[Test] Enceinte Bluetooth : faut-il craquer pour la UE WonderBoom ?

>>> Comparatif : quelle est la meilleure enceinte Bluetooth portable ?

Design et prise en main

Après les enceintes Boom, MegaBoom et Roll, Ultimate Ears a lancé, début avril, un nouveau modèle d’enceinte Bluetooth nomade. Baptisée WonderBoom, celle-ci se veut plus compacte que la Boom, mais plus grosse que la Roll. Il s’agit en fait d’une version miniaturisée de la Boom en plus tassée. Contre 67 mm de largeur et 180 mm de hauteur pour le modèle phare de la marque, la WonderBoom mesure 93,5 mm de diamètre pour 102 mm de hauteur.

Comme sur les autres enceintes Bluetooth d’Ultimate Ears, la WonderBoom reprend un design en tissu disponible en de nombreux coloris (rouge, gris, rose, bleu, violet, etc.) sur lequel sont disposées les touches de volumes, simplement signalées par un « + » et un « - ». Sur le haut de l’enceinte se situent trois autres touches : celle de mise sous tension, celle dédiée à l’appairage Bluetooth et, pour la première fois, un bouton de lecture/pause. Alors que la UE Boom 2 exigeait de taper sur le haut de l’enceinte pour arrêter la lecture d’un morceau, il suffit, sur la WonderBoom, d’appuyer simplement sur le logo UE.

La WonderBoom se veut plus simple, voire simpliste, que la UE Boom et les autres modèles du constructeur. En effet, il n’est possible de lire que des titres diffusés en Bluetooth et pas à l’aide d’une connexion filaire. À l’arrière de l’enceinte, la trappe en caoutchouc qui permet de cacher les prises ne recèle ainsi qu’une entrée micro-USB permettant de recharger l’enceinte, et non pas de prise mini-jack 3,5 mm. De quoi empêcher les possesseurs de baladeurs MP3 sans Bluetooth – oui, oui, on en trouve encore – de profiter de l’enceinte, même si cela reste un cas marginal.

Simplicité d’utilisation

Bien évidemment, compte tenu du peu de boutons et de fonctionnalités de la WonderBoom, celle-ci se veut particulièrement d’utilisation. Pour l’allumer, il suffit d’appuyer sur le bouton de mise sous tension. Pour l’appairer, d’appuyer quelques secondes sur la touche Bluetooth, puis de chercher l’enceinte dans les menus de son smartphone. Et c’est tout. Malheureusement, Ultimate Ears ne propose pas de puce NFC pour une connexion simplifie à son enceinte.

En termes de lecture, là aussi, la WonderBoom fait dans la simplicité. Le bouton UE permet de lancer un morceau en faisant office de touche de lecture, tandis que les boutons « + » et « - » permettent de modifier le volume sonore. On regrette cependant que ces boutons demandent d’appuyer relativement fort pour que les contrôles soient pris en compte, même si cela s’explique sans doute par les critères de résistance imposés par son caractère tous-terrains.

On notera également qu’il est possible d’utiliser davantage de contrôles. Par exemple, en appuyant simultanément sur les deux touches de volume, on peut entendre un son censé définir si la batterie de l’enceinte est élevée, moyenne ou faible. Malheureusement, le son émis n’est en rien explicite et change simplement selon l’autonomie restante. On aurait préféré une énonciation plus claire sur le modèle de « batterie haute », « batterie moyenne » ou « batterie faible ». En matière d'autonomie, la WonderBoom semble tenir la promesses de 10h du constructeur. Nous avons pu la faire fonctionner plus de 9h15 sans interruption à volume élevé, jusqu'à ce qu'elle s'éteigne, à court de jus. En appuyant deux fois de suite sur le bouton de lecture, on passe également à la piste suivante. Cependant, contrairement à la plupart des contrôles généralement admis pour les appareils Bluetooth, le fait d’appuyer trois fois de suite sur le bouton ne permet pas de revenir à la piste précédente, mais seulement au morceau suivant, mis en pause. Impossible, dès lors, de revenir au titre antérieur sans passer par son smartphone.

Enfin, bien que l’enceinte ne puisse être utilisée avec une application UE dédiée sur Android ou iPhone, il reste possible d’utiliser quelques fonctions annexes. Ainsi, en connectant deux enceintes WonderBoom à un seul smartphone, celles-ci pourront émettre la même musique, mais également les mêmes canaux, sous séparer la stéréo pour avoir le canal gauche sur une enceinte et le droit sur l’autre.

Qualité sonore

Le risque pour une enceinte de petit gabarit est qu’elle n’offre pas un son satisfaisant du fait de haut-parleurs trop compacts. Une bonne qualité sonore passe ainsi souvent par un format imposant. Heureusement, Ultimate Ears a su, en quelques années, maîtriser le format contraignant des enceintes Bluetooth et livre avec sa WonderBoom une enceinte de très bonne qualité sonore.

L’UE WonderBoom propose une bonne spatialisation malgré son petit format avec, comme à l’habitude du constructeur, un son qui est émis à 360 degrés. Chacun des deux haut-parleurs peut transmettre un canal différent afin d’avoir un son stéréo. Par ailleurs, ils sont situés de part et d’autre du cylindre et permettent donc d’englober une pièce entière et ne nécessitent pas de placer l’enceinte contre un mur pour profiter de sa musique.

Concernant la qualité audio, l’enceinte propose un son très équilibré avec des aigus précis et une bonne puissance dans les basses grâce aux deux radiateurs passifs intégrés. On notera par ailleurs qu’il est assez rare d’avoir des basses d’aussi bonne qualité avec une enceinte Bluetooth d’aussi petit format et à un prix de moins de 100 euros. L’enceinte souffre cependant légèrement dans les médiums, un peu en retrait, et de quelques saturations à fort volume. On notera cependant que l’enceinte peut monter jusqu’à un volume sonore conséquent et devrait largement suffire pour animer une soirée en petit comité.

Posez une question dans la catégorie Dossiers du forum
Cette page n'accepte plus de commentaires
Soyez le premier à commenter
Commenter depuis le forum
    Votre commentaire