Accueil » Actualité » Cet astéroïde « tueur de planète » pourrait constituer une menace pour la Terre

Cet astéroïde « tueur de planète » pourrait constituer une menace pour la Terre

À l’aide de la Dark Energy Camera (DECam), une équipe d’astronomes a découvert 2022 AP7, un astéroïde gigantesque qui pourrait poser un problème à l’avenir. « C’est ce que nous appelons un tueur de planète » explique l’auteur de l’étude.

Un astéroïde s'écrasant sur Terre, vue d'artiste © DETLEV VAN RAVENSWAAY
Un astéroïde s’écrasant sur Terre, vue d’artiste © DETLEV VAN RAVENSWAAY

Des astronomes ont découvert un astéroïde tueur de planète caché qui pourrait constituer une menace pour la Terre à l’avenir. L’astéroïde, qui apparaît dans un nouvel article publié dans The Astronomical Journal, est nommé 2022 AP7. Il a été repéré à l’aide de la caméra Dark Energy du télescope Victor M. Blanco pendant une brève fenêtre crépusculaire. Les chercheurs estiment le diamètre de l’astéroïde d’environ 1,1 km à 2,3 km.

2022 AP7 est le plus grand objet potentiellement dangereux découvert depuis 2014, selon les astronomes. Il fait également probablement partie des 5 % des plus gros astéroïdes jamais découverts. Heureusement, il ne constitue pas encore une menace directe pour notre planète. Rappelons que la mission DART de la NASA a connu beaucoup de succès en modifiant l’orbite d’un astéroïde, le mois dernier.

À lire : Non, « l’astéroïde géant » 7498 (1994 PC1) ne percutera pas la Terre

« C’est ce que nous appelons un tueur de planète »

L’année dernière, une équipe internationale d’astronomes a coopté une caméra, la Dark Energy Camera (DECam), principalement conçue pour étudier l’énergie noire insaisissable de l’univers. Les chercheurs ont annoncé, ce lundi, la découverte de trois nouveaux astéroïdes grâce à cet instrument révolutionnaire, dont 2022 AP7.

À ce jour, 2022 AP7 ne croise l’orbite de la Terre qu’à une distance de 7 millions de kilomètres. Sa dangerosité n’est donc pas effective dans un avenir prévisible. Pour rappel, la distance Terre-Lune est estimée à 384 000 km approximativement. Néanmoins, cette distance reste « inconfortable » pour les astronomes en termes de normes cosmiques. Si le pire devait arriver, gare aux dégâts. « C’est ce que nous appelons un tueur de planète », a déclaré le Scott Sheppard, astronome à la Carnegie Institution for Science à Washington, D.C., et auteur de l’étude. « Si celui-ci frappait la Terre, cela causerait une destruction planétaire. Ce serait très mauvais pour la vie telle que nous la connaissons ».

À lire : Cet astéroïde troyen va suivre la Terre pendant plus de 4 000 ans

Comme l’indiquent les chercheurs du NOIRLab, trouver des astéroïdes dans cette région du système solaire est un véritable défi. Les astronomes n’ont que deux brèves fenêtres de 10 minutes chaque nuit pour surveiller cette zone et doivent faire face à un ciel de fond lumineux à cause du Soleil.

En plus de détecter les astéroïdes qui pourraient potentiellement constituer une menace pour la Terre, cette recherche est « une étape importante vers la compréhension de la distribution des petits corps dans notre système solaire », comme l’indiquent les chercheurs. La détection de ces objets permet également aux astronomes de comprendre comment les astéroïdes sont transportés à travers le système solaire et comment les interactions gravitationnelles et la chaleur du Soleil peuvent contribuer à leur fragmentation.

Source : The Astronomical Journal