces dernières années. Mais contrairement à une idée reçue, une LED chauffe, certes beaucoup moins qu’autrefois l’ampoule à incandescence, et cette chaleur pourrait à la longue dégrader ces composants électroniques. Comme on manque de recul, il reste à espérer que les ingénieurs ont bien fait leur travail.

Ça communique comment ?

Le Bluetooth est le mode de communication le plus répandu, plus exactement sa variante 4.0 Low Energy (ou Bluetooth Smart) conçue pour le marché des objets connectés. Disponible sur les smartphones Android depuis la version 4.3 et sur les iPhone depuis iOS 5, le Bluetooth Smart s’est démocratisé, comme le fera sans aucun doute le Bluetooth 5.0, finalisé en 2017. La connexion entre la LED et l’appareil mobile a l’avantage d’être directe, sans recours à un équipement tiers comme une passerelle. L’inconvénient, c’est qu’il faut être à portée de l’ampoule, soit une dizaine de mètres, pour la contrôler ou la paramétrer. Adopté à l’été 2017, le Bluetooth Mesh n’est plus affecté par cette limitation. La connexion n’est plus établie point-à-point : les objets connectés compatibles forment un réseau maillé grâce auquel les instructions sont relayées d’un objet à l’autre. Ainsi peut-on piloter une LED Bluetooth dans la chambre alors qu’on est dans le salon, un étage plus bas, du moment qu’il existe une autre LED ou un autre objet intercalé qui achemine le message. Signée Awox, la gamme SmartLight Mesh est la première à faire appel à cette technologie de communication.

Quelle que soit la version du Bluetooth, un inconvénient demeure : le contrôle hors de son domicile est impossible. La LED de BeeWi fait exception grâce à une passerelle Bluetooth optionnelle, connectée à Internet.

Après le Bluetooth, Wifi et Zigbee

Le Wifi utilisé par Lifx, Konyks et Xiaomi a aussi l’avantage d’être universel et d’autoriser un accès distant «naturel», puisque ce réseau Wifi est généralement issu d’une box Internet. Il est cependant moins répandu que le Bluetooth.

Le Zigbee (et sa déclinaison Zigbee Light Link) employé par Philips et Leroy-Merlin, est encore moins répandu. C’est un protocole radio à vocation domotique, transporté en 868 MHz ou en 2,4 GHz, qui n’est pas intégré de série sur les smartphones, les tablettes et autres équipements domestiques tels qu’une box Internet. Une LED Zigbee requiert de fait un dispositif tiers, en l’occurrence une passerelle qui jouera le rôle d’intermédiaire entre le smartphone, utilisé en intérieur ou en extérieur, et la ou les LEDs Zigbee. À noter qu’il existe d’autres modèles de LEDs ou de douilles qui utilisent le Z-Wave, autre protocole radio dédié à la domotique.

Enfin, la gamme Hue de Philips a évolué et certaines LEDs prennent en charge deux protocoles : le Zigbee, toujours, et aussi le Bluetooth. Ainsi pourrait-on envisager de contrôler directement une LED Hue à partir du smartphone. Les ampoules Antalya Easy de Konyks profitent également d’une double connexion Wifi et Bluetooth : la première permet un contrôle à distance, la seconde une contrôle local, si aucun réseau Wifi n’est à portée.

Est-ce facile à installer ?

Les LEDs Bluetooth ne demandent aucun équipement tiers : il suffit de les visser – du moins pour les modèles à filetage – dans la douille sélectionnée, puis de télécharger l’application iOS ou Android du fabricant, qui active le Bluetooth et se charge de détecter l’ampoule en question une fois celle-ci à portée (une dizaine de mètres au maximum). Cette phase d’identification ne prend qu’une dizaine de secondes. L’installation de la Lifx, qui utilise le Wifi, est un peu plus longue, car l’application doit d’abord se connecter au réseau Wifi émis par la LED, puis transmettre le mot de passe du réseau Wifi domestique que l’utilisateur aura préalablement renseigné. Fonctionnant en Wifi également, l’Antalya de Konyks nécessite de renseigner l’application mobile avec le mot de passe du Wifi puis un code envoyé au préalable par email, de façon à finaliser l’opération. Rien de très contraignant…

Une passerelle parfois nécessaire

Concernant le système de Philips, une passerelle (fournie) est nécessaire : comme son nom le suggère, elle réalise la communication, ici via le protocole Zigbee, entre le smartphone et la ou les LEDs. Cette passerelle se branche via Ethernet à la box Internet ou au routeur de l’habitation. La démarche consiste ensuite à télécharger l’application mobile, qui se charge de détecter les ampoules. La simplicité est de mise : on ne bataille pas pour réussir l’installation et c’est appréciable.

Image 30 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?

Ce système de Philips accepte jusqu’à 50 ampoules par passerelle, ce qui permet de couvrir une habitation de belle taille. Les autres systèmes se contentent généralement de 8 ampoules au maximum.

Est-ce interopérable ? Ces ampoules LED peuvent-elles s’intégrer à une installation domotique ?

La question de l’interopérabilité demeure sensible en matière de Smart Home. Le fait que le Bluetooth soit employé par la majorité de ces LEDs connectées est a priori un bon signe. Après tout, un casque Bluetooth fonctionne aujourd’hui avec n’importe quels smartphone et application mobile. Et pourtant, dans le cas qui nous intéresse ici, il n’en est rien. L’ampoule d’Awox n’est pas identifiée par l’application d’Elgato, l’ampoule de BeeWi est ignorée par l’application de Megaman et ainsi de suite. Le Bluetooth Smart a été conçu pour minimiser la consommation énergétique de ces objets et du smartphone, mais n’impose pas d’instructions qui pourraient fonder un langage commun. 

Mélanger des LEDs Bluetooth et des équipements, comme des capteurs, qui n’ont pas la même provenance, n’est donc pas permis. Il faut s’en tenir aux mêmes catalogues. On peut par exemple créer de mini-scénarios domotiques (un évènement implique une action) en combinant certains produits de BeeWi (LED et capteur), piloté par l’application mobile de cette société. Avouons que c’est limité. Le Bluetooth Mesh pourrait toutefois changer la donne et améliorer l’interopérabilité entre les produits de divers fabricants.

On se dit que le Zigbee à l’œuvre chez Philips se comportera mieux. Que nenni : une LED Zigbee d’une marque tierce reste sous le radar de la passerelle Philips et vice-versa. Cette incompatibilité ne surprendra pas les connaisseurs de domotique, le Zigbee étant réputé pour ce gros inconvénient. Ce qui a poussé par ailleurs Philips à concevoir son propre détecteur de mouvement et de luminosité Zigbee, qui s’intègre parfaitement à l’écosystème hue.

Image 31 : Ampoules connectées : quelle est la meilleure ?
Crédit : Signify

En ligne, c’est mieux

L’interopérabilité n’est toutefois pas un vain mot quand la LED, via Wifi ou une passerelle IP, est mise en relation avec Internet. À condition que les fabricants daignent proposer des APIs (Application Program Interface), des services et des plateformes «cloud », à l’instar de IFTTT (If This Then That), peuvent servir de support à des interactions de produits hétérogènes à la base. Grâce à IFTTT, on peut par exemple facilement créer une «recette », en l’occurrence un scénario,  impliquant une ampoule hue et une station météo Netatmo (allumer la lampe en rouge si le taux de CO2 dépasse un certain seuil, etc.).

C’est aussi l’objectif d’une plateforme telle que HomeKit d’Apple de fédérer tous ces objets et, sur cette base, d’autoriser la création de scénarios domotiques et de piloter l’ensemble à la voix, via Siri. Les LEDs de Philips et de Lifx sont compatibles HomeKit. Elles interagissent aussi avec les assistants vocaux de Google et de Amazon, comme le fait l’Antalya de Konyks et les LEDs de Wiz.

Enfin, l’intégration à des installations domotiques plus élaborées reste très rare. En raison de sa relative popularité et de son ancienneté, hue est pris en charge par quelques box domotiques. Citons la Somfy Tahoma, eedomus et HomeWizard. L’intérêt est de piloter les LEDs hue et de les ajouter à des scénarios domotiques à l’aide d’une seule et même interface, celle de la box. Les LEDs Lexman de Leroy-Merlin sont quant à elle naturellement conçues pour communiquer avec la box domotique Enki de l’enseigne de bricolage. Laquelle prend aussi en charges les ampoules de Wiz. Pour celles et ceux qui veulent construire leur Smart Home, c’est un atout non négligeable.