Test du PlayStation Portal, le portail royal vers un monde merveilleux mais étriqué

Le PlayStation Portal est là, et vous promet de pouvoir jouer à vos jeux PS5 presque partout. La promesse est-elle tenue ? Oui, mais pas sans quelques limites.

Sommaire
Sony PlayStation Portal
Le PlayStation Portal, de Sony.
Sony PlayStation Portal
Image 1 : Test du PlayStation Portal, le portail royal vers un monde merveilleux mais étriqué
  • Sony PlayStation Portal
    189€
  • Rakuten
    189€
  • Cdiscount
    219€
  • Amazon
    219€
  • Fnac
    219.99€
  • Carrefour
    219.99€
  • Pixmania FR
    269€
  • Cultura
    297.18€
  • Darty
    348.07€
Plus d'offres

Des cris et des larmes. Voilà qui résume assez bien l’histoire de Sony et des consoles portables. On connaît en effet le sort que Sony a réservé à sa PlayStation Vita. Néanmoins, le géant japonais n’a pas manqué d’observer la tendance des périphériques mobiles dédiés au streaming. Il faut dire qu’il n’est pas étranger au domaine, puisqu’il en est l’un des pionniers avec son Remote Play, qui permet depuis des lustres déjà de jouer à des titres exécutés sur une PlayStation depuis une tablette, un smartphone ou même un PC.

Mais, le géant japonais vient de passer à la vitesse supérieure. En août dernier, après quelques mois de rumeurs, comme il se doit avant l’annonce d’un produit majeur, il dévoilait son PlayStation Portal. Un portail vers sa PlayStation 5, pour prolonger l’expérience de jeu dans son lit, dans sa cuisine ou dans une chambre d’hôtel, tant que la console de Sony est branchée au secteur, connectée au réseau et bien configurée.

Lors de son annonce, l’objet interloquait, et faisait se poser beaucoup de questions. Il a fallu un peu de patience pour y répondre, puisque sa sortie était annoncée pour ce mois de novembre. Nous y voilà. Que donne le PlayStation Portal, de Sony ?

💸 Combien coûte le PlayStation Portal ?

Dans un univers où Sony vend la PlayStation 5, sortie il y a tout juste trois ans, à 500 euros pour sa version classique et à partir de 450 euros pour sa toute nouvelle PlayStation 5 Slim, sans lecteur de disque optique, on pouvait légitimement s’inquiéter du prix d’un périphérique comme le PlayStation Portal. Surtout que le prix du PlayStation VR 2, qui flirte méchamment avec la barre des 600 euros, pouvait inquiéter. On n’avait pas tout à fait tort. Sony commercialise en effet son appareil à un peu moins de la moitié de la valeur de la PS5.

Le PlayStation Portal est vendu 219,99 euros dans l’Hexagone.

Un prix qui sera sans doute appelé à évoluer, et qui, pour l’instant, dans la ferveur du lancement, a plutôt tendance à s’enflammer. La demande semble en effet très soutenue.

Sony PlayStation Portal
La partie gauche de la manette qui équipe le PlayStation Portal.

🎛️ Les caractéristiques techniques du PlayStation Portal

Mettons les choses au clair une fois pour toute. Le Portal n’est pas vraiment une console portable, plutôt un nouveau terminal tout entier dédié au Remote Play et à la PlayStation 5. Il n’exécute pas les jeux localement, ce n’est pas une PlayStation 5 portable. Comprenez que c’est plus un Wii U Gamepad qu’une Switch. Voilà pourquoi nous utilisons le masculin du mot portail et non le féminin de la console quand nous en parlons. Bref, le Portal vous permet de jouer depuis la dernière-née des PlayStation à tous vos jeux PS5 et PS4, à une condition toutefois, que vous soyez liée à votre console via une connexion sans-fil de bonne qualité.

  • Ecran : LCD 8 pouces tactile
  • Définition : Full HD 1920x1080p (60 Hz)
  • SoC : Qualcomm Snapdragon 680
  • Contrôle : Identique à ce que propose une manette DualSense, sans le pavé tactile remplacé par l’écran
  • Connectique : prise casque mini-jack 3,5 mm, prise USB-C, Wi-Fi 5
  • Batterie : 4 370 mAh
  • Poids : 466 g
  • Accessoire livré : un câble USB-A vers USB-C
Sony PlayStation Portal
La partie droite du DualSense “aménagé” autour de l’écran.

Par ailleurs, Sony est particulièrement avare en détails techniques. On ne sait pas grand-chose de son Portal. La dalle LCD est Full HD, rafraîchie à 60 Hz et on sait également que le SoC Qualcomm intégré a largement la puissance pour décoder un flux vidéo Full HD. Il pourrait faire bien plus que cela, mais pour l’instant, c’est sa seule tâche. Sous-employé, donc, mais cela évite au moins la chauffe – car le PlayStation Portal est silencieux et ne ventile pas de manière audible – et préserve la batterie de 4 730 mAh, dont le principal problème est d’alimenter l’écran. Mais avant de parler de l’affichage, attaquons-nous à l’éléphant dans la PlayStation.

Sony PlayStation Portal
Le PlayStation Portal, de Sony, de dos.

🛜 PlayStation Portal : la question centrale du réseau

Vous utilisez un vieux routeur Wi-Fi ou le réseau sans-fil d’une vieille box fournie par votre FAI, les choses risquent de se compliquer pour vous. Voire de s’arrêter ici. Pour bien fonctionner, le PlayStation Portal a besoin d’une connexion de bonne qualité. Il faut miser sur au moins 5 Mbit/s pour un flux Full HD, comme celui que requiert le périphérique de Sony. Sachant qu’aux besoins techniques d’un flux vidéo s’ajoute l’obligation d’une latence la plus réduite possible, avant d’éviter les lags et les délais dans la répercussion de vos actions dans le jeu, il n’est pas étonnant que Sony recommande au moins 15 Mbit/s pour une expérience optimale.

Le Sony PlayStation Portal et la PlayStation 5.
Le PlayStation Portal, de Sony, et la PlayStation 5.

Autrement dit, contrairement à un Steam Deck ou à une Switch, pour lesquels la connexion à Internet peut souvent être négligée, si vous jouez chez vous avec la PS Portal, c’est la qualité de votre routeur Wi-Fi qui fera l’essentiel de l’expérience de jeu. Dans un monde de rêve, vous êtes l’heureux propriétaire d’un ensemble de routeurs maillés Wi-Fi 6 ou supérieur (la PlayStation 5 est compatible Wi-Fi 6 et le PlayStation Portal compatible Wi-Fi 5 – oui, en 2023…) qui couvre tout votre logement et vous assure une connexion optimale partout.

Si ce n’est pas le cas, où que vous rencontrez des petits soucis de qualité d’images affichées, ne comptez pas sur Sony. Certes, la tâche est difficile et aussi complexe qu’il y a d’installations Wi-Fi, mais un petit outil de conseils, de mesures et d’aide au mappage du réseau, par exemple, pourrait faciliter la vie de l’utilisateur.

Quoi qu’il en soit, voici trois petits conseils qui pourraient améliorer la situation ou vous éviter une déception.

Sony PlayStation Portal
Le bouton PlayStation est toujours au coeur de l’action.

Premier point, avant de sauter le pas et de dépenser 220 euros, pourquoi ne pas télécharger le client Remote Play sur votre plate-forme de prédilection : PC, smartphone, tablette, etc. Cela vous permettra de voir si votre réseau domestique tient la charge dans tous les endroits où vous pourriez jouer.

Deuxième point, veillez bien à forcer la connexion de la PlayStation 5 sur la bande des 5 GHz, elle a parfois tendance à opter pour celle des 2,4 GHz, qui ne tiendra pas la charge. Dans l’absolu, on vous aurait même encouragé à opter pour la bande des 6 GHz, si votre routeur est compatible avec cette bande de fréquences nouvellement libérée, mais ni la PlayStation 5 ni le PlayStation Portal ne sont compatibles, et c’est bien dommage à l’heure où cette bande s’impose clairement comme le nouvel El Dorado du sans-fil – or le jeu en streaming a besoin de ce genre de confort.

Enfin, troisième point, si malgré cela vous avez l’impression de voir de gros pixels et aplats numériques se déplacer sous vos yeux quand vous jouez, tentez de connecter votre PlayStation 5 directement à votre routeur Wi-Fi via un câble Ethernet. Vous supprimerez ainsi une partie du problème, votre connexion Wi-Fi n’aura plus qu’à supporter le streaming vidéo vers votre PlayStation Portal.

Bouton PlayStation du PlayStation Portal
Le bouton PlayStation siège en haut à gauche du PlayStation Portal, et non au centre comme sur les DualSense.

A noter qu’il est également possible de jouer sur votre PlayStation Portal hors de chez vous. Vous pouvez ainsi partager votre connexion cellulaire, soit depuis votre smartphone soit depuis un routeur 5G/Wi-Fi dédié. Mais attention, la 3G ou la 4G sont à proscrire. D’après nos quelques essais, seule la 5G nous a permis d’éviter les latences gênantes voire les déconnexions.

Dans tous les cas, quand le réseau est bon, nous n’avons pas eu de doute sur le fait que le Portal nous offrait le meilleur de Remote Play.

Sony PlayStation Portal
Image 1 : Test du PlayStation Portal, le portail royal vers un monde merveilleux mais étriqué
  • Sony PlayStation Portal
    189€
  • Rakuten
    189€
  • Cdiscount
    219€
  • Amazon
    219€
  • Fnac
    219.99€
  • Carrefour
    219.99€
  • Pixmania FR
    269€
  • Cultura
    297.18€
  • Darty
    348.07€
Plus d'offres

😍 Ergonomie : tout le savoir-faire de Sony

Si on veut faire court, le PlayStation Portal est une manette de PS5 coupée en deux et recollée de chaque côté d’une tablette de 8 pouces. Cela signifie que vous aurez droit à l’excellente ergonomie des DualSense, avec tout ce que cela implique de retours haptiques et de gâchettes adaptatives. Les sticks empiètent légèrement sur la bordure de l’écran, assez discrètes malgré tout, et évite que l’ensemble soit trop encombrant. D’autant que le poids (466 g) est suffisamment léger pour ne peser pas trop rapidement sur les avant-bras et poignets.

Sony PlayStation Portal
Le pavé tactile apparaît sur l’écran sous la forme d’une ou de deux zones rectangulaires.

On n’a qu’un seul regret, en définitive, la façon dont le pavé tactile est remplacé et implémenté sur l’écran tactile. Quand on doit l’utiliser, Sony a fait en sorte qu’une ou deux zones se matérialisent à l’écran. Jusque-là pas de problème, d’autant que cela évite les interactions non désirées. Cependant, le fait d’avoir placé ces zones dans la moitié basse de l’écran ne plaira pas à tout le monde. Plusieurs de nos cobayes auraient ainsi préféré qu’elles soient placées dans la partie haute, pour ne pas avoir à bouger les poignets dans le feu de l’action. Mais l’essentiel est bien que la dalle tactile soit aussi réactive que le pavé tactile des manettes DualSense.

Pour le reste, on retrouve donc l’incontournable bouton PlayStation, les deux boutons de menu, dont le bouton Create, et un bouton pour activer ou couper le micro. Les interrupteurs de mise en route et autres réglages du volume sont sur la tranche supérieur, suffisamment accessibles pour ne pas avoir à se contorsionner les doigts, mais assez hors de portée pour qu’ils ne soient pas pressés par inadvertance. La prise mini-jack est placée à côté du port USB-C dans un rebond de la partie inférieure.

Sony PlayStation Portal
La connectique filaire est cachée au dos du PlayStation Portal.

📺 Ecran : le cœur du PlayStation Portal

Dès la première utilisation – la configuration ne prenant que quelques minutes – et jusqu’au moment où on pose le PlayStation Portal, c’est son écran qui sera au centre de notre attention. Il est tout juste encadré par des bordures assez fines pour ne pas être imposantes. Sony ne pouvait donc pas négliger le cœur de son périphérique. De facto, sa diagonale de 8 pouces, sa définition Full HD, pour un rafraîchissement de 60 Hz n’en font pas un monstre, à l’heure où l’OLED s’invite de plus en plus partout – et même dans le Steam Deck récemment.

Néanmoins, la dalle choisie est de très bonne qualité, offre de belles couleurs, et une luminosité confortable. Elle est d’ailleurs facilement réglable, mais ne s’adapte pas automatiquement, comme on en a l’habitude avec nos smartphones. Le contraste est lui aussi de bon niveau. Nous avons d’ailleurs mesuré une luminosité moyenne à 494 cd/m2, avec un pic au centre de la dalle à 530 cd/m2. C’est suffisant pour jouer en intérieur, mais il faudra faire attention si vous tentez de mélanger bronzage et jeu vidéo. Le taux de contraste est excellent pour un dalle LCD. Nous l’avons mesuré à 1 492:1, ce qui explique en partie pourquoi nos jeux claquaient autant à l’écran.

Sony PlayStation Portal
Le PlayStation Portal n’est rien sans la PlayStation 5.

Par ailleurs, Sony a fait un bon travail de calibration colorimétrique. Sans être exceptionnelle, la dalle LCD offre un bon delta E 2000 de 3,58, avec une dominance de rouge et de vert. Pour mémoire, le Delta E 2000 mesure la différence entre la vraie valeur d’une couleur et celle qui est affichée par un écran. Tout ce qui est en dessous de 2 est hors norme et tout ce qui gravite autour de trois est suffisamment bon pour que personne ne se plaigne.

En résumé, la dalle est suffisamment bonne pour ne pas trop fatiguer les yeux et accompagner le joueur sans faiblir pendant de longues sessions de jeu.

😅 Les limites de Remote Play…

On lèvera juste un point potentiel de friction : la dalle 60 Hz, ou, en tout cas, la limitation à 60 images par seconde. Les joueurs qui jouent d’habitude sur des téléviseurs rafraîchis plus fréquemment auront certainement besoin d’un petit temps d’adaptation.

Dans l’absolu, les quelques limites qu’on rencontre avec Remote Play habituellement se manifestent de temps à autre, rarement, il faut le reconnaître. Nous n’avons observé que de loin en loin, les quelques micro tressautements de la trame, à cause d’une image perdue, un petit aplat de couleur un peu pixelisé ou qui pique les yeux. En l’occurrence, autant on pourrait le comprendre connecté en 5G ou avec un Wi-Fi d’hôtel à l’autre bout du monde, autant sur une connexion portée par le top des routeurs Wi-Fi 6E, on sait que le réseau n’est pas en cause.

Sony PlayStation Portal
Les réglages du PlayStation Portal sont assez réduits.

🤬 Les limites du PlayStation Portal

Par ailleurs, il y a d’autres limites bien plus gênantes. La première est qu’il n’est pas possible de connecter des écouteurs Bluetooth… autres que ceux de Sony. C’est autant agaçant que surprenant.

La deuxième provoque encore un petit agacement. Après avoir joué, on se dit qu’il est temps de se changer les idées et de regarder un épisode de sa série préférée, tranquillement, planqué sous sa couette. Or, quelle que soit la plate-forme de streaming, vous en serez pour vos frais. Pour une question de protection des contenus, il est impossible de regarder un film ou une série lus depuis un Blu-ray DVD ou Netflix, Amazon Prime, Apple TV+, Disney+, etc. sur votre PlayStation Portal. On commence à se rendre compte que ce portail est bien étroit.

Sony PlayStation Portal
Il n’est pas possible de lire des contenus multimédias sur le PlayStation Portal.

La troisième est difficile à justifier. Pourquoi le PlayStation Portal ne peut-il pas donner accès à l’offre de streaming dans le cloud accessible via le PlayStation Plus ? C’est une aberration. Non seulement cela donnerait plus de valeur à l’offre par abonnement de Sony, mais aussi à son nouveau périphérique. En rendant le PlayStation Portal moins dépendant de la console, qui peut être inaccessible, Sony le rendrait assurément plus séduisant. Et il serait également possible de jouer à davantage de jeux car seuls ceux qui sont installés sur votre PS5 sont accessibles en Remote Play. Même si vous pouvez lancer l’installation à distance.

Sony PlayStation Portal
Image 1 : Test du PlayStation Portal, le portail royal vers un monde merveilleux mais étriqué
  • Sony PlayStation Portal
    189€
  • Rakuten
    189€
  • Cdiscount
    219€
  • Amazon
    219€
  • Fnac
    219.99€
  • Carrefour
    219.99€
  • Pixmania FR
    269€
  • Cultura
    297.18€
  • Darty
    348.07€
Plus d'offres

🔋 Autonomie : combien de temps tient le PS Portal ?

Comme toujours avec les appareils fonctionnant sur batterie sur lesquels il n’est pas possible de répliquer à l’identique une même procédure, il est assez difficile de donner une réponse précise et définitive à la question de l’autonomie.

D’après notre expérience, glanée au fil d’une grosse semaine d’utilisation, le PlayStation Portal tient entre quatre et… sept heures. Quatre heures si vous aimez jouer en poussant la luminosité à fond, jouer avec un casque, sollicitez au maximum les retours haptiques, etc. Et plus ou moins sept heures en jouant un peu de ces réglages, le plus gros poste de consommation énergétique étant évidemment l’écran.

Sony PlayStation Portal
La PlayStation 5 est au coeur de cette offre. Sans elle, pas de jeu…

En l’espèce, le PlayStation Portal a pour lui de ne pas avoir besoin de beaucoup de puissance de calcul en local. C’est bien la PlayStation 5, bien branchée au secteur, qui est en charge de tout le travail.

La recharge se fait en USB-C et Sony a placé le port à l’arrière de l’écran de telle sorte qu’il soit possible de continuer à jouer sans être trop gêné, même quand on est allongé avec le PlayStation Portal sur son ventre. Un conseil, pensez à le mettre à charger si vous devez l’emporter. Nous avons mis près de trois heures pour le recharger avec une chargeur pourtant puissant…

⚖️ Notre verdict du test du PlayStation Portal

Le PlayStation Portal, de Sony.
7/10

Sony PlayStation Portal

Vos jeux PS5 partout, mais pas sans limite…

  • Sony Playstation Portal – Lecteur À…

    189€

  • 189€

    Voir l’offre
  • 219€

    Voir l’offre
  • 219€

    Voir l’offre
  • 219.99€

    Voir l’offre
  • 219.99€

    Voir l’offre
  • 239€

    Voir l’offre
  • 269€

    Voir l’offre
  • 297.18€

    Voir l’offre
  • 348.07€

    Voir l’offre

Plus d’offres

On aime
  • Le design très PlayStation
  • L’ergonomie quasi parfaite
  • La facilité de mise en route
  • L’autonomie honnête

On n’aime pas
  • Tout dépend de votre routeur Wi-Fi
  • Tout dépend de votre PlayStation 5
  • Les usages hors du jeu inexistants
  • L’absence de support du cloud gaming

Verdict :

Un potentiel énorme, et autant de frustration. Le PlayStation Portal est d’un point de vue de la conception matérielle une vraie réussite. Son intégration avec la PS5 et son ergonomie sont quasi parfaites, et l’écran de 8 pouces très agréable, bien que LCD seulement. Le plaisir de pouvoir jouer à ses jeux PlayStation préférés ailleurs que devant son téléviseur est réel, un régal – surtout quand il faut céder la place inopinément au reste de la famille qui veut regarder une émission télévisée. Néanmoins, quelle frustration de voir le PlayStation Portal se cogner aux murs que Sony a construits autour de lui, autour de nous, les utilisateurs. Selon que vous jugerez ces murs trop hauts et rédhibitoires, ou peu gênants, finalement, l’achat de ce Portal se justifiera. Néanmoins, à 220 euros, Sony aurait pu nous en mettre plus entre les mains.

👉 Vous utilisez Google News ? Ajoutez Tom's Guide sur Google News et sur Whatsapp pour ne rater aucune actualité importante de notre site.

Votre Newsletter Tom's Guide

📣 Souscrivez à notre newsletter pour recevoir par email nos dernières actualités !