DAS : voici la liste des smartphones qui émettent le plus et le moins d’ondes

Le DAS est un indice permettant de mesurer le niveau d’émissions d’ondes électromagnétiques produit par un smartphone, ou tout autre appareil électronique. À haut niveau, ce débit représente un danger potentiel pour la santé. Les fabricants sont ainsi tenus de faire figurer cette information sur la fiche technique de leurs appareils. Nous avons listé sur cette page les modèles qui proposent le DAS le plus élevé, mais aussi le plus faible.

Sommaire

Smartphones DAS
Unsplashed © Hassan OUAJBIR

Le DAS est une unité servant à mesurer dans quelle proportion le corps humain absorbe l’énergie contenue dans les ondes électromagnétiques émises par un appareil électronique. Les constructeurs de smartphones sont en l’occurrence tenus d’informer les consommateurs sur le niveau de rayonnement auquel ils s’exposent.

Il est rare que l’on prenne en compte le DAS dans le choix d’un nouveau smartphone. Et pourtant, le danger potentiel que représente les ondes électromagnétiques pour l’Homme suggère qu’il pourrait être un facteur important à considérer.

Dans ce dossier complet, nous vous expliquons tout ce qu’il y a à savoir sur le DAS. Qu’est-ce que c’est, comment il est mis en place, ou encore quelles sont les normes le concernant. Par ailleurs, nous vous présentons la liste des smartphones qui émettent le plus et le moins d’ondes.

À lire aussi : quels sont les meilleurs smartphones à acheter en 2024 ?

🔎 Qu’est-ce que le DAS ?

Comme vous le savez sans doute, le smartphone émet des ondes électromagnétiques. Il faut savoir qu’une partie de l’énergie transportée par ces dernières est absorbée par le corps humain. Ce qui n’est pas sans impact sur la santé. En effet, à un certain niveau, une exposition prolongée peut devenir néfaste.

Afin de quantifier cela, l’Agence National des Fréquences (ANFR) a mis en place le DAS, ou « Débit d’Absorption Spécifique ». Cette unité de mesure exprimée en Watt par kilogramme (W/kg) permet d’évaluer la quantité d’énergie des ondes électromagnétiques qu’absorbe le corps humain lors de l’utilisation d’un équipement radioélectrique, à l’instar d’un smartphone.

🎯 Quels sont les différents types de DAS ?

Pour mesurer le débit d’absorption, l’ANFR se focalise sur non pas un, mais trois types de DAS. Chacun répondant à un usage spécifique que nous faisons de nos smartphones :

  • Le « DAS tête » : il fait référence à l’utilisation du téléphone à l’oreille lors d’une communication vocale. La valeur limite est ici fixée à 2 W/kg.
  • Le « DAS tronc » : il correspond aux usages où le téléphone est porté près du corps. Par exemple, dans un sac ou une poche de veste. La limite à ne pas dépasser est également de 2 W/kg.
  • Le « DAS membre » : il reflète lorsque le téléphone est au contact du corps. Dans une poche de pantalon, dans la main, ou dans un brassard par exemple. La valeur maximale est quant à elle fixée à 4 W/kg.

On retrouve ces informations sur la fiche technique des smartphones.

🧾 Quelles sont les normes en vigueur concernant le DAS ?

Selon la recommandation européenne 1999/519/CE, les équipements radioélectriques à l’instar des téléphones portables, mais aussi les tablettes et certaines montres connectées, ne doivent pas dépasser les valeurs de DAS précédemment citées, à savoir :

  • 2 W/kg pour le DAS tête.
  • 2 W/kg pour le DAS tronc.
  • 4 W/kg pour le DAS membre.

Ces valeurs ont été fixées par l’ICNIRP, la Commission internationale de protection contre les rayonnements non ionisants. Cette ONG assure une veille constante des avancées scientifiques. Elle a récemment mis à jour ses préconisation en mars 2020, sans toutefois modifier les seuils pour le DAS.

En Europe, tous les fabricants d’appareils émetteurs d’ondes électromagnétiques sont tenus de faire mention des trois DAS lorsqu’ils commercialisent leurs smartphones. De ce fait, les consommateurs peuvent s’informer des risques que représentent leurs appareils. Les smartphones font l’objet de contrôles qui permettent à l’ANFR de vérifier que les DAS sont bien conformes à la réglementation européenne. Ces derniers sont assurés par des laboratoires accrédités.

Les mesures effectuées sont faites à 5 mm de distance pour le DAS tronc. Et non pas au contact du corps, comme cela est le cas en pratique. En France, cette distance a été réduite à 0 mm, compte tenu des nouveaux usages du téléphone liés aux oreillettes par exemple.

😱 Quels sont les dangers d’un DAS trop élevé ?

Concrètement, l’exposition aux ondes des appareils radioélectriques provoque l’échauffement des tissus humains. Un effet thermique semblable à ce que subit un aliment dans un four à micro-ondes.

L’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) a également indiqué dans un avis du 21 octobre 2019 qu’une exposition aux ondes d’un appareil dont le DAS est supérieur à 2 W/kg pouvait avoir des effets biologiques sur l’activité cérébrale. D’autre part, l’OMS a établi que les champs électromagnétiques étaient potentiellement cancérogènes pour l’Homme.

En théorie, les normes fixées par l’ICNIRP sont censées minimiser le risque pour les utilisateurs. Toutefois, certains experts comme l’ANSES remettent en cause la viabilité de ces normes, en évoquant le fait qu’elles ne prennent pas en compte tous les éléments. En effet, il est vrai que les mesures se basent uniquement sur les ondes électromagnétiques émises par l’appareil en lui-même. Or, d’autres fréquences, comme le Wi-Fi, la 4G/5G, le Bluetooth, sont elles aussi à prendre en compte. Il est donc préférable de privilégier un appareil qui présente le plus petit DAS possible. Sachant qu’en réalité, le niveau d’émission est probablement plus élevé.

🔬 Comment est contrôlé le DAS d’un smartphone ?

Comme expliqué plus haut, l’ANFR vérifie la conformité du DAS des smartphones. Pour ce faire, elle envoie ces derniers à des laboratoires accrédités pour les mesures des équipements radio. Les tests sont effectués sur des mannequins appelés “fantômes”, censés représenter le corps humain. Ces derniers sont constitués d’une coque en fibre de verre. Laquelle est remplie d’un liquide qui simule le tissu musculaire et cérébral. Les smartphones testés sont accolés à la coque. Une sonde de champ électrique est ensuite introduite dans ledit liquide et mesure les résultats du DAS.

Une fois ces derniers en sa possession, le laboratoire les transmet à l’ANFR, qui les compare alors avec les valeurs fournies par les constructeurs. Au cas où les résultats obtenus ne seraient pas conformes avec les normes établies, l’ANFR doit demander au constructeur de remédier à cela. En cas de refus, elle se réserve le droit d’appliquer des sanctions à son encontre. À noter que les smartphones sont contrôlés une fois qu’il sont sur le marché, et non avant leur commercialisation.

Pour en savoir plus sur la procédure, nous vous invitons à découvrir la vidéo ci-dessous :

🩹 Quelles mesures prennent les fabricants pour réduire leur impact et quelles sanctions encourent-t-ils ?

Depuis 2017, environ 44 smartphones ont été jugés non conformes suite au contrôles de conformité effectués par l’ANFR. Les fabricants de smartphones dont le DAS n’est pas conforme à la réglementation en vigueur sont sommés par l’ANFR de prendre toutes les mesures nécessaires pour que leurs appareils respectent les normes établies.

Pour ce faire, les constructeurs peuvent apporter des correctifs sous forme de mise à jour. Comme cela a été par exemple le cas pour Apple et ses iPhone 12. L’ANFR les a en effet épinglé en 2023. Suite à cela, la firme de Cupertino a dû se conformer aux exigences de l’agence pour éviter qu’ils ne soient définitivement retirés du marché.

Les fabricants ont également la possibilité de rappeler leurs appareils. Enfin, les appareils peuvent être retirés provisoirement de la vente pour non conformité. Cette dernière hypothèse survient lorsqu’ils ne peuvent pas apporter de modifications à leurs appareils, ou qu’ils ne souhaitent pas prendre de mesure. L’ANFR peut par ailleurs distribuer des amendes allant jusqu’à 7500 €. Si aucune solution n’est trouvée après la mise en place de la procédure, le ministre chargé des communications électroniques peut décider d’interdire définitivement la commercialisation de l’appareil qui pose problème. L’Emporia Smart 4 en a d’ailleurs fait les frais.

📱 Liste des smartphones avec le DAS le plus élevé et le plus faible

L’ANFR répertorie en toute transparence les résultats des mesures de DAS sur cette page. Toutefois, si l’on compare cette liste à la multitude de smartphones disponibles sur le marché, on s’aperçoit que l’agence ne teste finalement qu’un nombre restreint de modèles. Afin d’étoffer cette liste, nous avons sélectionné 61 modèles de smartphones. En plus d’être relativement populaires, ces derniers ont la particularité d’être tous plus ou moins récents.

ModèlesDAS têteDAS troncDAS membre
Samsung Galaxy A231,49 W/kg1,25 W/kg2,84 W/kg
Samsung Galaxy A331,59 W/kg0,574 W/kg3,23 W/kg
Samsung Galaxy A340,546 W/kg1,488 W/kg2,68 W/kg
Samsung Galaxy A530,885 W/kg1,597 W/kg2,87 W/kg
Samsung Galaxy A540,693 W/kg1,338 W/kg3,15 W/kg
Samsung Galaxy S21 FE0,952 W/kg1,480 W/kg2,914 W/kg
Samsung Galaxy S221,21 W/kg1,59 W/kg2,71 W/kg
Samsung Galaxy S22 Plus0,573 W/kg1,399 W/kg3,08 W/kg
Samsung Galaxy S22 Ultra1,049 W/kg1,585 W/kg3,18 W/kg
Samsung Galaxy S230,963 W/kg1,304 W/kg2,42 W/kg
Samsung Galaxy S23 Plus0,766 W/kg1,453 W/kg3,01 W/kg
Samsung Galaxy S23 Ultra0,963 W/kg1,398 W/kg2,95 W/kg
Samsung Galaxy S23 FE0,76 W/kg1,045 W/kg1,86 W/kg
Samsung Galaxy S240,869 W/kg1,35 W/kg2,13 W/kg
Samsung Galaxy S24 Plus0,744 W/kg1,245 W/kg1,92 W/kg
Samsung Galaxy S24 Ultra1,056 W/kg1,30 W/kg2,40 W/kg
Samsung Galaxy Z Flip 50,799 W/kg1,451 W/kg1,79 W/kg
Samsung Galaxy Z Fold 51,244 W/kg1,193 W/kg3,12 W/kg
Apple iPhone 120,99 W/kg1,178 W/kg3,94 W/kg
Apple iPhone 12 Mini0,99 W/kg0,99 W/kg3,85 W/kg
Apple iPhone 12 Pro0,99 W/kg0,99 W/kg3,85 W/kg
Apple iPhone 12 Pro Max0,99 W/kg0,99 W/kg3,85 W/kg
Apple iPhone 130,98 W/kg0,99 W/kg2,99 W/kg
Apple iPhone 13 Mini0,98 W/kg0,99 W/kg2,99 W/kg
Apple iPhone 13 Pro0,99 W/kg0,98 W/kg2,97 W/kg
Apple iPhone 13 Pro Max0,99 W/kg0,98 W/kg2,97 W/kg
Apple iPhone 14 0,98 W/kg0,98 W/kg2,98 W/kg
Apple iPhone 14 Pro0,99 W/kg0,98 W/kg2,99 W/kg
Apple iPhone 14 Pro Max0,99 W/kg0,98 W/kg2,99 W/kg
Apple iPhone 150,98 W/kg0,98 W/kg2,98 W/kg
Apple iPhone 15 Pro0,98 W/kg0,96 W/kg2,99 W/kg
Apple iPhone 15 Pro Max0,98 W/kg0,98 W/kg2,98 W/kg
Google Pixel 70,99 W/kg1,40 W/kg3,00 W/kg
Google Pixel 7 Pro0,98 W/kg1,38 W/kg2,99 W/kg
Google Pixel 7a0,99 W/kg1,30 W/kg2,99 W/kg
Google Pixel 80,98 W/kg1,20 W/kg2,49 W/kg
Google Pixel 8 Pro0,84 W/kg1,20 W/kg2,50 W/kg
Honor Magic 5 Lite0,82 W/kg1,27 W/kg2,81 W/kg
Honor Magic 5 Pro0,81 W/kg1,12 W/kg2,84 W/kg
Honor Magic 6 Lite0,84 W/kg1,29 W/kg2,62 W/kg
Honor 900,85 W/kg1,26 W/kg2,88 W/kg
Honor 90 Lite0,85 W/kg1,28 W/kg2,96 W/kg
Xiaomi Redmi Note 11 Pro (4G)0,576 W/kg0,857 W/kg1,985 W/kg
Xiaomi Redmi Note 11 Pro (5G)0,596 W/kg0,956 W/kg1,995 W/kg
Xiaomi Redmi Note 12 (4G)0,9 W/kg0,995 W/kg2,55 W/kg
Xiaomi Redmi Note 12 (5G)0,680 W/kg0,911 W/kg2,395 W/kg
Xiaomi Redmi Note 12 Pro0,599 W/kg0,998 W/kg1,987 W/kg
Xiaomi Redmi Note 13 (4G)0,770 W/kg0,978 W/kg2,032 W/kg
Xiaomi Redmi Note 13 (5G)0,943 W/kg0,998 W/kg2,488 W/kg
Poco X50,521 W/kg0,769 W/kg2,167 W/kg
Poco X5 Pro0,99 W/kg0,99 W/kg2,58 W/kg
Poco X60,999 W/kg0,999 W/kg2,587 W/kg
Poco X6 Pro0,992 W/kg0,997 W/kg2,593 W/kg
OnePlus 110,991 W/kg1,240 W/kg2,792 W/kg
OnePlus 120,95 W/kg1,27 W/kg2,66 W/kg
Asus ROG Phone 71,485 W/kg1,579 W/kg3,593 W/kg
Asus ROG Phone 7 Ultimate1,485 W/kg1,579 W/kg3,593 W/kg
Asus ROG Phone 81,441 W/kg1,487 W/kg3,481 W/kg
Asus ROG Phone 8 Pro1,441 W/kg1,487 W/kg3,481 W/kg
Nothing Phone (1)0,99 W/kg1,476 W/kg2,982 W/kg
Nothing Phone (2)0,99 W/kg1,47 W/kg2,99 W/kg

Au vu de ces résultats, voici les smartphones qui profitent des DAS les plus faibles :

  • Les meilleurs DAS tête : le Samsung Galaxy A34, le Poco X5, les Redmi Note 11 Pro (4G et 5G) et le Redmi Note 12 Pro ;
  • Les meilleurs DAS tronc : le Samsung Galaxy A33 et le Poco X5 ;
  • Les meilleurs DAS membre : les Redmi Note 11 Pro, Note 12 Pro, le Galaxy S24 Plus, le S23 FE et le Z Flip 5.

Voici également les smartphones qui proposent les DAS les plus élevés :

  • Les pires DAS tête : les Samsung Galaxy A23, A33 et les Asus ROG Phone ;
  • Les pires DAS tronc : les Samsung Galaxy A53, S22 et S22 Ultra, ainsi que les ROG Phone et les Nothing Phone ;
  • Les pires DAS membre : le Galaxy A33, les Asus ROG Phone et les iPhone 12.

Les modèles d’Asus ROG Phone 8, 8 Pro, 7 et 7 Ultimate, qui font partie des meilleurs smartphones gaming, affichent des scores élevés dans toutes les catégories. Les iPhone 12 sont toutefois les pires de la catégorie DAS membre. Ces derniers sont en effet les seuls à se rapprocher aussi dangereusement de la limite autorisée : 4 W/kg. Depuis, Apple a fait des progrès. En effet, ses modèles les plus récents ont quasiment tous un DAS membre inférieur à 3 et un DAS tête et corps inférieur à 1. Xiaomi a lui aussi retenu la leçon et propose des smartphones aux DAS raisonnables. Pour rappel, le constructeur avait écopé d’une amende pour les ondes de son Poco X3.

Concrètement, les modèles de Google, Xiaomi, OnePlus, ainsi que les derniers modèles d’iPhone et Galaxy S de Samsung sont les mobiles les plus sûrs niveau exposition au vu de leurs DAS respectifs.

🤔 Pourquoi certains smartphones ont un DAS plus élevé que d’autres ?

Les composants utilisés dans la fabrication d’un smartphone influent directement sur le niveau de DAS. En effet, un modèle qui dispose de composants de bonne qualité, et notamment de bonnes antennes, est censé pouvoir capter plus facilement le réseau, et ainsi émettre moins d’ondes radioélectriques.

Il faut savoir qu’un smartphone avec un DAS élevé n’atteint son seuil maximum que très rarement s’il est équipé de bonnes antennes. En effet, ces dernières lui permettent de trouver facilement le réseau et ainsi de produire moins d’ondes. À l’inverse, un mobile avec un DAS plus faible peut se rapprocher souvent de son seuil maximal d’émission si ces composants internes l’empêchent de capter le réseau facilement.

💡 Comment réduire son exposition aux ondes ?

L’exposition réelle aux ondes radioélectriques d’un smartphone peut varier selon l’usage que vous en faites, mais aussi en fonction de la qualité du signal, ainsi que d’autres facteurs environnementaux. Voici quelques conseils pour vous aider à limiter votre exposition aux ondes.

Évitez d’appeler dans des zones à faible signal

Lorsque le réseau est bon, votre smartphone n’a pas besoin d’émettre beaucoup d’ondes pour capter. En revanche, dans des lieux où le signal est faible, votre appareil va augmenter sa puissance d’émission. Il est ainsi préférable d’éviter d’utiliser votre smartphone dans une zone où vous captez mal. Les tunnels, les sous terrains, ou encore les transports en commun ne sont pas des lieux propices. Dans un TER lancé à toute vitesse, votre smartphone devra se connecter régulièrement à de nouvelles bornes pour capter. Ce qui va l’obliger à d’autant plus solliciter ses antennes et à se rapprocher de son DAS maximum.

Éloignez-vous le plus possible votre smartphone

Restez loin de votre smartphone autant que vous le pouvez. Vous pouvez par exemple utiliser un kit mains-libres ; les ondes Bluetooth étant plus faibles. Mais aussi privilégier au maximum le haut-parleur lors de vos appels. Limiter la durée de vos appels, ou encore envoyer des SMS/RCS plutôt que de passer des coups de fil sont également de bonnes pratiques.

Faire des “pauses de smartphone” peut également vous aider à limiter l’impact des ondes émises par votre smartphone au quotidien. En coupant par exemple volontairement votre smartphone, ou en le laissant dans une autre pièce, lorsque vous n’en n’avez pas besoin. En déplacement, mettre votre smartphone dans un sac à dos est une meilleure idée que de le glisser dans votre poche. Il est également conseillé de ne pas surexposer les parties les plus sensibles de votre corps à ces ondes. On évitera ainsi le plus possible de le placer près du cœur, du cerveau, des aisselles, ou encore des parties génitales.

Enfin, le fait d’éteindre votre smartphone, ou de le tenir loin de vous pendant que vous dormez est également une bonne manière de réduire les risques de surexposition inutiles. Tout comme il est conseillé de désactiver votre connexion Wi-Fi la nuit.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !