Accueil » Actualité » Vous pouvez entendre le son d’une bactérie : écoutez

Vous pouvez entendre le son d’une bactérie : écoutez

L’écoute de la cadence des bactéries est une piste tout à fait sérieuse dans l’étude de leurs résistances aux antibiotiques.

Des chercheurs néerlandais ont découvert une nouvelle façon de détecter l’activité des bactéries. Il s’agit d’une technique tout à fait scientifique et tout à fait sérieuse. En utilisant des tambours en graphène bicouche ultrafin, le nanomouvement d’une seule bactérie peut être mesuré dans son environnement. Plus poétiquement, on écoute des bactéries battre le rythme.

Exemple d'une bactérie - Crédits :  Pixabay/sbtlneet
Exemple d’une bactérie – Crédits : Pixabay/sbtlneet

Notre monde moderne est confronté depuis plusieurs décennies à l’évolution d’un problème tout à fait inquiétant. La résistance croissante de certaines bactéries aux traitements antibiotiques.

Des observations permettant d’évaluer l’efficacité des antibiotiques

Pour déterminer si les bactéries deviennent résistantes à un antibiotique, les chercheurs doivent trouver des moyens d’évaluer précisément l’efficacité d’un médicament sur un agent pathogène.

Et c’est pour cette raison précise que ces chercheurs développent l’écoute des bactéries. Par ce biais, nous serions en mesure de savoir si elles sont vivantes ou non. Lorsque les bactéries sont tuées à l’aide d’un antibiotique, ces sons s’arrêtent, à moins bien sûr que les bactéries ne soient résistantes. C’est aussi simple que cela.

À lire aussi > Mars : des bactéries pour produire du carburant pour le voyage retour

Le graphène, un matériau miracle

L’équipe de Farbod Alijani de l’Université de technologie de Delft (TU Delft) enquêtait à l’origine sur les principes fondamentaux de la mécanique physique du graphène. « Le graphène est une forme de carbone constituée d’une seule couche d’atomes et est également connu comme le matériau miracle », explique Alijani.

« Il est très solide avec de belles propriétés électriques et mécaniques, et il est également extrêmement sensible aux forces extérieures. » L’équipe s’est alors demandé ce qui se passerait si ce matériau extrêmement sensible entrait en contact avec un seul objet biologique.

À lire aussi > Ce nouveau plastique est 2 fois plus résistant que l’acier

Un extrait du son d’Escherichia coli.

La suite de cette recherche visera «  à optimiser [la] plateforme de sensibilité aux antibiotiques de graphène unicellulaire et à la valider par rapport à une variété d’échantillons d’agents pathogènes afin qu’elle puisse éventuellement être utilisée comme outil de diagnostic pour la détection rapide de la résistance aux antibiotiques dans la pratique clinique. »

À lire aussi > Quel âge a votre système immunitaire ? iAge prédit le risque de maladie

Source : Nature