Accueil » Actualité » Coronavirus : fabriquer son gel hydroalcoolique soi-même, est-ce vraiment recommandé ?

Coronavirus : fabriquer son gel hydroalcoolique soi-même, est-ce vraiment recommandé ?

Avec la pénurie grandissante de gel hydroalcoolique, on voit poindre toute sortes de recettes pour en fabriquer soi-même, dont celle de l’OMS.

Image 1 : Coronavirus : fabriquer son gel hydroalcoolique soi-même, est-ce vraiment recommandé ?
Photo 74288237 © Ironjohn – Dreamstime.com

L’épidémie de coronavirus, ou plutôt Covid-19, est sur toutes les lèvres. Suivant sa progression, on assiste à une raréfaction de quelques produits, dont les masques de protection, mais aussi le gel hydroalcoolique.

Depuis quelques jours, certains médias, chaînes YouTube ou autres blogs indiquent comment fabriquer soi-même du gel hydroalcoolique. Ils n’inventent rien et se contentent de vulgariser une recette publiée par la très sage Organisation Mondiale de la Santé.

La recette du gel hydroalcoolique de l’OMS est-elle accessible à tous ?

En première page de ce document intitulé « Formulations des Produits hydroalcooliques recommandés par l’OMS », on peut lire que ce « guide de préparation des solutions recommandées [est] destiné aux professionnels de la pharmacie. » Un détail qu’une large part a omis de préciser.

« Non, ce guide n’est pas à utiliser pour fabriquer du gel hydroalcoolique à la maison »

Cristiana Salvi – Chargée de communication pour les maladies transmissibles, sécurité sanitaire et l’environnement

Pour en avoir le coeur net, nous avons contacté l’OMS afin de savoir à quoi s’en tenir. Sa chargée de communication pour les maladies transmissibles, sécurité sanitaire et l’environnement, Cristiana Salvi, nous a tout de suite débouté. « Non, ce guide n’est pas à utiliser pour fabriquer du gel hydroalcoolique à la maison », affirme-t-elle, ajoutant qu’il « a été conçu bien avant l’épidémie de coronavirus et n’est pas en relation avec lui. La production du gel doit être réalisée dans un contexte de santé publique surveillée en suivant des procédures très précises ».

Coronavirus : YouTube censure les vidéos qui en parlent

Image 2 : Coronavirus : fabriquer son gel hydroalcoolique soi-même, est-ce vraiment recommandé ?
Extrait du document de l’OMS – Crédit : OMS

Est-il dangereux de faire du gel hydroalcoolique soi-même ?

D’autres recettes existent. Plus simples à mettre en oeuvre que celle de l’OMS, elles pullulent sur Internet. On peut notamment citer celle diffusée par Anne Marie Helmenstine, docteur en sciences biomédicales. Elle se compose de trois éléments : « 2/3 d’alcool dénaturé à 99,9 %, 1/3 de gel à l’aloe vera et 8 à 10 gouttes d’huiles essentielles ».

Florence Duboc, pharmacienne à Alençon, remet en cause cette recette. « A 99,9 %, l’alcool va agresser les mains. C’est certainement pour cela que l’aloe vera est ajouté. C’est un très bon cicatrisant et hydratant ». Dans ce cas-ci, La recette tendrait donc à équilibrer la brûlure provoquée par l’alcool avec le pouvoir apaisant de l’aloe vera, une solution loin d’être exemplaire.

En y regardant de plus près, la composition d’un gel hydroalcoolique commerciale comprend de l’éthanol à 70 % qui, quant à lui, est « propre à l’usage sur la peau », ajoute la pharmacienne.

Coronavirus : les chercheurs utilisent un jeu vidéo pour mieux le comprendre

Image 3 : Coronavirus : fabriquer son gel hydroalcoolique soi-même, est-ce vraiment recommandé ?
« Rien ne vaut un bon lavage des mains, avec 30 secondes de frottement » – Crédit : Galaxie Média

Marc Bruel, médecin Coordonnateur Onco-Gériatre à la Clinique de La Défense, ajoute même que « la solution hydroalcoolique désinfecte, mais ne lave pas. Si vous avez les mains sales, le gel ne les nettoiera pas. »

Florence Duboc précise également : « le gel hydroalcoolique n’est pas le plus important, c’est le frottement des mains qui les nettoie. Rien ne vaut un bon lavage des mains, avec 30 secondes de frottement », précise-t-elle

Un gel fait-maison, s’il se révèle trop agressif pour la peau, pourrait risquer d’y former des lésions, tout comme trop de lavages de mains. Ce serait alors l’effet inverse qui serait atteint, les bactéries ayant un boulevard pour s’introduire dans le corps.