Accueil » Test » [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout

[Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout

Image 2 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
8/10

Ultimate Ears Wonderboom 2

99€ > Amazon
On aime
  • La qualité audio
  • Le rapport qualité/prix
  • L’étanchéité et le design
On n’aime pas
  • Pas d’entrée audio
  • Chargeur micro-USB et non USB Type-C
  • Pas d’assistant vocal
Verdict :

Hautement nomade, la Wonderboom 2 tient ainsi parfaitement sa promesse : elle délivre un son étonnamment riche et équilibré à ce niveau de prix, dans un écrin compact et à toute épreuve. La bonne spatialisation audio, l’autonomie de 13 heures, le mode Plein Air efficace et la grande étanchéité sont de véritables atouts pour une utilisation à l’extérieur. Le rendu sonore reste de très bonne qualité à l’intérieur, avec une prise en main immédiate et un look des plus réussis. Pour toutes ces qualités, la Wonderboom 2 s’impose comme l’une des meilleures enceintes Bluetooth portables du moment.

plus

Sortie il y a plus de deux ans déjà, la première Wonderboom nous avait emballés par son format compact, son rendu sonore étonnamment puissant et son excellente autonomie. Le modèle de 2019, sans changer fondamentalement la formule, perfectionne chacun de ces aspects, tout en préservant le très bon rapport qualité/prix. S’agit-il de la meilleure enceinte Bluetooth portable à ce niveau de prix, pour les vacances ? Réponse dans ce test.

>>> Comparatif : quelle est la meilleure enceinte Bluetooth portable ?

Design et prise en main

Faisant immédiatement suite aux fameuses enceintes Boom et Megaboom de la marque, la première Wonderboom en apparaissait comme une version plus “tassée”, à la façon d’un mini tam-tam que l’on tient à une main. La Wonderboom 2 épouse la même silhouette compacte aux jolies rondeurs, à quelques millimètres près : 18 mm de plus en largeur et 2 mm en hauteur (104 x 95,3 mm). À l’oeil nu, difficile de différencier les deux modèles côte à côte. Seuls indices visuels plus flagrants, quatre nouveaux tissus bicolores habillent l’enceinte (bleu/turquoise, rouge/bleu, noir/blanc et gris/orange) et l’anneau de suspension, lui aussi aux couleurs flashy, est désormais en caoutchouc étirable.

Image 3 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
L’Ultimate Ears Wonderboom 2 conserve son design emblématique, avec de nouveaux tissus bicolores.

La disposition des boutons demeure globalement inchangée. Sur la grille de tissu qui encercle l’enceinte, on retrouve deux boutons + et – massifs, pour contrôler le volume. Clairement visibles et accessibles, ils constituent la marque de fabrique d’Ultimate Ears. La partie supérieure reste quasi-identique à la première version ; elle abrite trois boutons à membrane pour mettre l’enceinte sous tension, procéder à l’appairage Bluetooth ou mettre le son en pause / passer à la piste suivante et la jumeler avec un second modèle (nous y reviendrons). En lieu et place du logo de la marque qui ornait le premier modèle, ce dernier bouton se contente d’épouser une forme circulaire, pour un look plus sobre et épuré.

Image 4 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
Sur la partie supérieure, on retrouve trois boutons à membrane, parfaitement étanches, au contact agréable.

Sur la partie inférieure, grande nouveauté : un bouton supplémentaire bascule l’enceinte en mode “Plein Air”, où le volume, les médiums et les aigus sont boostés afin d’assurer une meilleure lisibilité du son lorsque les conditions extérieures ne sont pas idéales. À la base, on retrouve toujours la même trappe en caoutchouc abritant un port micro-USB, qui ne sert qu’à la charge. Dommage qu’Ultimate Ears n’ait pas choisi un connecteur USB Type-C, ils tendent à se généraliser et vous devrez donc emporter un câble spécial dans vos bagages.

Image 5 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
La trappe n’abrite qu’un unique port micro-USB dédié à la recharge. Dommage qu’il n’y ait pas d’entrée auxiliaire, ni de port USB Type-C, aujourd’hui plus courant.

Ce n’est pas un hasard si l’enceinte abrite si soigneusement son port de charge ou si elle arbore des boutons “plats” et caoutchoutés : elle est certifiée IP67, c’est-à-dire qu’elle est totalement protégée contre les poussières et qu’on peut l’immerger dans l’eau jusqu’à un mètre pendant trente minutes. La Wonderboom 2 supporte également les chutes de 1m50. C’est un vrai pas en avant par rapport au modèle précédent, certifié IPX7 seulement, qui ne résistait pas à la poussière. Un sérieux atout, à ce niveau de prix, pour une enceinte qui annonce la couleur : elle est hautement nomade.

Simplicité d’utilisation

Côté ergonomie, la Wonderboom 2 préserve son excellente approche, avec un maniement ultra-simple et intuitif. Un petit jingle accompagne la mise sous tension de l’appareil et vous presserez le bouton de jumelage Bluetooth pour vous y connecter. L’enceinte est rapidement reconnue et un nouveau son confirme la bonne connexion. Pas de puce NFC, qui aurait permis un démarrage encore plus express, sur les appareils compatibles. Il vous suffit ensuite de presser les larges boutons latéraux pour contrôler le volume, ou le bouton circulaire pour mettre le son en pause ou passer à la piste suivante (deux pressions). On s’y habitue, mais il faut presser plutôt fortement les boutons – le revers de la médaille de leur grande étanchéité. Ils sont néanmoins très solides et devraient bien résister au temps … et aux coups.

Image 6 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
La Wonderboom 2 tient bien en main et projette un son spatialisé à 360 degrés.

En appuyant simultanément sur les deux boutons de volume, un petit son retentit et vous indique si le niveau de batterie restant est élevé, moyen ou faible. En pratique, ce système n’est pas très commode car il vous oblige à mémoriser des jingles, pour un résultat peu explicite. On aurait préféré une synthèse vocale plus précise. Mais vous ne risquez toutefois pas de tomber en panne de batterie : l’autonomie tutoie les 13 heures d’utilisation continue, contre 10 heures précédemment. L’enceinte s’éteint automatiquement après quelques minutes d’activité. Comptez trois heures pour une charge complète.

Image 7 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
Certifiée IP67, la Wonderboom 2 ne craint pas l’immersion dans l’eau et résiste à la poussière. Idéal pour les grands baroudeurs !

Seule véritable autre fonctionnalité disponible, il est possible de jumeler deux enceintes Bluetooth entre elles, en pressant le bouton central. C’était déjà le cas sur la première génération de Wonderboom, mais vous ne profitiez alors que d’une hausse générale du volume, avec un rendu toujours en mono. Si vous couplez deux Wonderboom 2, vous disposerez cette fois d’une véritable stéréo gauche/droite. Il est possible de jumeler une Wonderboom 1 et 2 mais vous vous rabattez alors sur le rendu de première génération.

Image 8 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
Sur la partie inférieure, un bouton active le mode Plein Air grâce auquel vous boostez le son pour une meilleure écoute en extérieur.

L’enceinte se montre ainsi très simple et intuitive. On la prend rapidement en main et elle présente une excellente autonomie : deux atouts majeurs pour un pique-nique ou une sortie sportive, où elle risque de passer de mains en mains. La connexion s’effectue rapidement et l’enceinte supporte jusqu’à deux appareils en simultané, qui peuvent alors alternativement prendre le contrôle. L’enceinte résiste bien à l’immersion dans une piscine, nous avons pu nous en assurer ! À noter, une fois remise au sec, l’enceinte a tendance à “cracher” l’eau de son tissu maillé. Éloignez les smartphones.

Qualité sonore

Mais le principal lieu d’inquiétude pour une enceinte aussi compacte réside dans le rendu sonore. Équipée d’un nouveau chipset audio, la Wonderboom 2 pousse un peu plus loin l’excellent résultat de sa grande soeur : le rendu est étonnement puissant en regard de l’aspect compact, avec des basses bien poussées qui ne viennent pas atténuer pour autant les médiums et les aigus. Le son paraît ainsi riche et équilibré, sans distorsion à un volume normal. L’enceinte parvient à restituer avec brio les nuances et les détails, un vrai tour de force à ce niveau de prix. Elle embarque deux haut-parleurs actifs, qui délivrent un son stéréo et assurent une excellente spatialisation générale, en particulier grâce au design à 360 degrés.

Image 9 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
Malgré son aspect compact, la Wonderboom 2 distille un son puissant et environnant. Un vrai atout, à ce niveau de prix.

En pressant un petit bouton à l’effigie d’un arbre, sur la face inférieure de l’enceinte, vous activez le mode Plein Air. Vous boostez ainsi le volume, en tirant les aigus et les médiums vers le haut, tout en atténuant les basses, moins audibles à l’extérieur et qui ont tendance à “couvrir” le son. Le résultat est assez convaincant dans un environnement extérieur très bruyant, on peut ainsi considérablement augmenter le volume et assurer une bonne écoute, même à une certaine distance. Ce mode est évidemment à proscrire à l’intérieur, le rendu perdrait tout son équilibre et son naturel.

Image 10 : [Test] Ultimate Ears Wonderboom 2 : une enceinte qui résiste à tout
L’étanchéité est un vrai atout pour une enceinte Bluetooth portable, vous profiterez en outre de 13 heures d’autonomie.

Hautement nomade, la Wonderboom 2 tient ainsi parfaitement sa promesse : elle délivre un son étonnamment riche et équilibré à ce niveau de prix, dans un écrin compact et à toute épreuve. La bonne spatialisation audio, l’autonomie de 13 heures, le mode Plein Air efficace et la grande étanchéité sont de véritables atouts pour une utilisation à l’extérieur. Le rendu sonore reste de très bonne qualité à l’intérieur, avec une prise en main immédiate et un look des plus réussis. Pour toutes ces qualités, la Wonderboom 2 s’impose comme l’une des meilleures enceintes Bluetooth portables du moment.