Accueil » Actualité » StopCovid : l’app du gouvernement va-t-elle vous traquer indéfiniment ?

StopCovid : l’app du gouvernement va-t-elle vous traquer indéfiniment ?

StopCovid crée la polémique. Certains l’associent à du tracking, d’autres pensent qu’elle réduira nos libertés et notre vie privée à long terme. Qu’en est-il exactement et que nous réserve Cédric O, le secrétaire d’État chargé du Numérique ?

À l’approche du déconfinement, les mesures envisagées par le gouvernement se précisent. L’occasion pour Cédric O, secrétaire d’État chargé du Numérique, de faire un point sur StopCovid, l’application de suivi de contacts qui doit permettre de limiter et de suivre la propagation du SARS-CoV-2. Dans un article publié sur Medium, Mr O revient sur la genèse du projet en détaillant ses objectifs, le fonctionnement de l’application, les choix techniques ainsi que ses limites. Une clarification bienvenue au moment où sa mise en œuvre est sur le point d’être discuté à l’assemblée, et où les rumeurs et la désinformation se répandent beaucoup plus vite que le virus.

Image 1 : StopCovid : l’app du gouvernement va-t-elle vous traquer indéfiniment ?
Crédit : vperemen

La stratégie suivie par les pays qui s’en sortent le mieux face au Covid-19 montre que la maîtrise de la pandémie passe par des campagnes de tests généralisés, mais aussi par un suivi des populations pour identifier rapidement les nouveaux cas et les risques de contamination. Des brigades sanitaires seront ainsi mises en place pour mener des enquêtes, afin d’identifier les personnes ayant pu être en contact avec un nouveau cas. Une méthode efficace, mais qui montre rapidement ses limites dans les zones densément peuplées où il devient impossible de réagir rapidement, et d’avertir tous les éventuels contaminés. C’est là qu’intervient la technologie avec l’application StopCovid en complément des brigades sanitaires, du dépistage, des masques et des gestes barrière.

Comment le Covid-19 tue-t-il ? Évolution du virus dans le corps des infectés

StopCovid n’est pas une application de tracking ou de surveillance

Contrairement à d’autres états, la France, l’Allemagne et leurs partenaires européens ont fait le choix d’une technologie garantissant l’anonymat des personnes.  L’application ne permet pas de vous identifier ou de vous suivre géographiquement, elle n’intègre aucun dispositif de géolocalisation, et vous n’êtes connu que par une clé générée aléatoirement. StopCovid fonctionne en Bluetooth uniquement, et permet donc de connaître les smartphones que vous aurez croisés, mais en aucun cas leur propriétaire ou leurs déplacements.

Le projet repose sur le libre consentement de ses utilisateurs, et la gestion des données est étroitement surveillée par des organismes indépendants tels que des ONG, des professionnels du numérique et du droit, et bien sûr par la CNIL et son homologue européen, le Conseil National du numérique. Les données ne sont conservées que sur une période coulissante de quelques jours, et le service s’arrêtera lorsqu’il n’est plus nécessaire ou lorsqu’on désinstalle l’application.

Les mesures barrière pourraient être à observer jusqu’en 2022, craignent des scientifiques

Pourquoi StopCovid se prive de l’API de traçage d’Apple et de Google ?

Apple et Google proposent une API qui simplifie la réalisation d’application de suivi de contacts via Bluetooth. Cédric O précise les raisons qui ont poussé la France et ces partenaires à choisir une autre solution technique. Il s’agit d’un problème de maîtrise du dispositif et de confidentialité des données. Il ne se base pas sur la nationalité de ces firmes ou sur une éventuelle collecte de données, mais plutôt sur leur architecture technique. Les API d’Apple et de Google reposent sur un modèle décentralisé qui fournit à chaque mobile le crypto-identifiant de tous les malades, alors que le modèle centralisé se contente d’indiquer que vous avez été en contact avec une personne contaminée. Chacun des modèles a ses avantages et ses inconvénients, mais d’un point de vue du respect de la vie privée, le choix européen est certainement le plus sûr.

Se priver de l’API Apple pose néanmoins des problèmes techniques lorsque le Bluetooth est utilisé en tâche de fond. La France et ses partenaires ont demandé à Apple de lever les restrictions d’utilisation du Bluetooth pour terminer StopCovid à temps, mais la firme n’a pas donné suite. Cédric O affirme pourtant que la version iPhone est « satisfaisante », mais en profite pour souligner l’urgence pour l’Europe d’avancer plus rapidement sur son projet de régulation de la Tech.

Source : Cédric O