Accueil » Actualité » Le Pôle Sud se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la surface de la Terre

Le Pôle Sud se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la surface de la Terre

Le Pôle Sud n’est pas à l’abri du réchauffement climatique, loin de là. Une nouvelle étude démontre que la zone la plus au sud de la surface de la Terre s’est en fait réchauffée trois fois plus rapidement que le reste de notre planète en seulement 30 ans.

Image 1 : Le Pôle Sud se réchauffe trois fois plus vite que le reste de la surface de la Terre
Base antarctique Amundsen-Scott Pôle Sud – NOAA / Unsplash

La Terre est en proie à un réchauffement climatique qui ne fait que progresser et s’aggraver. Que ce soit les feux de forêt destructeurs qui ont ravagé l’Australie en début d’année ou les 38 degrés Celsius enregistrés en Sibérie il y a quelques jours, de nombreux phénomènes météorologiques démontrent le changement climatique auquel nous faisons face. Le continent arctique et la Sibérie continuent par ailleurs de battre de nouveaux records de chaleur, à la grande inquiétude des scientifiques.

Le Pôle Sud n’est pas immunisé contre le réchauffement climatique

Des chercheurs de la Nouvelle-Zélande, de la Grande-Bretagne et des États-Unis ont analysé les données météorologiques des 60 dernières années. Ils ont utilisé une modélisation des données informatiques pour trouver la cause de l’accélération du réchauffement climatique.

Entre 1989 et 2018, la température du Pôle Sud enregistrée à la base Amundsen-Scott a augmenté d’environ 0,6 °C par décennie. Cela représente déjà trois fois plus que la moyenne mondiale. D’après l’étude publiée dans le journal Nature Climate Change, les températures plus chaudes dans le sud-ouest de l’océan Pacifique ont fait baisser la pression atmosphérique au-dessus de la mer de Weddell dans l’Atlantique Sud au cours des décennies. Ce phénomène serait à l’origine du réchauffement aussi rapide du Pôle Sud. « On croyait que cette partie de l’Antarctique – le haut plateau isolé – serait à l’abri du réchauffement. Nous avons découvert que ce n’était plus le cas », a déclaré Kyle Clem, l’un des auteurs de l’étude.

Depuis 1989, la température du Pôle Sud a augmenté de 1,83 °C. Selon Kyle Clem, il y a peu de chances que ce soit un réchauffement naturel. En effet, cette température a dépassé 99,99 % de toutes les simulations informatiques modélisées sur 30 ans. L’activité humaine a très probablement contribué à ce réchauffement climatique inattendu.

Les dinosaures pourraient revenir sur Terre d’ici 2025, assure le paléontologue de Jurassic Park

Source : Phys.org