Accueil » Actualité » L’ESA veut créer de l’oxygène sur la Lune a partir de la poussière

L’ESA veut créer de l’oxygène sur la Lune a partir de la poussière

Des scientifiques de l’Agence Spatiale Européennes ont développé un prototype capable d’extraire de l’oxygène à partir de roches présentes sur la Lune. Une station où l’air est respirable pourrait donc voir le jour…

Image 1 : L’ESA veut créer de l’oxygène sur la Lune a partir de la poussière
© ESA

Comme pourrait en témoigner Math Damon dans Seul sur Mars, la fabrication d’oxygène dans l’espace pour l’exploration de longue durée est une étape essentielle dans la conquête de l’espace. Elle permettra aux astronautes de produire leur propre air respirable et de créer du carburant. Cette fiction va peut-être bientôt devenir réalité. 

En effet, une équipe de chercheurs néerlandais vient de développer une mini-centrale à oxygène, capable de générer de l’oxygène à partir de poussière de Lune, plus couramment appelée régolithe. Le laboratoire en question aurait réussi à extraire l’oxygène présent à 40% dans cette poussière. Comment ? En plaçant cette poussière de de la chlorure de calcium à 950°. Quand un courant électrique y passe, l’oxygène se libère et migre vers une anode et il peut être stocké.

Une technique qui doit encore être perfectionnée 

C’est l’entreprise anglaise, Metalysis, spécialisée en transformation des alliages qui a inventé cette technique. La technique a ensuite été reprise par l’European Space Agency (ESA), mais doit encore être améliorée, car si les scientifiques savent évacuer l’oxygène, ils doivent maintenant réfléchir sur la manière de le stocker. 

La NASA et Space X s’associent pour une expédition lunaire

Beth Lomax explique en quoi le bon fonctionnement de cette centrale est fondamental : « L’approvisionnement local en ressources sera essentiel pour des activités viables et de longue durée dans l’espace. Pour les missions prolongées sur la surface lunaire, l’oxygène sera sans doute l’une des ressources les plus précieuses ». 

Enfin, cette découverte pourrait évidemment intéresser la NASA, qui a dévoilé en novembre 2019 son projet d’alunisseur pour l’établissement d’une base sur la Lune. En effet, l’agence américaine a prévu de s’établir sur le satellite de la Terre à partir de 2028. La création d’une station où l’air est respirable permettrait une plus grande efficacité sur le terrain et un développement scientifique plus rapide. À voir si les Européens et les Américains voudront collaborer…

Source : ESA