Accueil » Actualité » Nintendo réclame 47 millions de dollars à un développeur japonais pour violation de brevets

Nintendo réclame 47 millions de dollars à un développeur japonais pour violation de brevets

Nintendo poursuit en justice le développeur Colopl du jeu free-to-play White Cat Project. La firme nippone l’accuse d’avoir commis 5 violations de différents brevets et réclame 47 millions de dollars de dédommagement.

Nintendo a toujours été connu pour être particulièrement intransigeant en ce qui concerne sa propriété intellectuelle. Le géant japonais du jeu vidéo n’hésite pas à faire fermer des sites d’émulation ou à mettre fin à des portages réalisés par des fans. En 2018, Nintendo a entamé une poursuite judiciaire contre le développeur Colopl de White Cat Project. Il s’agit d’un jeu en free-to-play sur iOS et Android sorti en 2014. Il est d’ailleurs exclusivement accessible par les joueurs japonais.

Le logo de Nintendo
Le logo de Nintendo – Crédit : Domaine public

Il y a deux ans, Nintendo affirmait que Colopl avait copié un système de contrôle breveté. Le développeur a donc effectué quelques modifications, mais il refuse toujours de reconnaître avoir commis une violation de brevets. Qui a raison ?

Colopl continue d’affirmer qu’aucune violation de brevets n’a été commise 

À l’heure actuelle, Nintendo réclame la somme vertigineuse de 4,95 milliards de yens, soit près de 47 millions de dollars, de dommages-intérêts. Il a affirmé que cela est dû à l’accumulation des frais administratifs de ces dernières années puisque l’affaire traîne en longueur. Selon Nintendo, Colopl aurait recopié la technologie qui permet de faire fonctionner un joystick virtuel sur un écran tactile.

Pour le moment, nous ne pouvons pas savoir s’il s’agit bel et bien d’une violation de brevets de la part de Colopl ou si c’est simplement de la paranoïa poussée à l’extrême de la part de Nintendo. Quoi qu’il en soit, la justice n’a toujours pas tranché. Elle ne s’est pas encore mise du côté de Nintendo, ce qui prouve bien la complexité de la situation.

Nintendo n’hésite pas à poursuivre des entreprises, mais il ne faut pas oublier qu’il est lui aussi pointé du doigt. En effet, plusieurs recours collectifs ont été engagés contre la firme nippone à cause du Joy-Con Drift. Récemment, un enfant de 9 ans et sa mère ont demandé 5 000 000 $ de dommages-intérêts à cause de ce fameux Joy-Con Drift. D’ailleurs, il semblerait que la nouvelle manette DualSense de la PlayStation 5 souffre également du problème de drift.

Source : Screen Rant