Accueil » Test » Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome

Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome

Le XPS 15 que nous a fourni Dell est un modèle haut de gamme, doté de composants très performants. Il n’y a pas mieux, à par le modèle doté d’un écran OLED tactile et d’un processeur Core i9 ! La prouesse technologique est au rendez-vous. La logique, un peu moins…

Image 2 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
8/10

Dell XPS 15 (9510)

2174,22€ > Dell
On aime
  • Qualité d'affichage
  • Dalle LCD peu brillante
  • Processeur Intel à 8 coeurs performant
  • Puce graphique Nvidia Geforce RTX 3050 Ti véloce
  • Ecran tactile
  • Grand pavé tactile
  • 3 ports USB C + adaptateur
  • Qualité audio
  • Bords d'écran très fins
On n’aime pas
  • Autonomie limitée
  • Pas de cache de confidentialité sur la Webcam
  • Intérêt de l'écran 4K discutable
Verdict :

Puissance ou autonomie, il faut choisir. C’est l’éternel dilemme ! Avec ses composants, le XPS 15 2021 est en mesure de réagir au quart de tour en toutes circonstances, même lorsqu’il s’agit de réaliser des tâches lourdes comme du montage vidéo. On peut toutefois se demander si son écran 4K tactile est vraiment indispensable. D’autant que ce dernier joue un rôle important dans son autonomie qui n’est pas en adéquation avec celle d’un ultrabook. Un modèle QHD offrirait une meilleure lisibilité sur une diagonale de seulement 15 pouces et une plus grande meilleure symbiose avec les jeux, tout en réduisant la consommation électrique globale, ce qui donnerait un coup de boost appréciable à l’autonomie.

La gamme de PC portables XPS de Dell est composée de configurations ultraportables (ou ultrabook) aux formats 13,3 pouces, 15 pouces ou 17 pouces. Après avoir testé le modèle compact en fin d’année dernière (lire notre test du Dell XPS 13), puis – il y a quelques semaines – le dernier modèle grand format et d’entrée de gamme en date (lire notre test du Dell XPS 17), nous voici donc aujourd’hui en présence de la version haut de gamme du XPS « intermédiaire », au format 15 pouces. Celle-ci est proposée pour la coquette somme de 2900 € (actuellement en promotion à 2174 € !), avec un processeur Intel Core i7-11800H, 32 Go de mémoire et un SSD de 1 To (et pour 300 € supplémentaires, la configuration se voit dotée de la puce Intel Core i9-11900H, si on a besoin d’une puissance de calcul ENCORE plus grande !).

À lire aussi > Comparatifs et tests des meilleurs PC portables 2021 par marque

Image 3 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Sur le site du constructeur, on note que deux autres modèles, offrant des solutions d’affichage différentes, sont disponibles. Le premier – proposé à 2500 € – exploite un écran OLED non tactile, qui supporte une définition 3,5 K (3456 x 2160 pixels). Le second, plus modeste, embarque quant à lui un écran Full HD non tactile pour 2100 €.

Le marché des PC ultraportables sous Windows est hyper concurrentiel et tous les constructeurs ont les MacBook Air et MacBook Pro d’Apple dans leur ligne de mire. Les alternatives aux XPS de Dell sont nombreuses. On peut citer la gamme Spectre x360 chez HP, le Yoga Slim 9i de Lenovo, l’ultra léger Swift 5 d’Acer et les Matebook de Huawei.

Un design sophistiqué, « à la XPS », qui ne change pas d’un iota

L’aspect de ce nouvel ultrabook s’inscrit dans la droite ligne des configurations XPS commercialisées depuis bientôt deux ans. Les dimensions de son châssis réalisé en aluminium sont de 34,4 x 23 x 0,18 cm, pour un poids de 2 Kg. Cela peu sembler un peu lourd compte tenu des standards actuels ! Par exemple, le dernier PC portable Huawei au format 16 pouces en date ne pèse que 1,7 Kg (lire notre test du Huawei Matebook D 16).

Image 4 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Mine de rien, on s’habitue aux configurations de plus en plus légères et quand on manipule cet ultrabook, on le trouve donc assez imposant. C’est pourtant tout à fait normal, compte tenu des composants embarqués. En effet, le constructeur indique que le modèle d’entrée de gamme, doté d’un processeur Intel Core i5, d’une batterie de seulement 56 Wh et d’un écran Full HD non tactile, pèse 200 grammes de moins (soit 1,8 Kg).

L’écran InfinityEdge au format 16:10, apparu sur le XPS 13 en début d’année 2020, est bien sur reconduit. Il présente l’avantage d’occuper près de 93 % de la surface, grâce à des bords hyper fins, et ce malgré la présence d’une Webcam en son sommet !

Image 5 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Cette dernière, de type infra rouge, est compatible avec Windows Hello, ce qui permet de l’utiliser pour déverrouiller le XPS 15 par simple reconnaissance du visage de l’utilisateur. D’autre part, elle filme dans une définition 720p. On peut juste regretter qu’elle soit dépourvu d’un volet manuel pour masquer le capteur de la Webcam (ou d’un système physique qui permet de le désactiver), qui garantirait une confidentialité maximale, comme on en a pu en voir sur l’ultrabook de HP (lire notre test du HP Spectre x360) ou – plus récemment – sur le dernier PC portable gamer compact de Lenovo (Lire notre test du Lenovo Legion Slim 7).

Image 6 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Bouton de démarrage / lecteur d’empreintes digitales à côté de la touche Suppr – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 7 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Large pavé tactile – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 8 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Les haut-parleurs sont placés de part et d’autre du clavier – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le repose poignets, en fibre de carbone (noire), est habillé d’un motif discret en nid d’abeille, qui ne retient (quasiment) pas les traces de doigts. Un autre coloris – blanc arctique – est disponible, mais uniquement avec le modèle doté de l’écran Full HD non tactile…

Le clavier dispose de touches rétro éclairé, dont une qui fait à la fois office touche de démarrage du PC et de lecteur d’empreintes digitales. Celle-ci est située dans le coin supérieur droit du clavier. Le pavé numérique est absent, contrairement au Asus Vivobook 15 OLED, car Dell a préféré intégrer les haut-parleurs de part et d’autre du clavier (lire notre test du Asus Vivobook 15 OLED).

Image 9 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 10 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Mini réplicateur de ports USB C – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 11 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Ces derniers sont au nombre de 4 : 2 pour les basses de 2,5 W et deux pour les aigus de 1,5 W. Une fois n’est pas coutume, ils offrent une excellente restitution audio, avec un son bien équilibré, avec des basses assez présentes (plus que sur d’autres configurations !). Et si ça ne suffit pas, l’application MaxxAudioPro permet de peaufiner les réglages, avec en particulier un égaliseur. Précisons d’autre part que ces haut-parleurs disposent d’une bonne réserve de puissance, largement suffisante pour mettre de l’ambiance dans une pièce de taille moyenne.

Image 12 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Le clavier est complété par un très grand pavé tactile. La connectique comprend 3 ports USB C, dont 2 compatibles avec la technologie Thunderbolt 4 (DisplayPort et Power Delivery), un lecteur de cartes mémoire SD et une prise casque/micro. Et si vous avez besoin d’un connecteurs USB A ou HDMI, il suffit d’utiliser le petit duplicateur de ports USB C fourni.

Enfin, pour les transferts de données sans fil, le Dell XPS 15 est compatible Wi-Fi 6 et Bluetooth 5.1.

Un affichage LCD 4K de toute beauté

L’écran de la configuration que nous avons testée exploite la technologie LCD et a une diagonale de 15 pouces, ce qui offre un bon compromis entre le confort d’affichage et la portabilité. De plus, si la dalle est tactile, elle ne pivote toutefois pas sur 360 degrés, comme certains modèles dits « 2-en-1 », car transformables en tablette. Cela reste toutefois pratique pour réaliser certaines opérations simples du bout de l’index !

La dalle est annoncée comme antireflet par Dell. En pratique, même si on perçoit encore quelques reflets, ces derniers sont très limités, même dans les zones très sombres de l’image, contrairement à d’autres configurations, comme le dernier ultrabook de Huawei (lire notre test du Matebook 14s).

Image 13 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Ecran 4K 100 % – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide
Image 14 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Ecran 4K 150 % – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

L’écran supporte une définition 4K+ (3840 x 2400 pixels), avec une fréquence de rafraichissement maximale de 60 Hz. Si nous avons – par le passé – jugé l’intérêt de ce mode d’affichage des plus discutable sur certaines configurations au format 13,3 pouces, est-il plus intéressant sur ce PC portable 15,6 pouces ? La réponse est non. Sans ajuster la mise à l’échelle de Windows sur 150 ou 200 %, il faut de très bon yeux pour lire les caractères et -surtout – un index très pointu pour cliquer sur certains éléments de l’interface ! Dell pourrait tenter le QHD (2560 x 1440 pixels), comme Huawei ou Asus (lire notre test du Asus Strix G15 Advantage Edition).

Image 15 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Outre l’affichage par défaut, il est possible d’activer différents profils prédéfinis, comme les modes Cinéma, Sport ou Animation, par l’intermédiaire de l’application Dell CinemaColor. Ceux-ci peuvent être modifiés à tout moment, en agissant sur le niveau de saturation des couleurs, leur température et le niveau de contraste. Et si les réglages proposés par cette application ne vous suffisent pas, une autre application, Dell PremierColor, offre encore plus d’options (choix de l’espace colorimétrique, modification du Gamma, etc.).

Dell annonce une luminosité maximale de 500 nits et un taux de contraste de 1600:1. Et comme le montre le tableau ci-dessous, ces valeurs sont validées par les mesures que nous avons réalisées à l’aide de notre sonde X-Rite i1Display Pro Plus.

Luminosité maximaleContraste moyenTempérature des couleurs moyenneDelta E moyen
Mode Cinéma422 nits1585:15857 K6.3
Mode Sport476 nits1778:16726 K8.4
Mode Animation477 nits1780:16878 K14.8
Application CinemaColor désactivée477 nits1776:16823 K2.9
Mesures colorimétriques du Dell XPS 15

En effet, tous les profils d’affichage offrent une luminosité maximale très proche de la barre des 500 nits (à l’exception du mode Cinéma), un bon niveau de contraste et une température moyenne des couleurs proche des 6500 K (sauf encore une fois le mode Cinéma dans lequel l’affichage tire légèrement vers le jaunâtre). La grosse différence entre tous ces modes résident dans la fidélité des couleurs affichées, symbolisée par la valeur du Delta E moyen (qui doit être idéalement inférieur à 3. On constate en effet que pour obtenir un affichage le plus neutre et fidèle possible, il est préférable de ne pas activer l’application CinemaColor.

D’excellentes performances pour une grande polyvalence…

Les composants du XPS 15 haut de gamme que nous avons reçu sont très (trop ?) performants pour un ultrabook qui se destine à priori à une utilisation bureautique et multimédia. A commencer par le processeur Intel Core i7-11800H (Tiger Lake H) à 8 cœurs, cadencés à 2,3/4,6 GHz, et dont le TDP est de 35 / 45 W (PL1 et PL2 de 45 et 93 W).

Image 16 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
CineBench / Dell XPS 15

Il constitue un atout non négligeable si vous avez besoin d’une grande puissance de calcul. Ses scores multi cœurs / mono cœur avec l’application Cinebench R20 sont respectivement de 3589 et de 539. C’est donc sans surprise que l’on constate que ses 8 cœurs ont un potentiel de calcul bien supérieur à celui d’une puce à 4 cœurs, comme le Core i7-1165G7, que l’on rencontre très souvent dans les ultrabook (son score Cinebench R20 en multi cœurs est d’environ 2000).

Pour la gestion de l’affichage, la puce UHD Graphics intégrée au processeur Intel est très nettement moins intéressante que l’Iris Xe présente dans le Core i7-1165G7. C’est pour cela que, le plus souvent (sauf dans le cas du Dell XPS 17 2021 d’entrée de gamme que nous avons testé), les processeurs Tiger Lake H sont associés à une graphique à part entière, comme – en l’occurrence – la Nvidia GeForce RTX 3050 Ti. C’est d’ailleurs la seule puce retenue par Dell pour figurer à l’intérieur du XPS 15.

Image 17 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
3DMark / Dell XPS 15
Image 18 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
3DMark / Dell XPS 15

Cette dernière obtient un indice 3D Mark Time Spy de seulement 4036, qui s’avère nettement inférieur à celui réalisé par la puce graphique Nvidia GeForce RTX 3060 présente dans le dernier ultrabook Gamer d’Acer (lire notre test du Acer Triton 300 SE) ou le MSI GF75 Thin (lire notre test du MSI GF75 Thin), qui obtient un score d’environ 6800. Rappelons que la puce graphique Iris Xe du Core i7-1165G7 obtient quant à elle un score d’environ 1600.

Cela ne l’empêche néanmoins pas de faire tourner des jeux complexes dans d’assez bonnes conditions (les animations comportent entre 30 et 60 images par seconde), jusqu’en QHD (soit 2560 x 1440 pixels) et avec un niveau de détails très élevé (Ultra ou Very High), comme le montre le tableau ci-dessous :

Full HDQHD4K
The Division55 ips41 ips22 ips
The Division 244 ips26 ips8 ips
Far Cry 559 ips42 ips20 ips
Rise Of The Tomb Raider41 ips33 ips20 ips
Shadow Of The Tomb Raider44 ips26 ips13 ips
Résultats du Dell XPS 15 en jeu
Image 19 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

Avec un jeu un peu moins gourmand en ressources graphiques, comme Fortnite, le compteur est bloqué à 60 images par seconde la plupart du temps, en 4K et avec le niveau graphique Elevé. autant dire que les animations sont d’une grande fluidité et la réactivité optimale…

Bien sur, outre les jeux, cette débauche de performances (pour un ultrabook), peut être mise à profit pour de nombreuses tâches lourdes, par exemple pour réaliser du montage vidéo en 4K, de l’animation 3D ou de la retouche photo.

… et une autonomie digne d’un PC gamer !

Avec sa batterie de 86 Wh, le Dell XPS 15 est aussi bien équipé qu’un PC portable gamer ! En effet, les autres ultrabook embarquent généralement une batterie dont la capacité varie entre 50 et 67 Wh. Pour évaluer l’autonomie du PC portable, nous avons tout d’abord ajusté la luminosité de l’écran sur 200 nits, puis lancé le test intégré à l’application PC Mark.

L’ordinateur est alors resté en fonctionnement pendant environ 7 heures (6 h 54 min et 7 h 12 min précisément lors de nos deux tests). C’est la même autonomie – très moyenne – qui a été observée récemment avec l’ultrabook Asus Vivobook 15 OLED, qui avait – lui – le désavantage d’embarquer une batterie de 42 Wh seulement.

Image 20 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
PCMark / Dell XPS 15

On le voit donc, ce Dell XPS 15 est encore une fois victime de l’écran 4K, tactile de surcroit, très énergivore. Le XPS 15 doté d’un « simple » écran Full HD non tactile devrait offrir une autonomie plus conforme à ce qu’on attend d’un ultrabook (soit entre 9 et 13 heures d’autonomie avec ce benchmark).

En regardant un film de 2 heures en streaming vidéo depuis Netflix, en Wi-Fi, le niveau de la batterie a baissé de 35 %, ce qui laisse présager d’une autonomie totale d’environ 5 heures et 40 minutes, ce qui est assez éloigné des 8 à 11 heures généralement atteintes.

Pour ce qui est de l’autonomie en jeu, nous n’avons pu été surpris de constater que la batterie avait perdu 51 % de sa charge après seulement une demie heure de fusillades sous Fortnite. Jouer sur batterie est donc possible, mais vraiment pas longtemps !

Image 21 : Test Dell XPS 15 (9510) : un PC portable design, trop performant pour être autonome
Dell XPS 15 – Crédit : Xavier Regord / Tom’s Guide

En résumé, il est évident qu’une configuration dotée d’un écran 4K tactile, avec – en plus – un processeur puissant à 8 cœurs et une puce graphique Nvidia, consomme plus d’électricité qu’un simple ultrabook, dédié aux applications bureautiques, qui n’embarque par exemple qu’un processeur Intel Core i7 Tiger Lake à 4 coeurs physiques (i7-1165G7 avec puce graphique Irix Xe intégrée) et un écran Full HD ! Les différentes autonomies constatées sur cet XPS 15 se rapprochent donc plus de celles observées sur des configurations destinées aux joueurs, comme le MSI GF75 Thin (4 h 23 min et 4 h, respectivement avec PC Mark et Netflix), l’Acer Triton 300 Se (5 h 40 min et 4 h 30 min) ou encore le Lenovo Legion Slim 7 (4 h 05 min et 4 h 10 min). Ces configurations intègrent la puce Nvidia GeForce RTX 3060, plus performante que la RTX 3050 Ti, mais qui a le même TDP de 80 W…

Terminons par la recharge de la batterie, qui s’effectue par l’intermédiaire du chargeur USB C fourni, de taille moyenne et qui délivre une puissance de 130 W. En partant d’une batterie totalement déchargée, le niveau est remonté à 14 % au bout d’un quart d’heure, puis à 26 % en une demie heure, 52 % après une heure et finalement 94 % en deux heures…