Accueil » Dossier » IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Image 1 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les anti Nobel récompensent la science et l’humour

Chaque année depuis 1991 l’Université de Harvard est le théâtre d’une cérémonie drôle, mais pas que, organisée par la revue scientifique humoristique, Annals of Improbable Research. On y décerne, en présence de lauréats de véritables prix Nobel, les Ig Nobel (pour ignoble), censés « couronner des prouesses qui font rire les gens au premier abord, et les font ensuite réfléchir.
Ces prix ayant pour but de rendre hommage à l’originalité, d’honorer l’imagination et d’attiser l’intérêt des gens pour la science, la médecine et la technologie ». Certaines catégories sont identiques à celles des « vrais » prix Nobel (physique, chimie, littérature, paix, médecine…), mais certaines ne le sont pas du tout (sciences arctiques, psychologie, santé publique…) et toutes ne sont pas systématiquement représentées chaque année. Seule constante : l’esprit potache des scientifiques présents, professeurs Nimbus d’un soir, y est formidablement représenté.
Au-delà de retombées médiatiques, de plus en plus importantes chaque année, la cérémonie de remise des prix elle-même est un événement à ne pas rater, car c’est un véritable spectacle où se mêlent l’absurde et une apparente bonne humeur (voir vidéo de la cérémonie 2018). Ce dossier rassemble une sélection des prix décernés au cours de la dernière édition qui a eu lieu le 13 septembre 2018 et un florilège de ceux qui ont été décernés ces dernières années.

Image 2 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le cannibalisme nourrit moins bien son homme

Catégorie : Nutrition.   Pays : Zimbabwe. Tanzanie. Royaume-Uni. Année : 2018

James Cole, maître de conférences en archéologie à l’Université de Brighton, s’est vu cette année décerner l’Ig Nobel de la catégorie « Nutrition » grâce à une étude datant de 2017 sur l’apport nutritif du cannibalisme à l’époque du paléolithique.
Objectif : tenter de savoir si ce type de pratique avait uniquement pour but de se nourrir ou si elle pouvait être déjà associée à des comportements rituels, spirituels, psychotiques… voir criminels. Ses recherches ont notamment consisté à quantifier la valeur calorique de chaque partie du corps humain et à la comparer à celles des espèces animales que ces hommes avaient l’habitude de consommer (cerf, mammouth, etc.).
Résultat : même si leurs valeurs nutritionnelles sont proches pour un poids et une taille similaire, la viande humaine fournit moins de calories. Et alors ? Il en est arrivé à la conclusion que l’anthropophagie n’était pas exclusivement pratiquée pour des raisons nutritionnelles … 

Image 3 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

S’énerver en conduisant : origines et conséquences

Catégorie : Paix.   Pays : Espagne. Colombie. Année : 2018

L’Ig Nobel de la Paix a été attribué cette année à une équipe de chercheuses et de chercheurs espagnols ayant réalisé une étude sur les conducteurs qui crient, insultent et ont des comportements agressifs lorsque ils sont au volant. Ils ont pu mettre en lumière le fait que la grande majorité d’entre eux s’énervent généralement dans des conditions de circulation normales et sans véritable raison majeure.

Ces comportements étant généralement dus au stress ou au caractère propre de la personne. Mais ça, on s’en serait douté… Le verdict étant sans appel : alors que beaucoup de personnes pensent que l’agressivité au volant est en fin de compte inoffensive, ce type d’attitude serait très clairement liée à un taux d’accidents de la route potentiellement graves beaucoup plus élevé.        

Image 4 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Ça bouge encore avec La Poste ?

Catégorie :  Médecine de la reproduction.  Pays : États-Unis, Japon, Arabie saoudite, Égypte, Inde, Bangladesh. Année : 2018

Mention spéciale et prix dans la catégorie « Médecine de la reproduction » pour une équipe internationale d’urologues qui a trouvé un moyen infaillible pour que des patients puissent s’autodétecter une éventuelle impuissance. Il suffit, la nuit, de coller une bande de 4 à 6 timbres-poste autour du pénis afin de détecter s’il y a eu érection nocturne. Si au réveil votre mini collection de Marianne est intacte et n’a pas bougé, c’est qu’il est temps de consulter.

Image 5 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Battle d’imitations au zoo

Catégorie : Anthropologie.   Pays : Suède, Roumanie, Danemark, Pays-Bas, Allemagne, Royaume-Uni, Indonésie, Italie. Année : 2018

Dans cette étude pompeusement intitulée « Imitations inter espèces spontanées dans les interactions entre des singes et les visiteurs d’un zoo », une équipe internationale d’anthropologues a pu mettre en évidence que des chimpanzés en captivité et les visiteurs du zoo s’imitaient à un rythme identique.
Chacun en effet reproduisait environ 10 % des gestes, grimaces ou actions produites par l’autre. Ces actes d’imitation spontanés, favorisés par la proximité, remplissent une fonction de communication. En effet, elles durent plus longtemps que les actions sans imitation, propres à chaque individu.

Image 6 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les montagnes russes bientôt remboursées par la sécu ?

Catégorie : Médecine.   Pays : États-Unis. Année : 2018

Le prestigieux prix Ig Nobel de Médecine 2018 revient à une équipe de chercheurs américains qui ont tenté d’évaluer l’efficacité de la pratique des montagnes russes afin d’éliminer les calculs rénaux.
L’étude «Validation d’un modèle fonctionnel pour l’évaluation du passage de calculs rénaux pendant la pratique des montagnes russes 
» a même permis de démontrer qu’indépendamment du volume du calcul, il était grandement préférable d’être assis sur les derniers sièges du chariot (de 40 à 100 % de succès) que sur ceux situés à l’avant (seulement 16% de réussite).           

Image 7 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Poupée vaudou : se venger de ses supérieurs sans prendre de risques

Catégorie : Économie. Pays : Canada, Chine, Singapour, États-Unis. Année : 2018

Bonne nouvelle pour toutes les victimes de harcèlement moral au travail. Lorsque vous ressentez un fort sentiment d’injustice, vengez-vous plutôt sur la poupée vaudou de votre patron que sur lui-même. Vous vous sentirez aussi bien après, sans risquer de vous faire virer. Ou pire.
C’est le constat fait par des scientifiques américains, canadiens, chinois et singapouriens dans une étude intitulée « Des représailles sur une poupée vaudou symbolisant un supérieur hiérarchique permettent de rétablir la justice 
». Étude qui leur a valu le prix Ig Nobel d’économie 2018.  

Image 8 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Salive : le détergent écologique du futur

Catégorie : Chimie.  Pays : Portugal.  Année : 2018

Le prix Ig Nobel de Chimie revient cette année à des chercheurs portugais qui ont prouvé scientifiquement ce que de nombreuses personnes savent de manière intuitive depuis la nuit des temps : la salive humaine est très efficace pour nettoyer des surfaces ou des objets sales.
Ce super pouvoir nettoyant serait dû à l’enzyme digestive α-amylase 
contenue dans la salive.  

Image 9 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

La mouche peut être l’ennemie du vin

Catégorie : Biologie. Pays : Suède, Colombie, Allemagne, France, Suisse. Année : 2018

Dans la catégorie Biologie, les lauréats 2018 sont européens et sud-américains. Ils sont parvenus à démontrer qu’un œnologue peut identifier le passage, ou la présence, d’une mouche femelle de type Drosophila melanogaster  – dites « mouche du vinaigre » – dans un verre de vin.
L’indice olfactif qui leur permettrait d’effectuer cette prouesse est dû à la forte odeur laissée par la phéromone Z4-11Al propre à la femelle, même émise en très petite quantité.    

Image 10 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Du nouveau au rayon coloscopie

Catégorie : Éducation médicale. Pays : Japon. Année : 2018

Selon Akira Horiuchi et Yoshiko Nakayama, respectivement gastroentérologue et pédiatre japonais, l’utilisation d’un petit côlonoscope – comme ceux utilisés en pédiatrie – à rigidité variable et utilisé en position assise (plutôt qu’allongée) par le patient lui-même pourrait être beaucoup plus efficace et « confortable » que les modèles classiques.
On ne se pressera pas pour demander à la tester, mais cette nouvelle approche s’est néanmoins vu attribuer le prix Ig Nobel 2018 dans la catégorie Éducation médicale.   
   

Image 11 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Il faut révolutionner le manuel utilisateur

Catégorie : Littérature.   Pays : Australie. Salvador.  Année : 2018

« La vie est trop courte pour lire ce pu…. de manuel utilisateur ». Tel est le début du titre de la publication qui a remporté l’Ig Nobel de littérature 2018. Fruit d’un travail de recherche qui a duré sept ans, cette étude arrive à la conclusion que les bons vieux manuels d’utilisation des produits grand public ne sont plus du tout adaptés au XXIe siècle et qu’il est temps d’en repenser aussi bien la forme que le fond.
Les utilisateurs les lisent de moins en moins, ou très partiellement, avec pour conséquence de passer à côté de nombreuses fonctionnalités des produits qu’ils utilisent, ou de mal maîtriser les quelques-unes dont ils se servent au quotidien.        

Image 12 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Étude sur le fromage qui pue (et les autres)

Catégorie : Médecine    Pays : France, Royaume-Uni   Année : 2017

Le prix Ig Nobel de médecine a été cette année attribué à une équipe de chercheurs français (et britanniques) pour leurs recherches sur un sujet lié au fromage. Jusque là une certaine logique est respectée, car des représentants du pays des fromages qui puent qui se penchent sur un des fleurons de notre patrimoine, cela peut avoir du sens. Seulement voilà, ce sont de scientifiques et comme souvent, tout n’est pas si simple. Leur étude intitulée « Les fondements neurologiques de l’aversion au fromage : étude par imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRMf) » leur a permis de démontrer que même si le fromage est considéré comme comestible par la plupart des gens, il est aussi perçu comme absolument immonde par certains individus et qu’il est, à ce titre, un excellent modèle pour étudier les processus cérébraux de dégoût et d’aversion alimentaire. Ils ont ainsi découvert qu’il existe un pourcentage plus élevé de personnes qui sont dégoûtées par le fromage que par d’autres types d’aliments et que des zones bien spécifiques du cerveau (Globus palidus externe et matière noire des ganglions de la base, pour les initiés)  étaient plus actives chez les sujets qui n’aiment pas le fromage, que chez ceux qui l’apprécient.    

Image 13 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Ne buvez jamais un café en marchant à reculon (ou alors en moonwalk)

Catégorie :  Dynamique des fluides   Pays : République de Corée, États-Unis  Année : 2017

Bravo au physicien coréen Jjiwon Han, lauréat du prix IgNobel 2017 de la catégorie Dynamique des fluides. Son étude baptisée « Étude sur les phénomènes de renversement de café dans le cadre d’un régime d’impulsions à basse fréquence » lui a permis de découvrir et de nous dévoiler ce qui se passe vraiment lorsqu’une personne marche en arrière alors qu’il tient une tasse de café (voir vidéo de la conférence TEDx de Jiwon Han sur le sujet). Un cas de figure a priori très rare, mais qui méritait bien que l’on se penche dessus… Pour résumer, alors que le contenu d’un verre de vin de Bordeaux à moitié plein oscillera latéralement à 4 Hz, en ne provoquant que de très légères ondulations à la surface, du café dans un mug ne mettra pas longtemps avant d’éclabousser les parois de la tasse pour finalement s’échapper de celle-ci. En étudiant les propriétés physiques de l’interaction fluide-structure d’une tasse de café, il apparait que l’oscillation de la tasse n’est pas monochromatique, mais qu’il existe des modes harmoniques dans des proportions significatives. En conséquence, et bien que la fréquence de base de la tasse soit considérablement déplacée par rapport à la région de résonance, le « déversement maximal » est déclenché par le mode de force d’entraînement harmonique secondaire que la tasse exerce sur son contenu. C’est pourquoi le café se renverse… Une des applications de ces résultats expérimentaux pourrait permettre de mettre au point des méthodes permettant de réduire les débordements de liquides. 

Image 14 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le chat peut-il être liquide sans être une lessive ?

Catégorie :  Physique   Pays : France, Singapour, États-Unis  Année : 2017

Le physicien français Marc-Antoine Fardin, de l’Institut Jacque Monod, a publié en 2014 dans le Rheology Bulletin l’article « Un chat peut-il être solide et liquide ? » qui lui a valu cette année le prix IgNobel de physique. Après avoir évoqué en préambule un aphorisme du philosophe et physicien grec Héraclite « Tout coule et rien ne subsiste, tout cède et rien ne reste fixe », il y souligne quelques-uns des développements récentsautour de la rhéologie(étude de la déformation et de l’écoulement de la matière sous l’effet d’une contrainte) des chats, accompagnés d’applications potentielles pour d’autres espèces de la famille des félins.      

Image 15 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Ne souriez jamais à un crocodile


Catégorie : Économie    Pays : Australie, États-Unis  Année : 2017

La plus haute marche dans la catégorie Économie a été attribuée en 2017 aux Australiens Nancy Greer et Matthew Rockloff pour leurs expériences détaillées dans l’étude « Ne jamais sourire à un crocodile : Parier sur des machines à sous électroniques est intensifié par l’excitation induite par ces reptiles ». Les deux chercheurs ont pour cela étudié le comportement de touristes (62 hommes et 41 femmes, âgés de 18 à 66 ans) visitant la ferme Koorana Crocodile Farm de Coowonga, dans le Queensland en Australie. Ils leur ont proposé de jouer sur une machine à sous électronique simulé par ordinateur, soit avant leur entrée dans la ferme, soit après avoir tenu un crocodile d’eau salée de 1 mètre. Résultat : les joueurs à risque ayant peu d’émotions négatives ont parié davantage, en moyenne, après avoir tenu le crocodile. Les joueurs à risque avec de nombreuses émotions négatives, en revanche, ont quant à eux moins parié après avoir tenu le crocodile. Ce qui suggère qu’un état d’excitation élevé peut intensifier l’attirance pour le jeu chez les joueurs à risque, mais seulement si cet état n’est pas perçu comme une émotion négative. 

Image 16 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le didgeridoo au secours de la paix des ménages

Catégorie : Paix    Pays : Suisse, Canada, Pays-Bas, États-Unis  Année : 2017

Le prix IgNobel de la paix 2017 n’a aucun lien avec la géopolique, une quelconque ONG ou bien même un homme politique ayant œuvré cette année pour le dialogue entre les peuples. C’est plutôt sur la chambre à coucher que les scientifiques Milo Puhan, Alex Suarez, Christian Lo Cascio, Alfred Zahn, Markus Heitz et Otto Braendli se sont penchés en parvenant à démontrer que jouer régulièrement du didgeridoo peut être un traitement efficace contre l’apnée du sommeil et les ronflements.

Image 17 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Petite musique intime


Catégorie :  Obstétrique   Pays : Espagne   Année : 2017

L’Espagne va pouvoir célébrer ce soir la victoire des chercheurs Marisa López-Teijón, Álex García-Faura, Alberto Prats-Galino et Luis Pallarés Aniorte qui viennent de remporter le prix IgNobel d’obstétrique 2017 grâce à leur publication intitulée « Expression visuelle fœtale en réponse à l’émission de musique intravaginale ». On l’aura presque compris en lisant ce titre, ils sont parvenus à prouver dans leur étude qu’un foetus humain en développement répond plus significativement  à de la musique jouée électromécaniquement dans le vagin de la mère, qu’à de la musique jouée électromécaniquement sur le ventre de celle-ci. De là passer directement aux choses sérieuses en développant un kit prêt à l’emploi il n’y avait qu’un pas qu’ils ont franchi allègrement avec le Babypod, d’ores et déjà disponible pour la modique somme de 149 euros environ.    

Étude sur les grandes oreilles

Catégorie :  Anatomie   Pays : Royaume-Uni  Année : 2017

Le jury IgNobel est allé chercher relativement loin pour dénicher son lauréat 2017 dans la catégorie anatomie. L’étude date de 2015 et a pour titre « Pourquoi les hommes âgés ont-ils de grandes oreilles ? ». On ne se posait par particulièrement la question, mais maintenant on veut savoir !  Les recherches ont été effectuées par une partie des membres de la Thames faculty du Royal College of General Practitioners en 1993 même si beaucoup d’entre eux n’ont pas voulu participer car ils n’étaient pas du tout d’accord avec ce constat. Ils ont avancé l’idée que les oreilles masculines grandissaient régulièrement de quelques millimètres par an (0,22 en moyenne). Réalité scientifique ou résultat d’une réunion trop arrosée… nous ne le sauront peut-être si une nouvelle équipe s’aventure une nouvelle fois dans cette direction.   

Image 18 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Copie conforme

Catégorie : Cognition    Pays : Italie, Espagne, Royaume-Uni  Année : 2017

Bravo aux chercheuses et chercheurs européens Matteo Martini, Ilaria Bufalari, Maria Antonietta Stazi et Salvatore Maria Aglioti pour leur étude intitulée « «Est-ce moi ou mon jumeau ? Difficultés d’auto-identification chez les jumeaux homozygotes ». On y apprend qu’une grande partie des jumeaux monozygotes, les « vrais jumeaux »,ont beaucoup de difficultés, ou ne peuvent tout simplement pas distinguer leur propre visage de celui de leur jumeau.   

Image 19 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Mélange des genres


Catégorie : Biologie    Pays : Japon, Brésil, Suisse  Année : 2017

Des chercheurs japonais, brésiliens et suisses se sont vus décerner le prix de biologie 2017 pour des recherches publiées dans l’article « Pénis féminin, vagin masculin et leurs évolutions corrélées chez un insecte de grotte ». Et oui, et cela se passe du côté des mouches Neotrogla découvertes il y a quelques années dans une grotte au Brésil. Les femelles auraient un organe élaboré en forme de pénis qui agit comme un organe d’intromission lui permettant de s’ancrer au mâle. Une évolution corrélée ayant été détectée entre ce pénis féminin et les organes génitaux masculins. 

Image 20 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

A table !

Catégorie :  Nutrition   Pays : Brésil, Canada, Espagne  Année : 2017

« Qu’y a-t-il pour le diner ? Premier rapport sur la place du sang humain dans le régime de la chauve-souris vampire Diphylla ecaudata » est le titre de l’étude des chercheurs Fernanda Ito, Enrico Bernard et Rodrigo Torres repartis avec le prix IgNobel dans la catégorie Nutrition.  L’alimentation à base de sang est un thème très spécialisé, car elle exige, chez les sujets étudiés, des adaptations morphologiques, physiologiques et comportementales extrêmes. Même si trois espèces de chauves-souris vampires (Desmodus rotundus, Diaemus youngi et Diphylla ecaudata) ont le sang comme seule nourriture, la Diphylla ecaudata est considérée comme spécialiste des oiseaux. Mais comment se comportent-elles dans une situation de pénurie d’oiseaux, et se replient-elles sur des animaux domestiques? Diphylla ecaudata peut-elle être amenée à introduire des mammifères dans son alimentation? Les chercheurs ont détecté la consommation régulière de sang de poulet et de sang humain, qui est une nouvelle proie pour cette espèce, ce qui suggère que son régime alimentaire est plus souple que prévu. Le bilan humain, en tant que proie, et l’absence de sang provenant d’espèces indigènes ont conduit l’équipe à penser que cela pouvait refléter une faible disponibilité d’oiseaux sauvages sur le site d’étude, signe de l’impact des activités humaines sur les processus écologiques locaux.

Image 21 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Vis ma vie (de chèvre)


Catégorie :  Biologie   Pays : Royaume-Uni  Année : 2016

Le prix IgNobel de Biologie a, cette année, été remis conjointement à deux Britanniques, grands amoureux de la nature, des animaux, de l’excentricité et d’une certaine manière, de la poésie. Au vétérinaire-avocat-écrivain Charles Foster, d’une part, pour son livre « Being a Beast », qui relate ses expériences d’immersion dans la nature l’ayant conduit à vivre comme un blaireau, une loutre, un cerf… Progression dans des terriers et repas à base de vers de terre compris.

Le prix a été attribué ex aequo à Thomas Thwaites, designer de son état,pour son projet GoatMan qui l’a amené à partir dans les Alpes et à vivre au milieu d’un élevage de chèvres afin de tenter « … d’échapper à l’angoisse inhérente à l’être humain. » À l’aide de prothèses « maison » pour les membres supérieurs et inférieurs , ce projet est, toujours selon ses termes, devenu une exploration de la façon dont la technologie moderne peut nous conduire à la réalisation d’un vieux rêve humain : adopter les caractéristiques et le mode de vie des animaux. Et dans son cas, broutage d’herbe compris.

Image 22 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Système WV

Catégorie :  Chimie   Pays : Allemagne  Année : 2016

Le prix 2016 de chimie a cette fois été attribué non pas à une équipe  de scientifique, mais à une entreprise, et pas n’importe laquelle. Avec l’humour qu’on lui connait, le jury a choisi cette fois Wolkswagen pour avoir réussi à «résoudre le problème des émissions automobiles polluantes grâce à un procédé électromécanique et automatique permettant de produire moins de rejets à chaque fois que les voitures étaient testées ».     

Image 23 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Une vie de chasseur de mouches


Catégorie :  Literrature      Pays : Suède  Année : 2016

L’IgNobel 2016 dans la catégorie littérature revient à l’entomologiste suédois Fredrik Sjöberg pour ses travaux et une autobiographie en trois volumes (The Path of a Fly Collector) au sujet du « plaisir de collectionner les mouches décédées, et celles qui ne le sont pas encore ». The Fly trap (Le piège à mouches) en est le premier volume et le seul pour le moment traduit en langue anglaise.     

Image 24 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le pipo de 7 à 77 ans

Catégorie :  Psychologie      Pays : Belgique, Pays-Bas, Allemagne, Canada, États-Unis  Année : 2016

Dans la catégorie psychologie, c’est une équipe internationale qui s’est distinguée pour une étude intitulée « Pinocchio de l’enfance à l’âge adulte : enquête transversale sur le mensonge tout au long de la vie » censée cartographier l’évolution des compétences et de la fréquence du pipotage en fonction de l’âge. Le prix leur a été attribué haut la main pour « avoir mené une étude auprès de plus d’un millier de menteurs à qui on a demandé s’ils mentaient souvent, tout en décidant de croire en leurs réponses… »  

Image 25 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les slips en Tergal, ce n’est pas top

Catégorie :  Reproduction      Pays : Égypte  Année : 2016

Mention spéciale et posthume pour feu l’urologue et proctologue égyptien Ahmed Shafik (1933 – 2007) et deux de ses études publiées en 1992 et 1993 au sujet des effets que produisent le port de pantalons en polyester, coton ou laine sur la vie sexuelle des rats et, via une série d’essais similaires, sur celle des hommes. Verdict : les sous-vêtements en polyester pourraient avoir un effet préjudiciable sur l’activité sexuelle humaine en induisant des champs électrostatiques dans les structures  intracaverneuses.  

Image 26 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

À l’envers

Catégorie :  Perception      Pays : Japon  Année : 2016

C’est le Japon qui est à l’honneur cette année dans la catégorie Perception grâce aux travaux de Atsuki Higashiyama et Kohei Adachi. Leur étude intitulée « Taille perçue et distance perçue de cibles regardées à travers les jambes : preuve de la théorie de proprioception ». Les résultats ont suggéré que la taille perçue et la distance perçue sont affectées par une inversion de l’orientation du corps, et non par l’orientation de l’image sur la rétine confirmant le modèle de perception directe, plutôt que le modèle de distance apparente. Et on les félicite pour leur travail, justement récompensé.     

Image 27 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

La personnalité des roches

Catégorie :  Économie – Marketing      Pays : Nouvelle-Zélande  Année : 2016

Le prix IgNobel d’Économie est revenu cette année à une équipe de spécialistes Neo-Zelandais et Britaniques pour une étude critique datant de 2013 du concept marketing de « Personnalité de marque » développé en 1997 par Jennifer L. Aaker. L’étude a été réalisée sur trois roches et le verdict dans appel : la roche G est la plus contemporaine et glamour, la roche G la plus sentimentale et la roche L la plus indépendante. Pour en savoir plus… « The brand personality of rocks : a critical evaluation of a brand personality scale .» 

Image 28 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Analyse du baratin

Catégorie :  Paix      Pays : Canada, Etats-Unis  Année : 2016

Bravo à Gordon Pennycook, James Allan Cheyne, Nathaniel Barr, Derek Koehler et Jonathan Fugelsang et leur étude universitaire sur « La réception et la détection du baratin pseudo-profond » (On the Reception and Detection of Pseudo-Profound Bullshit) qui leur a permis de se voir décerner l’IgNobel de la paix 2016. On y apprendrait pourquoi des discours sans intérêt, approximatifs et abscons peuvent néanmoins parfois sembler intéressant.   

Image 29 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Noir c’est noir

Catégorie :  Physique     Pays : Hongie, Espagne, Suède et Suisse  Année : 2016

Prestigieux s’il en est, le prix de physique appartient cette année à une équipe européenne pour avoir découvert que les chevaux blancs sont ceux qui attirent le moins les mouches et que certaines variétés de libellules sont très souvent et irrémédiablement attirées par les pierres tombales noires

Image 30 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Noir c’est noir

Catégorie :  Médecine      Pays : Allemagne  Année : 2016

Les Allemands Christoph Helmchen, Carina Palzer, Thomas Münte, Silke Anders et Andreas Sprenger doivent être fiers aujourd’hui, car leur étude intitulée « Itch Relief by Mirror Scratching. A Psychophysical Study » (Soulager les démangeaisons par le grattage miroir : Étude physiologique). Ou l’on apprend que l’on peut soulager une démangeaison sur notre bras droit en regardant dans un miroir et en se grattant le bras gauche. 

Image 31 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Walk like a dinosaur

Marcher comme un dinosaure

Catégorie : Biologie.  Année : 2015 

« Marcher comme un dinosaure : clés pour comprendre la locomotion des théropodes grâce à un poulet équipé d’une queue artificielle ». Tel est l’intitulé du rapport d’observations menées par une équipe de chercheurs chiliens qui s’est vu décerner le prix Ig Nobel de biologie pour cette édition 2015. Partant du principe que les dinosaures d’hier et nos poulets d’aujourd’hui partagent de nombreux traits communs, l’équipe a simulé la manière de se déplacer de ces monstres préhistoriques en ajoutant tout simplement une queue artificielle à un poulet afin de manipuler et de déplacer son centre de gravité. Le résultat est saisissant… comme vous pourrez le constater dans cette vidéo.  

Image 32 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Décuire un œuf grâce au “Vortex Fluidic Device”

Catégorie : Chimie.  Année : 2015 

On se demande bien évidemment d’abord à quoi peut bien servir une machine à « décuire » un œuf, déjà cuit… Le prix Ig Nobel de Chimie a été décerné cette année à une équipe de chercheurs australiens et américains pour la mise au point d’un procédé rapide, et économique, permettant de liquéfier le blanc d’un œuf dur afin le rendre à son état d’origine (cela ne fonctionne pas avec les œufs au plat ou les œufs brouillés). Le blanc d’œuf étant constitué exclusivement d’eau et de protéines, la technique consiste à dissoudre le blanc et à le mélanger dans de l’eau avec un « lubrifiant » (urée) puis à le faire tourner très rapidement dans une machine conçue pour l’occasion : le « Vortex Fluidic Device » (photo). Au-delà du tour de force qui semble a priori inutile pour le néophyte, la technique pourrait avoir un intérêt capital dans l’industrie pharmaceutique, notamment, pour la fabrication, beaucoup plus économe en énergie et 100 fois plus rapide qu’avec les procédés utilisés aujourd’hui, de certains médicaments constitués de protéines. Pour en savoir un peu plus sur le sujet, nous vous conseillons de regarder cette excellente vidéo d’animation (en anglais et sous-titré en français) sur la chaîne Youtube TED-Ed

Image 33 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Diagnostiquer avec plus de précision l’appendicite aiguë…

Catégorie : Diagnostic médical.  Année : 2015 

… grâce aux ralentisseurs routiers. Les cas de 101 patients britanniques âgés de 17 à 76 ans ayant appelé les secours médicaux pour une possible crise d’appendicite ont été étudiés par une équipe internationale de médecins. Objectif : affiner le diagnostic en évaluant la douleur ressentie au moment du passage des véhicules de secours sur des ralentisseurs routiers dans les cas d’appendicites aigües. Conclusion : oui, la douleur ressentie au passage des ralentisseurs est bien associée à un risque plus important d’appendicite aigüe et pourrait donc être inclue comme variable dans le questionnaire de prise en charge du patient au téléphone, ou son arrivée à l’hôpital.

Image 34 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Une prime anti-bakchich pour la police de Bangkok

Catégorie : Économie.   Année : 2015 

Comment lutter efficacement contre la corruption dont peuvent parfois se rendre coupables les policiers affectés à la circulation dans la capitale thaïlandaise ? En 2014, la Bangkok Metropolitan Police a pensé tenir la solution en accordant une prime conséquente aux policiers qui refuseraient d’être soudoyés et qui appliqueraient implacablement la sanction prévue. La direction de la police de Bangkok n’y a pas été de main morte car c’est une prime de 10 000 baths (environ 240 euros) qui est attribuée dans un pays où le salaire d’un policier commence à 6 000 baths (environ 150 euros). Depuis, quelques-uns ont été récompensés pour avoir refusé des bakchichs de quelques euros seulement, comme le lieutenant Rachan Chomsuwan que l’on voit sur la photo recevoir son chèque car il avait décliné un graissage de patte se montant à l’équivalent de 2,43 euros. On ignore si ce programme très avantageux est toujours appliqué à la lettre mais ce qui est sûr, c’est qu’il a valu à la Bangkok Metropolitan Police d’être lauréate du prix Ig Nobel d’Économie lors de la remise des prix le 17 septembre dernier.              

Image 35 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Tous les mammifères sont égaux (ou presque) au moment de faire pipi

Catégorie : Physique.  Année : 2015 

Dans cette étude, basée elle-même sur les résultats de plus de 41 études urologiques et anatomiques indépendantes, des chercheurs américains et taiwanais sont arrivés à la conclusion que pratiquement tous les mammifères, quels que soient leur taille et leur poids (au-dessus de 3 kg), mettaient autant de temps pour vider leur vessie soit environ 21 secondes. À plus ou moins 13 secondes près…  

Image 36 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le (long, très long) baiser comme remède à certaines allergies

Catégorie : Médecine.  Année : 2015 

C’est un Japonais, le médecin allergologue Hajime Kimata de la région d’Osaka, associé à une équipe de spécialistes slovaques et allemands, qui a reçu le prix Ig Nobel de Médecine. Leurs expériences ont pu démontrer qu’une séance de 30 minutes de baisers intensifs entre des personnes souffrant d’eczéma et de rhume des foins, et leurs conjoints avec qui ils n’avaient pas l’habitude de telles effusions en temps normal, avait pour effet par la suite de supprimer leur réaction aux acariens et au pollen de cèdre.           

Image 37 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Mathématiques, histoire et famille nombreuse

Catégorie : Mathématiques.  Année : 2015  

« Cas de Moulay Ismaïl : réalité ou fiction ? » : tel est l’intitulé très simple d’un travail très complexe qui a conduit des scientifiques autrichiens, allemands et britanniques à utiliser différentes techniques et les modèles mathématiques qu’ils ont conçus pour déterminer s’il est possible que le sultan du Maroc Moulay Ismaïl (1645 – 1727) ait pu avoir 888 enfants comme le relate les livres d’Histoire. La conclusion est que oui, c’est tout à fait possible, et qu’il aurait même pu en avoir plus !              

Image 38 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Géographie de la douleur

Catégorie : Enthomologie.  Année : 2015  

Non, ce n’est pas le titre du prochain roman de Michel Houellebecq mais une synthèse du travail effectué par l’entomologiste Michael L. Smith qui, pour déterminer les zones de l’anatomie humaine où les piqûres d’abeilles sont les plus douloureuses, a fait don de son corps à la science en se prêtant lui-même à l’expérience. L’étude l’a conduit à se faire piquer à 25 endroits différents du corps avant d’évaluer la douleur ressentie sur une échelle de 1 à 10 par rapport à un « étalon » : son avant-bras. Le résultat est sans appel, et sans trop de surprise non plus… Les trois zones les moins douloureuses sont le crâne, l’extrémité du majeur et le bras. Les trois zones les plus douloureuses étant les narines (9 sur 10), la lèvre supérieure (8,7 sur 10) et le pénis (7,3 sur 10).

Image 39 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Bacon et saignement de nez : une alternative crédible en cas d’urgence

Catégorie : Médecine. Année : 2014

Le prix de médecine à cette année été décerné à une équipe indo-américaine (Humphreys, Saraiya, Belenky et Dworkin)qui a étudié (et même reproduit lors de la cérémonie de remise des prix) le cas très intéressant (selon eux) d’un enfant de 4 ans atteint de la thrombasthénie de Glanzmann, une maladie hémorragique rare caractérisée par un défaut d’agrégation plaquettaire, qui a pu être traité en urgence à l’aide de bacon fumé avec arrêt total des saignements au bout de 24 heures. Conclusion de l’équipe : il s’agirait bel et bien de la première description formelle de l’emballage nasal à l’aide de lamelles de porc fumé permettant de traiter une hémorragie mortelle chez un patient atteint de la maladie.

Image 40 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les chats sont-ils un danger pour la santé mentale des humains ?

Catégorie : Santé publique.  Année : 2014

Ce terrifiant prix de la catégorie Santé publique a été décerné cette année à un groupe de chercheurs tchèques, japonais, américains et indiens pour l’étude d’un ensemble de travaux menés entre 1999 et 2013 au sujet des chats et de l’influence qu’ils pourraient avoir sur la santé mentale de leurs maîtres… « Changement de la personnalité des jeunes femmes atteintes d’une toxoplasmose latente » en 1999, « La diminution du niveau psychobiologique de l’intérêt pour la nouveauté et du niveau d’intelligence chez les hommes atteints de toxoplasmose latente est-il le chainon manquant en schizophrénie et toxoplasmose ? » en 2003 et, enfin, « Description des relations entre les morsures de chat et la dépression chez l’homme (…) » en 2013, ont été étudiés en détail et mis en perspective avant d’arriver à la conclusion que oui, les chats rendent parfois leurs propriétaires complètement zinzins. Mais ça, on le savait déjà.

Image 41 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les chiens préfèrent faire popo selon un axe nord-sud. Mais pas tout le temps…

Catégorie : Biologie.  Année : 2014

C’était encore un mystère pour les uns. C’est devenu scoop pour les autres : Pourquoi les chiens semblent parfois chercher leur place au moment de faire leurs besoins ?  Et parfois non… Une équipe de 12 chercheurs (quand même) de République tchèque, Allemagne et Zambie ont constaté, dans un rapport intitulé « Les chiens sont sensibles aux petites variations du champ magnétique terrestre », publié en 2013, que le meilleur ami de l’homme préférait déféquer ou uriner avec le corps aligné le long d’un axe nord-sud lorsque le champ magnétique terrestre était plutôt « calme », mais que ce comportement directionnel était annulé lorsqu’il était instable. Conclusion : vous ne regarderez plus jamais votre chien comme avant. Alors lancez-vous, demandez-lui le temps qu’il fera demain. On ne sait jamais.

Image 42 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le toast, Jésus et les paréidolies

Catégorie : Neurosciences.  Année : 2014

Comprendre ce qui peut bien se passer dans le cerveau des personnes qui voient le visage de Jésus sur la surface de leur toast… Telle est la démarche entreprise par une équipe de chercheurs sino-canadiens afin d’aller encore plus loin, et plus sérieusement, dans la compréhension des mécanismes de reconnaissance des visages. Les participants ont par conséquent été mis en présence d’images abstraites afin de mesurer le pourcentage de celles où ils y voyaient des lettres ou des visages (paréidolies) et analyser très précisément les zones du cerveau qui apportaient des réponses spécifiques. 

Image 43 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le renne de Svalbard considère-t-il l’ours polaire comme un prédateur ?

Catégorie : Sciences arctiques.  Année : 2014

En raison de la diminution de la couverture de glace des mers arctiques, de plus en plus de rennes de Svalbard situé sur l’ile d’Edgeøya(Norvège) auraient de plus en plus tendance à se retrouver nez à nez avec des ours polaires dont la population a une fâcheuse tendance à augmenter sur cette ile. Eigil Reimerset Sindre Eftestøl, du département de biologie de l’Université d’Oslo, ont donc décidé d’étudier très scientifiquement le comportement des rennes lorsqu’ils étaient en présence des ours et des hommes afin de savoir s’ils les considéraient comme des prédateurs ou non. Ne disposant pas d’ours apprivoisé à portée de main, les deux chercheurs ont alors eu l’idée lumineuse de « déguiser » Eigil Reimers en ours polaire pour mener l’étude et arriver à la conclusion que oui, les rennes réagissent beaucoup plus rapidement lorsqu’ils sont en présence d’un ours polaire, même faux, que lorsqu’ils croisent un randonneur.         

Image 44 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Glissements sur peau de banane : mythe ou réalité ?

Les peaux de bananes se trouvant sur le sol sont elles aussi potentiellement dangereuses qu’on le dit lorsqu’elles croisent le pied d’un passant distrait ?  Nous en avons tous plus ou moins une petite idée pour avoir été confronté un jour au problème, mais rien ne vaut une bonne démonstration scientifique.  Kiyoshi Mabuchi, Kensei Tanaka, Daichi Uchijima, Rina Sakai, chercheurs japonais officiants à laKitasato University, se sont attelés à la tâche et ont entrepris de mesurer le «Coefficient de friction sous une peau de banane» après avoir défini un protocole très strict à base d’un capteur de force, d’une plaque de linoléum et, bien entendu, d’une bonne cargaison de peau de banane. On ne sait pas si ces dernières ont souffert pendant ces expériences (et on ne veut pas le savoir), mais le verdict des chercheurs est sans appel : oui, la peau de banane est un grand danger pour l’équilibre de l’homme lorsqu’elle est laissée sur le sol, avec un coefficient de frottement mesuré (0,07) très inférieur à celui des matériaux courants et ce, même sur des surfaces bien lubrifiées. Principale responsable : le gel folliculaire recouvrant l’intérieur de la peau de banane. Un vrai scoop.   

Image 45 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les couche-tard et la triade noire

Catégorie : Psychologie.  Année : 2014

L’anti-Nobel de psychologie a été attribué en 2014 à une équipe de chercheurs australiens, américains et britanniques du département de Sciences sociales et de Psychologie de l’Université occidentale de Sydneyen Australie. Après étude, ils ont pu apporter les preuvesque les personnes possédant un chronotype de type nocturne (couches tard, noctambules, etc.) étaient en moyenne plus narcissiques, manipulateurs et psychopathes (traits de la personnalité regroupés sous l’appellation de triade noire) que les personnes qui se lèvent tôt le matin… ou plus précisément, ceux dont le chronotype est de tendance diurne. Et que malheureusement messieurs, les hommes obtenaient des scores plus élevés que les femmes alors que les deux sexes sont à égalité au niveau des chronotypes.

Image 46 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Pédagogie radicale

Catégorie : Paix. Année : 2011

L’Ig Nobel de la Paix a été très logiquement, et ironiquement, décerné en 2011 à Artūras Zuokas, le Maire de Vilnius en Lituanie, pour avoir voulu faire passer un message très clair à ses administrés : ne vous garez pas où c’est interdit sinon… c’est  la guerre ! Pour cela, et devant des caméras de télévision, il a mis en scène la destruction pure et simple d’une grosse berline de marque allemande à l’aide d’un véhicule blindé de transport de troupes (voir vidéo). Il a, ensuite, bien martelé son message de prévention, sermonné le prétendu propriétaire du véhicule, passé le balai sur la chaussée pour nettoyer les débris et enfourché son vélo dans les rues de Vilnius… absolument vides. On se demande pourquoi.             

Image 47 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Soutien sanitaire

Catégorie : Santé publique. Année : 2009

L’objet est très étonnant, pour ne pas dire très étrange, et a beaucoup fait parler de lui l’année ou les Américains Elena N. Bodnar, Raphael C. Lee et Sandra Marijan se sont vus décerner un prix Ig Nobel pour leur invention. Le RAD Emergency Bra est un soutien-gorge tout ce qu’il y a de plus normal (quoique rouge …) qui peut se transformer en quelques secondes en une paire de masques à gaz dotés de capteurs de radiations (voir la vidéo de démonstration avec  Elena N. Bodnar en personne). Et le plus étrange dans tout cela est qu’il peut même être acheté au prix de 35 euros environ.

Image 48 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Un brevet sur les chauves

Catégorie : Ingénierie. Année : 2004

Les Américains Donald J. et Frank J. Smith ont reçu en 2004 un prix pour avoir eu l’idée et oser déposer en 1975  un brevetsur une méthode de dissimulation de la calvitie partielle (n°US4022227 A) aussi appelé combover chez les Anglo-saxons. Cette technique consiste à laisser pousser (beaucoup) le peu de cheveux qu’il reste afin d’en recouvrir les zones les plus désertiques du crâne dans le but de donner l’illusion d’une chevelure abondante. Cela procure à coup sûr à celui qui la pratique un certain côté ridicule qu’il avait pourtant peur d’avoir en étant chauve. Donc a priori une fausse bonne idée. Mais brevetée depuis près de 40 ans.         

Image 49 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Heisenberg mène l’enquête

Catégorie : Chimie. Année : 2012

Outre sa ressemblance troublante (pour l’occasion) avec  Walter « Walt » White, alias Heisenberg,  le héros de la série Breaking Bad, et le fait qu’il soit un peu chimiste lui aussi (tout s’explique), l’ingénieur spécialisé dans l’environnement suédois Johan Pettersson a obtenu en 2012 un Ig Nobel pour avoir résolu l’énigme d’Anderslöv, une ville du sud de la Suède où certaines femmes blondes voyaient mystérieusement leurs cheveux se colorer en vert sans raison apparente. Après avoir écarté l’hypothèse, un temps évoquée, d’une contamination par l’ingestion de l’eau du robinet, il est parvenu à démontrer que cette soudaine épidémie de cheveux verts était due à un défaut de fabrication et d’installation de certains circuits sanitaires  en cuivre de maisons nouvellement construites qui « chargeait » l’eau en particules. Le cuivre devenant vert en se dégradant, certains shampoings faisaient office de coloration.     

Image 50 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Hélicoptère pour prélèvements sur baleines

Catégorie : Ingénierie. Année : 2010.

Cette année-là, le prix est allé à Karina Acevedo-Whitehouse et Agnès Rocha-Gosselin de la Zoological Society de Londres et à Diane Gendron of l’Instituto Politecnico Nacional de Basse-Californie du Sud, au Mexique, pour avoir conçu et perfectionné un hélicoptère télécommandé destiné à recueillir à distance des prélèvements sur les jets des baleines (bave et gaz).    

Image 51 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Courir sur l’eau, c’est possible ! (mais sur la Lune)

Catégorie : Physique. Année : 2013

L’autre grand moment de la 23ème cérémonie de remise des prix Ig Nobel a vu une équipe de chercheurs Français, Suisses, Russes, Britanniques et Italiens remporter haut la main le prix de Physique en démontrant que des humains seraient tout à fait capables de courir sur l’eau, et sur place, si cette étendue d’eau se trouvait dans un environnement à gravité réduite. Par exemple sur la Lune…

Image 52 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

On ne joue pas avec la nourriture. Sauf si…

Catégorie : Physique. Année : 2006

… c’est pour la science. Et cela donne un anti Nobel de Physique 2006 pour Basile Audoly et Sébastien Neukirch de l’université Pierre et Marie Curie à Paris. Ils sont parvenus à répondre à la question ultime que se sont posés des générations de gastronomes, en général, et d’amoureux de la pasta en particulier mais aussi d’autres scientifiques éminemment respectables tels que les physiciens Pierre Gilles de Gennes ou Richard Feynman. Pourquoi les spaghettis crus ne se cassent jamais en 2 morceaux, mais systématiquement en 3 ou plus ?  Le résultat de leurs recherches est sur la page How bent spaghetti break, avec plein de vidéo dedans.

Image 53 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Le pistolet à silence

Catégorie : Acoustique. Année : 2012

Les chercheurs japonais Kazutaka Kurihara et Koji Tsukada se sont vus attribuer l’année dernière un prix pour le SpeechJammer, un dispositif permettant de perturber l’élocution d’une personne que l’on jugerait éventuellement  trop bavarde, ou inintéressante. Cette « arme de censure sélective » capte la voix de la personne que l’on prend pour cible et lui renvoie tel un boomerang avec un délai de quelques millisecondes, afin de provoquer une certaine confusion dans son esprit, brouiller sa concentration et conduire à perturber le processus qui conduit sa pensée à devenir des paroles. Il ou elle se met alors à bégayer et, si tout se passe bien, fini par se taire.(voir vidéo).   

Image 54 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les maths c’est simple comme une planche à billets

Catégorie : Mathématique.  Année : 2009

Le très ironique prix Ig Nobel de Mathématiques a été décerné en 2009 au très controversé gouverneur de la banque centrale du Zimbabwe, Gideon Gono,  pour avoir fourni à la population de ce pays un moyen quotidien et simple de se familiariser et d’apprendre à manipuler un très large éventail de chiffres en faisant émettre des coupures de billets allant de 0,1 $ à… 100 000 000 000 $ (cent milliards). Accessoirement, il y a été contraint par une hyper inflation atteignant des proportions vertigineuses, elles aussi.               

Image 55 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Les sauterelles aiment-elles Star Wars ?

Catégorie : Paix. Année : 2005.

Comme souvent, les Ig Nobel sont attribués un peu à contre-courant de la spécialité du lauréat. C’est ainsi que Claire Rind et Peter Simmons, chercheurs spécialisés en biologie des invertébrés à l’Université de Newcastle, ont reçu en 2005 le prix Ig Nobel de la Paix. Objet de la récompense ? Une longue série d’études et une publication sur le système nerveux et neuronal des criquets à qui ils avaient, entre autres expérimentations, projeté des scènes choisies de Star Wars. Résultat (partiel) : ils réagissaient plus particulièrement à la vue des TIE Fighters et, plus généralement, aux scènes où des objets semblent projetés très rapidement vers le spectateur.             

Image 56 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Détecteur de chat

Catégorie : Informatique. Année : 2000

Le comité IG Nobel décerne des prix dans de nombreuses catégories dont certaines n’ont pas d’équivalents chez les « vrais » Nobel. Le prix de l’Informatique, par exemple, a été attribué en 2000 à Chris Niswander de Tucson, en Arizona, pour son logiciel PawnSense. Celui-ci permet très astucieusement de bloquer le clavier d’un ordinateur lorsqu’il détecte qu’un chat est en train de s’y promener, avec les risques d’effacement de données, de raccourcis clavier intempestifs et autres plantages potentiels que cela implique. Le logiciel est toujours disponible pour Windows 2000, XP, Vista et 7 au prix de 15 euros environ.     

Image 57 : IgNobel 2018 : les découvertes scientifiques les plus absurdes récompensées

Promotion Loto

Catégorie : Management. Année : 2010

En prenant pour base le très sérieux principe de Peter qui veut que « dans une hiérarchie, tout employé a tendance à s’élever à son niveau d’incompétence » et « qu’avec le temps, tout poste sera occupé par un employé incapable d’en assumer la responsabilité. », des chercheurs de l’Université de Catane (Italie) ont démontré mathématiquement que les entreprises pourraient être plus efficaces si les promotions étaient effectuées au hasard. Et pour les plus sceptiques, ils ont même développé une applet java de simulation disponible en ligne.