Accueil » Actualité » Antidote 10 : le correcteur s’enrichit d’une édition Web

Antidote 10 : le correcteur s’enrichit d’une édition Web

Pour célébrer comme il se doit son 25e anniversaire, Antidote s’enrichit d’une multitude de nouveautés, dont une fonctionnalité de correction via le Web.

Image 1 : Antidote 10 : le correcteur s'enrichit d'une édition Web

Antidote, le célèbre correcteur orthographique, nous revient en cette fin d’année dans une 10e édition. Une 10e édition qui coïncide avec les 25 ans du logiciel. Mais quelles nouveautés son éditeur peut-il apporter à un logiciel qui n’a plus vraiment besoin de faire ses preuves ? Si l’environnement général s’offre un petit lifting, il s’offre par ailleurs une impressionnante quantité de nouveautés parfois bien cachées, ainsi qu’une innovation de taille et bien visible, quant à elle : une version en ligne du correcteur.

Branle-bas de combat, c’est une petite révolution qui se fomente chez Druid, l’éditeur d’Antidote. Le correcteur orthographique, qui s’est toujours présenté sous la forme d’un logiciel pour Windows, macOS et Linux, ou d’une application pour iOS, se décline maintenant dans une version exploitable depuis un navigateur. Pas de panique : Antidote 10 se présente toujours comme un logiciel installable sur le disque dur, mais il s’enrichit dans cette édition d’une option intitulée « Antidote Web ». Encore en bêta, celle-ci se propose d’analyser un texte, d’accéder aux guides ou aux différents dictionnaires directement depuis un navigateur. Le correcteur s’exécute alors dans une nouvelle fenêtre du butineur, contrairement aux « connecteurs » classiques d’Antidote, qui lancent une instance du logiciel. Qu’entraîne un tel changement ? Actuellement en bêta, Antidote Web devrait pouvoir à terme s’intégrer dans tout type d’appareil qui profite d’un navigateur… Notamment ceux fonctionnant sous Android. Oui, vous avez bien lu : après avoir refusé pendant des années de porter son programme sur l’OS de Google, Druid s’est finalement penché sur le cas de ce dernier, qui reste l’OS le plus utilisé dans le monde toute machine et tout appareil confondus. Il était temps. Enfin, ne criez pas vite victoire trop vite, car rien n’est encore fait, même si ce portage devrait être acté en 2019.

Image 2 : Antidote 10 : le correcteur s'enrichit d'une édition Web

Mais revenons à la partie logicielle du programme. Bien évidemment, on retrouve au sein d’Antidote 10 toutes les fonctionnalités de la précédente édition : un correcteur complet et qui va chercher la moindre faille orthographique, grammaticale ou de style dans tous vos documents et vos correspondances. On y trouve également bon nombre de dictionnaires (on apprécie toujours autant celui des cooccurrences), ainsi que des guides permettant de d’améliorer son orthographe et sa richesse lexical. Et pour celles et ceux qui ont choisi la version bilingue, un correcteur à la fois en français et en anglais.

Quid des autres nouveautés d’Antidote 10, donc ? Le logiciel s’enrichit d’une fonction Accès Tout Antidote (ATA), qui se propose de synchroniser les données entre différents appareils. Pratique pour retrouver ses favoris. Notez par ailleurs qu’il est possible de partager ses favoris (listes de mots ou d’articles) avec d’autres utilisateurs. Plus de 1 000 mots ont été ajoutés au dictionnaire d’Antidote, ainsi que 10 000 synonymes et 28 000 cooccurrences. Et pour simplifier la vie de ses utilisateurs, il est possible désormais de « traduire » plus de 1,7 million de ces fameuses cooccurrences.

Image 3 : Antidote 10 : le correcteur s'enrichit d'une édition Web

Le prix d’Antidote demeure inchangé. Comptez 119 € pour la version simple, et 159 € pour l’édition bilingue. Ce n’est donné, mais au regard des services qu’il rend au quotidien et de ses mises à jours régulières, on peut comprendre ce tarif. Notez par ailleurs qu’d’Antidote Web est inclus dans dans les deux versions, et que son utilisation est gratuite la première année. En revanche, dès la deuxième, si l’on veut continuer à profiter des services d’Antidote Web, il faudra souscrire à un abonnement, dont le prix n’a pas encore été déterminé pour l’instant.
L’avantage, c’est qu’en optant pour cette formule, l’utilisateur pourra librement bénéficier des prochaines éditions d’Antidote. Un peu à la manière d’Office 365 ou de la Creative Cloud d’Adobe, en somme. Sauf qu’ici, il faut quand même acquérir au départ une licence complète d’Antidote pour prétendre à la version Web. On espère simplement que le prix de l’abonnement sera situé aux alentours des 20 euros, et guère plus.